Ce Maroc bien aimé

Ce Maroc bien aimé

Mémoire de la présence Française au Maroc à l'époque du Protectorat
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 L'Art décoratif musulman, Gabriel-Rousseau, 1934

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 11, 12, 13  Suivant
AuteurMessage
Paul CASIMIR




MessageSujet: L'Art décoratif musulman, Gabriel-Rousseau, 1934   Lun 11 Nov - 11:09



 Veuillez patienter le temps du téléchargement des fichiers PHOTO   





Dernière édition par Paul Casimir le Jeu 13 Mar - 9:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: L'Art décoratif musulman, Gabriel-Rousseau, 1934   Lun 11 Nov - 11:13

1

LA VIE MUSULMANE ET ORIENTALE


______________


L'ART DECORATIF
MUSULMAN




TABLE DES MATIÈRES

_____

Préface .................................................................................................. 5

Avant-propos.......................................................................................... 11

CHAPITRE PREMIER. — Aperçu sur les origines et les
caractéristiques    principales    de    l'art    décoratif
musulman. La Polygonie. ......................................................................... 13

CHAPITRE II. -— Le Décor architectural. Les Stalac­tites,
les Coupoles et les Dômes. ....................................................................... 23

CHAPITRE III. — Le Décor architectural (suite). Les
Arcades. Le Décor du Plâtre. Les Minarets. .................................................. 45

CHAPITRE IV.  — Le Décor architectural  (suite).
La Colonne et le Chapiteau. Les Plafonds. .................................................... 87

CHAPITRE V. — L'Art décoratif architectural Berbère..................................... 117

CHAPITRE VI. — Le Décor du Bois, ............................................................ 139

CHAPITRE VII. — Le Décor du Cuir. La Reliure. Le Décor des Armes ............... 161

CHAPITRE VIII. — Le Décor des Etoffes et les Bro­deries ................................193

CHAPITRE IX. — Le Décor de la Céramique.................................................. 217

CHAPITRE X. —- Le Décor des Tapis. ......................................................... 241

CHAPITRE XL — Le Décor du Cuivre, de l'Or et de l'Argent.
L'Orfèvrerie et la Bijouterie........................................................................263

CHAPITRE XII.  -—  L'Enluminure   et  la  Peinture.
La Calligraphie.......................................................................................  285





__________________





Dernière édition par Paul Casimir le Jeu 13 Mar - 9:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: L'Art décoratif musulman, Gabriel-Rousseau, 1934   Lun 11 Nov - 13:13

2

OUVRAGES DU MEME AUTEUR


____________


Le Mausolée des Princes Saadiens à Marrakech (1) ( avec la traduction des inscriptions arabes par F. ARIN ). Paris, librairie orientaliste Paul GEUTHNER, 1925.

En préparation: Le costume au Maroc. ( Cent planches en couleurs d'après les aquarelles de l'auteur ). Paris, P. GEUTHNER, éditeur.


____________

(1) Cet ouvrage est en cours de reproduction sur ce site: mais, contrairement aux autres livres, il n'est pas présenté isolé. Il est accompagné de textes, photos et documents d'autres auteurs qui ont traité ce sujet. Il figure donc dans la rubrique "MONUMENTS ET HISTOIRE", sous-rubrique "MONUMENTS". Nous expliquions ainsi ce choix de présentation:

Le Mausolée des Princes Saadiens est le monument le plus prestigieux et le plus représentatif des monuments marocco-andalous de tout le Maghreb. Une étude a été réalisée en 1925 par une équipe pluridisciplinaire remarquable, Gabriel-Rousseau, artiste -peintre, A. Gilles architecte à Marrakech, l'arabisant Félix Arin pour le relevé de toutes les inscriptions des tombeaux et plaques de marbre... Le livre de Gabriel-Rousseau est la référence, mais cet ouvrage est introuvable, il a mal vieilli car les quelques reproductions couleur, pour la plupart, ont terni, et l'ensemble des photos est en noir et blanc.
Ensuite, des restaurations remarquables, faites depuis, ont modifié l'aspect de nombreuses parties. Et, surtout, la photo numérique offre aujourd'hui des possibilités innombrables et rend le projet de refaire une "étude" économiquement faible facile à réaliser... Et ce projet est d'autant plus nécessaire que la visite de ce mausolée est très difficile de nos jours: les autorités ont justement condamné les accès et il n'est possible d'admirer les intérieurs qu'à partir de portes et fenêtres extérieures... Autant dire que la visite virtuelle sera plus complète, plus instructive...







