Ce Maroc bien aimé

Ce Maroc bien aimé

Mémoire de la présence Française au Maroc à l'époque du Protectorat
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le MAROC chez les auteurs anciens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Paul CASIMIR




MessageSujet: Le MAROC chez les auteurs anciens   Jeu 25 Sep - 20:22

page 34



Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: Le MAROC chez les auteurs anciens   Ven 26 Sep - 8:46

page 35

PLINE L’ANCIEN


appelle Nilis. On trouve là les poissons suivants : alabètes, coracins, et silures. Même un crocodile en fut rapporté par Juba comme preuve [que c’est bien le Nil] et il le consacra dans le temple d’Isis à Césarée où on le voit aujourd’hui. En outre on a observé que le Nil a des crues en rapport avec l’abondance des pluies et des neiges en Maurétanie. Sorti de ce lac, il s’indigne de couler à travers des pays sablonneux et arides, et il se cache sur une longueur de quelques jours de marche. Puis il s’élance hors d’un plus grand lac, situé en Maurétanie Césarienne dans le pays des Massaesyliens...

Pline VI, 202 (alias VI 36).
Sur les îles de Maurétanie on n’est pas mieux renseigné. On sait seulement qu’il y en a quelques-unes vis-à-vis des Autololes, découvertes par Juba qui y avait installé des teintureries de pourpre de Gétulie.

Pline XIX, 63 (alias XIX 22).
Par exemple on a la mauve arborescente en Maurétanie, à Lixum, ville située sur une lagune, où, selon la tradition, se trouvaient les jardins des Hespérides, à 200 pas de l’Océan, près d’un temple d’Hercule plus ancien que celui de Cadix, à ce qu’on dit. Elle a 20 pieds de haut et sa grosseur est telle que personne ne peut l’embrasser.

Pline XXXVII, 37-38 (alias XXXVI 11).
Celui qui a écrit le plus récemment à ce sujet et qui vit encore, Asarubas [Asdrubas] a rapporté que près de la Mer Atlantique se trouve le lac Cephisias, nommé par les Maures Electrum. Ce lac, dit-il, échauffé par le soleil laisserait surnager l’électrum donné par son limon. Mnaseas appelle Sicyon un lieu de l’Afrique et Crathis un fleuve qui sort d’un lac pour se jeter dans l’Océan. Là vivent des oiseaux, qu’il appelle méléagrides et pénélopes ; c’est là que naîtrait l’électrum, de la même façon qu’il a été dit plus haut.





Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: Le MAROC chez les auteurs anciens   Ven 26 Sep - 8:47

page 35




Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: Le MAROC chez les auteurs anciens   Ven 26 Sep - 16:13

page 36




Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: Le MAROC chez les auteurs anciens   Ven 26 Sep - 16:15

page 36




Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: Le MAROC chez les auteurs anciens   Ven 26 Sep - 16:16

page 37




Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: Le MAROC chez les auteurs anciens   Ven 26 Sep - 16:17

page
37




Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: Le MAROC chez les auteurs anciens   Ven 26 Sep - 16:21

page 38




Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: Le MAROC chez les auteurs anciens   Dim 28 Sep - 17:23

page 38




Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: Le MAROC chez les auteurs anciens   Dim 28 Sep - 17:25

page 39




Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: Le MAROC chez les auteurs anciens   Dim 28 Sep - 17:26

page 39




Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: Le MAROC chez les auteurs anciens   Dim 28 Sep - 17:29

page 40




Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: Le MAROC chez les auteurs anciens   Dim 28 Sep - 17:30

page 40



Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: Le MAROC chez les auteurs anciens   Dim 28 Sep - 17:39

page 41

GÉOGRAPHE DE RAVENNE


gauche et descendrait vers l’Egypte. Il est certain, en tous cas, qu’il y a un grand fleuve de cette sorte, dont la source et le cours sont bien ceux-ci et qui produit en effet tous les monstres du Nil ; il est sûr que près de sa source les Barbares l’appellent Dara, d’autres riverains le nomment Nuhul, mais...


DION CASSIUS
Epitome LXXV 13.

En effet, il est clair que le Nil prend sa source dans le mont Atlas. Cette ¡montagne se trouve au pays des Macanites, le long de l’Océan, vers l’Est, et domine de beaucoup toutes les autres ; aussi les poètes déclaraient que c’était la colonne du ciel. En effet, personne n’a jamais escaladé sa cime et n’amême jamais vu ses sommets. Pour ces raisons donc, il est toujours couvert de neige et l’eau, qui s’en dégage, coule avec abondance durant l’été. Même en autre temps, le pied de l’Atlas est tout entier couvert de marécages, mais ils se multiplient surtout l’été, et c’est pourquoi le Nil est en crue pendant cette saison. C’est en effet là sa source, comme le prouvent les crocodiles et les autres animaux, qui y naissent également des deux côtés [ là et en Egypte ]. Que l’on ne s’étonne pas si nous avons découvert ce qu’ignoraient les Anciens Grecs. En effet, les Macanites, habitent la Maurétanie supérieure et beaucoup de ceux qui vont là bas en expédition arrivent jusqu’au voisinage de l’Atlas.