Dernière édition par Paul Casimir le Lun 11 Nov - 18:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: L'Art décoratif musulman, Gabriel-Rousseau, 1934   Lun 11 Nov - 17:14

3
LA VIE MUSULMANE ET ORIENTALE
COLLECTION SOCIOLOGIQUE  fondée par Edmond DOUTTE
dirigée par Louis MERCIER, Ministre plénipotentiaire.

____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________

L'ART DECORATIF
MUSULMAN

par

GABRIEL-ROUSSEAU
Artiste-peintre
Inspecteur   de   l'Enseignement   professionnel indigène et du Dessin
au Maroc

PRÉFACE
par
J. GOTTELAND
Directeur général de l'Instruction Publique, des Beaux-Arts et des Antiquités,
au  Maroc



PARIS
LIBRAIRIE   DES  SCIENCES   POLITIQUES   ET   SOCIALES
Marcel RIVIÈRE, Éditeur
3 1 ,  Rue Jacob et  1, Rue Saint-Benoît
___

1934

Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: L'Art décoratif musulman, Gabriel-Rousseau, 1934   Lun 11 Nov - 17:20

4 (page blanche)
5

PREFACE

_______

Je me sens bien peu qualifié pour donner à cet ouvrage la Préface que son auteur m'a fait l'honneur de me demander. Mais je sais que, précisément, il ne destinait pas son travail aux érudits, aux spé­cialistes de l'archéologie et de l'histoire de l'art, mais aux étudiants et aux simples curieux. Il a pensé qu'ayant eu la bonne fortune de feuilleter le portefeuille dans lequel il a rassemblé la docu­mentation personnelle d'où son livre est sorti, je me trouvais mieux placé qu'un autre pour exposer au public quel a été son projet.

Peintre d'un beau talent, probe, vigoureux, sin­cère, M. Gabriel-Rousseau s'est, depuis de longues années, passionnément intéressé au Maroc et à ses monuments, mosquées, casbahs, médersas, à ses tapis, à ses broderies, à ses meubles, à ses armes, à ses mosaïques, aux mille formes infiniment variées de son art millénaire. Tandis que d'autres, dont les recherches, préparées par une formation différente, étaient orientées par d'autres préoccupations vers d'autres buts, s'efforçaient de dater les œuvres, d'élucider les origines, de démêler les influences, de caractériser les époques, il s'est laissé tout uniment séduire par la beauté partout où il l'a rencontrée.



Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: L'Art décoratif musulman, Gabriel-Rousseau, 1934   Lun 11 Nov - 17:27

6  
PRÉFACE
___________________________________________________________________________

Puis il a voulu la comprendre, en saisir, par une analyse que lui permettait sa science du dessin, la raison profonde et la technique.

II a été conduit ainsi à étudier, plus particulière­ment, deux arts qui se sont développés parallèle­ment (1) au Maroc, moins l'Art Berbère, rural, indi­gène, original mais fruste, que l'Art citadin, His­pano-Mauresque, issu de la plus brillante tradition Arabe.

Le crayon à la main, par des études, des relevés, des croquis, dont le présent ouvrage, avec un véri­table luxe de reproductions, permet d'apprécier le soin, le fini et le goût, l'auteur s'est efforcé avant tout de situer cet Art Arabe d'Occident dans la riche succession d'œuvres dont il n'est pour ainsi dire qu'une partie et un moment.

Se proposant essentiellement de parler aux yeux, ce livre me paraît mettre en valeur mieux que tout autre, pour le profane, en quoi consiste, comment se manifeste, dans l'Art d'inspiration Musulmane, cette prédominance souveraine du dessin qui en cons­titue le caractère le plus apparent, le plus accusé.

On sait de reste, et ce n'est pas le lieu d'y insister, qu'une interprétation stricte de la loi Coranique, qui interdit à ses fidèles la représentation de la figure humaine, a contraint pendant des siècles les artistes Musulmans à épuiser toutes les ressources du décor géométrique et du décor végétal stylisé.


(1) Cf. Henri Terrasse et Jean Hainaut : Les Arts décora­tifs au Maroc, Paris, Laurens, 1925. Compte-rendu de Georges Marçais dans Hesperis, 1926, 4e trimestre.

[size=18.18181800842285]Note : ce livre " Les arts décoratifs au Maroc" est déjà entièrement scanné sur ce site[/size].

Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: L'Art décoratif musulman, Gabriel-Rousseau, 1934   Lun 11 Nov - 17:36

7  
PRÉFACE

__________________________________________________________________________

L'art arabe se trouve être ainsi, au plus haut degré, ce qui est sans doute la caractéristique de tout art véritable, de tout art digne du nom de grand, l'expression sincère d'une civilisation, ou pour dire plus et mieux, d'un idéal et d'une foi. Mettre en pleine lumière les motifs fondamentaux, les réus­sites les plus heureuses, les harmonies les plus parfaites de ce dessin décoratif, n'est-ce pas la meilleure façon, la plus sûre, la plus directe, de le faire comprendre et aimer ?

Avant tout, parler aux yeux, avons-nous dit d'abord; mais on s'aperçoit vite, en feuilletant ce recueil, que parler aux yeux, c'est une fois de plus parler à l'esprit. La science des arabesques, qui éclate à chaque page, est fille d'une imagination prodigieusement inventive, mais d'une imagina­tion fécondée par le calcul. L'harmonie supérieure qui régit cette création intarissable est celle des nombres. La contemplation et l'étude de ces chefs-d'œuvre fait naître discrètement une émotion esthé­tique qui s'apparente à celle de la musique, à celle des combinaisons mathématiques, de la contempla­tion astronomique.

En parcourant une dernière fois ce petit livre, je ne puis m'empêcher de faire un retour vers les ori­gines de l'Art Grec. Rapprochement que d'autres, infiniment plus qualifiés, ont fait avant moi, mais qui prend, peut-être, une valeur imprévue au moment où le monde Musulman, après des siècles d'immobilité, se met en marche vers de nouveaux destins; où une civilisation, considérée depuis si longtemps comme cristallisée, adopte passionnément


Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: L'Art décoratif musulman, Gabriel-Rousseau, 1934   Lun 11 Nov - 17:41

8  
PRÉFACE
___________________________________________________________________________

cette idée d'un progrès possible à laquelle elle s'était montrée jusqu'ici profondément hostile.

Un maître regretté, Edmond Pottier (1), a sou­ligné en termes excellents ce trait caractéristique de l'Art Grec des origines : la « commune frater­nité », qui enveloppe tous ceux qui font de l'art, artisans et artistes, et qui ignore la distinction dan­gereuse que certains ont prétendu établir entre « arts majeurs » et « arts mineurs »; ne retrouvons-nous pas ce caractère encore vivant au Maroc ? Vivant dans la mesure où, au prix d'un effort que l'on connaît, nous avons réussi jusqu'ici à pré­server les arts indigènes de cet avilissement qu'im­pose le machinisme, la reproduction ou pour mieux dire la déformation mécanique du modèle créé par un artiste.

Il a bien marqué également le danger du dessin géométrique: « Le dessin géométrique est à la fois tentant et dangereux pour les peuples dans l'en­fance; il est d'une pratique facile et commode, il ne suppose qu'un peu de mémoire et d'ingéniosité dans les combinaisons, il n'exige pas une étude laborieuse du monde extérieur dans son infinie complexité, mais c'est aussi pour ce motif qu'il est stérile à la longue. Les peuples qui s'y sont ren­fermés exclusivement, comme les Arabes, en ont tiré une science subtile et abstraite, mais ils se sont condamnés à périr par la redite et par la routine, en s'imposant les limites d'un domaine restreint


(1) Le dessin chez les Grecs d'après  les vases peints, Paris, « les Belles Lettres  »,  1926; notamment pp.  3,  7, 8.

Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: L'Art décoratif musulman, Gabriel-Rousseau, 1934   Lun 11 Nov - 17:48

9  
PRÉFACE
___________________________________________________________________________

qui prouve seulement la   force   d'invention   de l'esprit humain,   et  en se  privant  d'un  domaine inépuisable qui est celui de la nature.
Les Grecs n'ont pas commis cette faute... ».

Le XX° siècle va-t-il assister, dans le domaine de l'art, à une évolution rapide, analogue à celle qui se manifeste dans le domaine des mœurs et de la politique, des croyances et de la pensée, chez un grand nombre   de   peuples   Musulmans ?   L'Art   Arabe va-t-il, après tant de siècles, connaître bientôt son siècle de Périclès ? Rien ne serait plus conforme aux enseignements  de l'histoire. Car s'il est vrai que l'Islam n'a pas connu un épanouissement artis­tique aussi riche, aussi varié, aussi renouvelé d'âge en âge, que ceux dont s'enorgueillit à juste titre la civilisation européenne, ce n'est pas certes faute d'une technique habile, ni de talent, ni d'invention, ni d'une inspiration élevée et parfois géniale: cet ouvrage suffirait à le prouver.





J.  GOTTELAND.



_____________
Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: L'Art décoratif musulman, Gabriel-Rousseau, 1934   Lun 11 Nov - 18:32

10 ( page blanche )
11

L'Art  décoratif   Musulman

__________________________________________________________________
__________________________________________________________________

AVANT-PROPOS

Ce ne sont pas les ouvrages qui manquent sur le sujet que nous présentons ici. Nombreux sont ceux qui paraissent devoir éclairer très suffisamment les cher­cheurs pour la réalisation des divers buts qu'ils se pro­posent.

Les uns s'attachent, au moyen de planches de grand format tirées luxueusement, à décrire, soit la mono­graphie d'un monument, soit les plus beaux spéci­mens des objets d'Art industriel, et sont considérés à juste titre comme des documents précieux, mais leur format et leur prix les rendent aujourd'hui peu acces­sibles à la plupart des travailleurs.

D'autres ouvrages, qui ont également rendu bien des services, mais dont les exemplaires sont assez rares, sont des recueils spéciaux de modèles d'entrelacs et d'arabesques; d'autres se bornent à l'Afrique du Nord; d'autres enfin ont cherché à réunir, sous un format plus petit, les éléments généraux de l'histoire de l'Art Musulman, mais leurs illustrations photographiques sont alors de dimensions trop réduites et surtout man­quent de netteté.

Il faut donc bien reconnaître que, malgré l'intérêt indiscutable de chacun d'eux, aucun ne répond com­plètement au désir et souvent à la nécessité qu'éprouvent les artistes, décorateurs, architectes et archéologues, de trouver, sans perte de temps, les renseignements

Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: L'Art décoratif musulman, Gabriel-Rousseau, 1934   Mar 12 Nov - 8:39

12
L'art décoratif musulman

qui leur permettent de situer exactement, par comparaison et rapprochement, tel ou tel élément décoratif d'origine Musulmane dont ils ont besoin pour leurs travaux.

Ce que nous avons cherché, c'est à établir, sous un format réduit et à un prix modique, un manuel essen­tiellement pratique de l'Art décoratif Musulman, sorte de dictionnaire abondamment illustré, permettant de comparer rapidement les principales caractéristiques de chaque genre d'ornementation à travers les pays Islamiques, aussi bien en Egypte et en Syrie, en Tur­quie et en Afrique du Nord, qu'en Perse et dans l'Inde.

L'illustration joue donc dans cet ouvrage un rôle prépondérant.

Ainsi que nous le disons plus haut, nous avons trop souvent remarqué combien les reproductions de clichés photographiques, surtout quand elles ne sont pas de grand format, présentent de parties floues et manquent de la netteté indispensable à une bonne documentation. Aussi avons-nous pris le parti de ne donner que des dessins au trait, ou des reproductions d'aquarelles, possédant toute la précision et l'exacti­tude possibles, et faisant valoir le caractère essentiel de chaque motif ornemental. De longs séjours en Afrique du Nord, principalement au Maroc, nous ont permis d'exécuter d'après nature un grand nombre de ces dessins. Nous ne nous sommes pas dissimulé que la tâche était particulièrement difficile de réunir, en un seul volume de petit format, un ensemble de docu­ments aussi considérable, et nous sentons bien toutes les lacunes qui apparaîtront aux lecteurs avertis. Du moins, serons-nous satisfait si, par une présentation nouvelle, nous avons réussi à faciliter quelque peu les recherches des artistes, et surtout à leur faire gagner du temps.


Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: L'Art décoratif musulman, Gabriel-Rousseau, 1934   Mar 12 Nov - 8:51

13

CHAPITRE PREMIER

____

Aperçu sur les origines
et les caractéristiques principales
de l'Art décoratif Musulman.

Le Décor polygonal.

____

Les origines de l'Art Musulman sont assez discutées et les archéologues sont loin d'être d'accord sur les sources d'un style qui a répandu ses inspirations depuis la Syrie, l'Egypte, l'Espagne et l'Afrique du Nord jusqu'aux contrées les plus lointaines de l'Inde et de la Perse.

Les uns déclarent que les Coptes auraient fondé les bases de l'architecture et de la décoration des pre­mières mosquées d'Egypte; d'autres prétendent que c'est de la Perse Sassanide que viennent les principes initiateurs de l'Art Islamique; d'autres encore font remarquer qu'on trouve, sur des monuments chré­tiens de la Syrie Centrale, dont la construction remonte au IV° siècle, des frises d'entrelacs géomé­triques, ce qui permettrait de croire que la tradition de cette ornementation appartient aux écoles Grecques de la décadence; d'autres enfin estiment, et je me ran­gerais volontiers à ce point de vue, que le style Musul­man, comme les autres styles, a subi, avant d'être


Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: L'Art décoratif musulman, Gabriel-Rousseau, 1934   Mar 12 Nov - 8:54

14  
L'art décoratif musulman


vraiment lui-même, toutes sortes d'influences exté­rieures.

Au surplus, notre rôle n'est pas ici d'essayer de résoudre ce problème si complexe, et nous devons nous borner à déterminer les caractéristiques princi­pales de chaque époque et à faire observer les diffé­rences essentielles des formules décoratives de chaque contrée où la civilisation Musulmane implanta sa suprématie.

Une des premières observations qui doivent être faites dans l'étude des éléments décoratifs chez les peuples Musulmans consiste en l'absence à peu près complète de représentation d'êtres animés.

On sait que, parmi les Commentaires du Coran, deux sentences interdisent à leurs adeptes, comme un acte d'idolâtrie, la reproduction de la figure humaine. Ces prescriptions qui, cependant, ne font pas partie des lois ordonnées par le Prophète, mais qui sont seu­lement des préceptes ajoutés plus tard par ses dis­ciples, paraissent apporter l'explication des recherches décoratives purement abstraites des artistes Arabes, où les combinaisons géométriques les plus compli­quées et les plus savantes remplacent l'interprétation de la vie et du mouvement.

Il faut observer, cependant, que cette interdiction Coranique n'a pas eu, dans tous les pays Islamiques, une influence assez puissante pour empêcher les artistes de peindre ou de sculpter des figures.
Il suffit de rappeler les admirables collections de miniatures Persanes où, dans des décors d'une précio­sité rare, sont imaginées des scènes de guerre ou de chasse, ou de merveilleuses interprétations de poèmes et de légendes.

Mais, malgré ces constatations, qui d'ailleurs ne peuvent être faites que pour certaines époques et principalement en Perse,


Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: L'Art décoratif musulman, Gabriel-Rousseau, 1934   Mar 12 Nov - 8:59

15
ORIGINES ET CARACTÉRISTIQUES PRINCIPALES


on doit bien reconnaître que les compositions décoratives représentant des figures ou des animaux sont peu nombreuses dans l'ensemble de l'Histoire de l'Art Musulman.

Ce qu'on doit retenir, dans cet aperçu, ce sont les résultats de la volonté de la plupart des artistes Arabes de limiter leur inspiration à des combinaisons de lignes géométriques,



Fig. 1. — Polygone étoilé à huit branches.

et à une décoration florale stylisée.

Il est évident que cette méthode restrictive est une des causes de l'immense variété de l'Art ornemental Musulman, dont tout l'attrait provient de la diversité infinie des enroulements de courbes ou des entrecroi­sements de polygones, bref de l'imprévu séduisant d'une multitude de motifs qui s'enchaînent et se mélangent et qui constituent, en somme, le reflet des rêves singuliers de l'âme Musulmane.


Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: L'Art décoratif musulman, Gabriel-Rousseau, 1934   Mar 12 Nov - 9:03

16  
L'art décoratif musulman
Les principes de cette ornementation apparurent, vers le X° siècle, en Egypte et en Syrie.

Au début de cette époque, les artisans Arabes ima­ginèrent des compositions géométriques assez simples, formées généralement de triangles, de losanges, de carrés, de pentagones et d'hexagones, où s'enlacent des feuillages et des fleurs stylisés. Puis, peu à peu, l'inspiration des artistes s'orienta vers des combinai­sons plus compliquées, où les motifs floraux disparu­rent presque complètement, comme absorbés par les enchevêtrements fantastiques des arabesques polygo­nales.

Il paraît nécessaire de donner ici quelques explica­tions sur le tracé des figures géométriques employé par les Arabes pour former leurs compositions décoratives.
A première vue, en effet, ces compositions semblent tout à fait compliquées et l'œil se trouble tout d'abord devant ce labyrinthe de lignes enchevêtrées, en appa­rence inextricables.

Les principes géométriques en sont cependant, en général, assez simples et ont été décrits dans plusieurs ouvrages, dont certains ont donné de nombreuses applications (1).
Ces principes sont basés sur la division de la cir­conférence en un certain nombre de parties égales et sur la construction de polygones réguliers.

Partant de ce système, l'imagination des artisans Musulmans s'est lancée dans les assemblages de poly­gones qui, par leur répétition, ou leur entrecroisement, ont produit ces merveilleuses compositions dont nous verrons plus loin les applications les plus diverses.

_________________

(1)  Bourgoin :  Le   trait  des  entrelacs.
  ... Gatet :   L'Art Arabe.
 ... Collin : Etude de la décoration polygonale.


Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: L'Art décoratif musulman, Gabriel-Rousseau, 1934   Mar 12 Nov - 9:08

17
ORIGINES ET CARACTÉRISTIQUES PRINCIPALES


Voici un exemple de l'emploi de la circonférence pour la construction d'une étoile à huit branches, dont nous trouvons des applications variées dans les plafonds de bois peint et des panneaux à claire-voie



fig. 2. — Application du polygone précédent. Fragment
d'un panneau de bois sculpté. Salle des Deux-Sœurs. Alhambra.

de la Mosquée de Touloun, ainsi que sur des pave­ments de la Mosquée de Kaït-Bey, au Caire; dans des mosaïques et des boiseries de l'Alhambra, de Grenade; sur des dallages de marbre, à Damas; sur la porte de la Mosquée de Bou-Medine, à Tlemcen, et dans la plupart des mosquées et des palais Marocains (fig. 1).


Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: L'Art décoratif musulman, Gabriel-Rousseau, 1934   Mar 12 Nov - 9:12

18  
L'art décoratif musulman
La figure 2 montre une intéressante application du polygone étoilé à huit branches. C'est un fragment d'un panneau de bois sculpté et mouluré situé dans la salle des Deux-Sœurs, à l'Alhambra.

La figure 3 donne un exemple du tracé constructif



fig. 3. — Exemple de construction d'un panneau décoratif composé  d'une  étoile  à   seize  branches.

d'une grande étoile à seize branches entourée de petites étoiles à huit branches. La figure suivante montre une remarquable application de ce tracé. C'est un fragment d'un panneau de mosaïque de faïence qui fait l'ornement des murs intérieurs d'une des koubbas du Mausolée des Princes Saadiens, à Mar­rakech (fig. 4).


Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: L'Art décoratif musulman, Gabriel-Rousseau, 1934   Mar 12 Nov - 9:15

19
ORIGINES ET CARACTÉRISTIQUES PRINCIPALES

Parmi les types de polygones les plus fréquemment employés, il faut noter les hexagones et les dodéca­gones, les trigones, les carrés et les octogones, et les polygones de quatorze et de seize côtés. Les entrelacs



4. —. Application de l'étoile polygonale à seize branches. Mausolée des Saadiens, Marrakech.

inspirés du type pentagonal sont moins usités. Il en est de même des heptagones, parce que leur symétrie incomplète rend les combinaisons plus difficiles.
La figure 5 explique l'emploi de l'hexagone et du trigone pour le tracé d'un entrelacs de lignes courbes. Comme on le voit, ce point de départ des polygones


Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: L'Art décoratif musulman, Gabriel-Rousseau, 1934   Mar 12 Nov - 9:19

20
L'art décoratif musulman



Fig. 5. — Exemple de l'emploi de l'hexagone pour la construction d'un entrelacs curviligne.
Fig. 6. — Entrelacs composé de lignes droites et de courbes.
permet de multiples combinaisons où les lignes courbes produisent des effets originaux.

La figure 6 montre comment, avec un assemblage


Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: L'Art décoratif musulman, Gabriel-Rousseau, 1934   Mar 12 Nov - 9:22

21
ORIGINES ET CARACTÉRISTIQUES PRINCIPALES

de circonférences tangentes entre elles et divisées cha­cune en douze parties égales, on peut composer un curieux entrelacs formé de lignes droites et de courbes entremêlées.

Voici un exemple (fig. 7) de composition ornemen­tale que l'on observe dans la décoration extérieure de la plupart des minarets Marocains. On lit ici, d'une manière très claire, un système d'entrelacs obtenu par l'emploi de la circonférence, et par la répétition et l'entrecroisement d'un même motif.



fig. 7. — Motif décoratif d'un minaret.

En résumé, ce système du décor polygonal com­prend, comme base, l'emploi des circonférences que l'on divise en un certain nombre de parties égales pour la construction de polygones réguliers; puis le tracé des réseaux qui servent à construire les groupe­ments de polygones les réseaux carrés pour les carrés, les octogones et les polygones de seize côtés; les réseaux trigones, pour les triangles, les hexagones et les dodécagones; et, enfin, les réseaux rectangu­laires qui servent pour le tracé des pentagones, types de polygones, comme nous l'avons dit plus haut, les moins usités.


Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: L'Art décoratif musulman, Gabriel-Rousseau, 1934   Mar 12 Nov - 9:28

22
L'art décoratif musulman




Fig. 8. — Fragment d'un plafond. Motif de dodécagones étoilés.


BIBLIOGRAPHIE DU PREMIER CHAPITRE

Bourgoin. — Le trait des entrelacs. Paris.
Collin (J.) — La décoration polygonale Arabe. Paris, Librairie de Construction Moderne.
Gayet. — L'Art Arabe. Paris, Librairie Quantin.
Migeon (G.). — Manuel d'Art Musulman. Arts plastiques et industriels. Paris, Editions A. Picard, 1927.
Saladin (H.). — Manuel d'Art Musulman. L'architecture. Paris, Picard, 1907. (Une nouvelle édition a paru récem­ment à cette librairie sur le même sujet, sous la signa­ture de M. Georges Marçais.)


______________


Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: L'Art décoratif musulman, Gabriel-Rousseau, 1934   Mar 12 Nov - 9:32

23


fig. 9. — Corniche en stalactites surmontant une niche extérieure
de la Mosquée de Hassan, au Caire.


CHAPITRE II

Le Décor architectural.
Les Stalactites, les Coupoles et les Dômes.
__________________


I. — LES STALACTITES

Une des formules ornementales les plus caractéris­tiques de l'Architecture Musulmane fut l'invention des stalactites. Voici comment on explique son origine:
Les premières coupoles des monuments Arabes furent élevées sur plan carré, c'est-à-dire sur quatre murs égaux qui se coupent à angles droits. Le pro­blème architectural consistait donc à remplir quatre angles pour raccorder le carré à la partie ronde de la voûte.


Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: L'Art décoratif musulman, Gabriel-Rousseau, 1934   Mar 12 Nov - 9:36

24
L'ART   DÉCORATIF   MUSULMAN

La solution fut trouvée au moyen des pendentifs, sortes de prismes triangulaires en encorbellement qui, placés aux angles du carré inférieur, servent de tran­sition entre celui-ci et la circonférence de la coupole. A vrai dire, ce système constructif en voûtes fut emprunté aux monuments Byzantins.

Mais cette formule fut pour les architectes Musul­mans, toujours épris de recherches abstraites et de complexités géométriques, l'occasion d'inventer les combinaisons polygonales les plus difficiles.
Prenant pour point de départ ces pyramides trian­gulaires en encorbellement, ils imaginèrent de les



Fig. 10. — Fragment d'un pendentif à stalactites.
multiplier sur plusieurs rangs superposés et parvin­rent ainsi à donner l'impression des alvéoles d'une ruche d'abeilles, ou aussi de ces curieuses concrétions calcaires qui se forment à la voûte des grottes, d'où le nom de stalactites.
Voici un croquis de fragments d'un pendentif à