GÉOGRAPHE DE RAVENNE

Éd. Pl. Porcheron, Paris 1748.

I. 3. A la septième heure du jour on assigne la Mauretanie Perosis ou pays des Salines. Dans ce pays il semble bien qu’il y ait encore de très fortes chaleurs ; il y a un très




Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: Le MAROC chez les auteurs anciens   Dim 28 Sep - 17:41

page 41

Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: Le MAROC chez les auteurs anciens   Dim 28 Sep - 17:58

page 42

GÉOGRAPHE DE RAVENNE


grand désert, et une chaîne de montagnes appelée Lutricus. A l’arrière de ce pays, loin de l’Océan, il y a trois grandes îles. Sur le front de ce pays, on trouve, après un très long littoral, la Maurétanie Tingitane, qui touche à la Maurétanie Césarienne, dont j’ai parlé plus haut.

La huitième correspond à la Maurétanie Egel ; dans ce pays, le long de l’Océan, on trouve des monts qui, paraît-il, lancent des flammes. Dans ce pays, le littoral même de l’Océan est formé par des montagnes appelées Bracae. En avant de ce pays, sur des milliers de pas, s’étend le long de la mer la Maurétanie appelée Gaditane, appelée aussi par les Barbares Abrida. Le littoral de ce pays prolonge la Maurétanie Tingitane, déjà nommée. C’est dans cette Gaditane que le peuple Vandale battu par Bélisaire s’enfuit en passant en Afrique et ne reparut plus jamais. Le détroit qui est tout proche de la Gaditane se nomme le Septem Gaditanus.

III 9, Le long de l’Océan s’étend encore le pays appelé Maurétanie Pérosis ou des Salines qui touche à l’Ethiopie Biblobatis mentionnée plus haut. Dans ce pays de la Maurétanie Perosis on dit qu’il y a un très grand désert. Dans ce pays il y a des monts appelés Lytrieus ; derrière ce pays, loin dans l’Océan, on trouve trois îles. En avant de ce pays, qui a un très grand front de mer, se trouve le pays appelé Maurétanie Tingitane. D’autre part dans des lieux montagneux et escarpés, très secs, dans la Maurétanie Perosis décrite plus haut et qui touche â l’Océan et à la Tingitane, elle-même baignée par la grande mer, se trouve un grand pays : la Gétulie... Sur le bord de la Grande mer, nous trouvons la Maurétanie Tingitane. Il y eut, d’après les historiens, des cités dont nous voulons citer quelques-unes : Tingis, Cadum castra, Castra nova, Tasacora, Dracones, Tepidas, Fovea rotunda, Ripas nigras, Stavulum regis,




Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: Le MAROC chez les auteurs anciens   Dim 28 Sep - 17:59

page 42




Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: Le MAROC chez les auteurs anciens   Lun 29 Sep - 10:18

page 43

GÉOGRAPHE DE RAVENNE


Ataba, Taxafora, Fulga, Figit, Gent, Subselluit, Nassufa. De même, à côté de Tingis, il y a d’autres villes : Turbice, Septemvenam. Ce pays est arrosé par des fleuves, l’un, le Turbulenta, est appelé aussi Davina.

III 10. Il y a aussi près de l’Océan, à côté de la Maurétanie Perosis, le pays qu’on appelle Egel. Dans ce pays, près de l’Océan, il y a des montagnes qui lancent des flammes, à ce qu’on dit, comme l’Etna. Dans ce pays à côté de l’Océan, il y a des monts élevés, appelés Praxe (1) (cf. Bracae).. En avant de ce pays, durant des milles, s’étend la côte de la grande mer : c’est le pays appelé Maurétanie Tingitane.

III 11. Sur le même rivage de la grande mer, on trouve la Maurétanie Gaditane, déjà nommée, dont le littoral prolonge celui de la Tingitane. Ce pays est appelé en langue barbare Abrida : c’est là que les Vandales, vaincus par Bélisaire, se réfugièrent en passant en Afrique. On ne les revit plus. J’ai nommé ce pays d’après Gastorius, que j’ai déjà cité tant de fois. Dans cette Maurétanie Gaditane nous lisons qu’il y eut de très nombreuses villes : je veux en citer quelques-unes : Pareatina, sur le littoral, à côté du fleuve Malba, non loin du port de Siga. Puis la colonie de Tingi, Zili, Tabernis, la colonie de Lix, Frigidis, Banasa, Gigantes, Oppidum novum, Tremulas, Septem Fratres, Tamusida, Sala, Gentiano, Explorazio, Boballica, Bobiscianis, Aquis Daticis, Bado, Tocolosion, Bobabili ( = Volubili), Boniuricis, Gudda, Bati, Argenti, Barsuuli, Sidilium, Egelin, Lampica, Fons Asper, Nabia, Maura, Getuli, Selitha, Getulisofi, Getulidare, Turris Buconis, Paurisi, Pérora. La Gaditane, en langue barbare Abrida, touche au



_________

(1) Ce sont les montagnes que l'Anonyme de Rayenne désigne plus haut sous le nom de Bracae. Pareilles confusions lui sont familières.






Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: Le MAROC chez les auteurs anciens   Lun 29 Sep - 10:19

page 43




Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: Le MAROC chez les auteurs anciens   Lun 29 Sep - 10:26

page 44

PLATON


détroit appelé Septem Gaditanus, qui sépare la Maurétanie de l’Espagne, c’est-à-dire la province d’Afrique de l’Europe. Dans cette Gaditane coulent de très nombreux fleuves : les principaux sont : le Subulcus, l’Ubus, le Salensis.

V. 4. On trouve ici le détroit que nous avons souvent nommé : le Septegaditanus, qui sépare l’Espagne de la Maurétanie Maritime. Ce détroit est orienté de la grande mer Gallico-Valeriaque vers l’Océan occidental britannique. Si l’on franchit ce détroit souvent nommé, on trouve dans le pays des Maures les villes de : Bovalica, Sala, Tamusida, Banasa, Frigidis, la colonie de Lix, Tabernis, Zili, la colonie de Tingi, Parietina...


PLATON

Timée, 24 d-25 d.

Nombreux et grands furent vos exploits et ceux de votre cité : ils sont ici par écrit et on les admire. Mais un surtout l’emporte sur tous les autres en grandeur et en héroïsme. En efïet, nos écrits rapportent comment votre cité anéantit jadis une puissance insolente qui envahissait à la fois toute l’Europe et toute l’Asie et se jetait sur elles du fond de la mer Atlantique. Car en ce temps-là, on pouvait traverser cette mer. Elle avait une île devant ce passage que vous appelez, dites-vous, les Colonnes d’Hercule. Cette île était plus grande que la Libye et l’Asie réunies. Et les voyageurs de ce temps-là pouvaient passer de cette île sur les autres îles, et, de ces îles, ils pouvaient gagner tout le continent, sur le rivage opposé de cette mer qui méritait vraiment son nom. Car, d’un côté, en dedans de ce détroit dont nous parlons, il semble qu’il n’y ait qu’un havre au goulet resserré et de l’autre, au dehors, il y a cette mer véritable et la terre qui l’entoure et que l’on peut appeler véritablement, au sens propre du terme, un continent. Or, dans cette île Atlantide, des rois avaient formé un







Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: Le MAROC chez les auteurs anciens   Lun 29 Sep - 10:28

page 44




Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: Le MAROC chez les auteurs anciens   Lun 29 Sep - 10:32

page 45

PLATON


empire grand et merveilleux. Cet empire était maître de l’île tout entière et aussi de beaucoup d’autres îles et de portions du continent. En outre, de notre côté, il tenait la Libye jusqu’à l’Egypte et l’Europe jusqu’à la Tyrrhénie. Or cette puissance, ayant une fois concentré toutes ses forces, entreprit, d’un seul élan, d’asservir votre territoire et le nôtre et tous ceux qui se trouvent de ce côté-ci du détroit. C’est alors, ô Solon que la puissance de votre cité fit éclater aux yeux de tous son héroïsme et son énergie. Car elle l’a emporté sur toutes les autres par la force d’âme et par l’art militaire. D’abord à la tête des Hellènes, puis seule par nécessité, abandonnée par les autres, parvenue aux périls suprêmes, elle vainquit les envahisseurs, dressa le trophée, préserva de l’esclavage ceux qui n’avaient jamais été esclaves, et, sans rancune, libéra tous les autres peuples et nous-mêmes qui habitons à l’intérieur des Colonnes d’Hercule, Mais, dans le temps qui suivit, il y eut des tremblements de terre effroyables et des cataclysmes. Dans l’espace d’un seul jour et d’une nuit terribles, toute votre armée fut engloutie d’un seul coup sous la terre, et de même l’île Atlantide s’abîma dans la mer et disparut. Voilà pourquoi, aujourd’hui encore, cet Océan de là-bas est difficile et inexplorable, par l’obstacle des fonds vaseux et très bas que l’île, en s’engloutissant, a déposé.






Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: Le MAROC chez les auteurs anciens   Lun 29 Sep - 10:33

page 45




Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: Le MAROC chez les auteurs anciens   Lun 29 Sep - 10:36

page 47




Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: Le MAROC chez les auteurs anciens   Lun 29 Sep - 10:37

page 48




Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le MAROC chez les auteurs anciens   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le MAROC chez les auteurs anciens
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ce Maroc bien aimé :: BIBLIOTHÈQUE :: Revues et Livres : -3- "Histoire et Géographie" :: Le MAROC chez les auteurs anciens.-
Sauter vers: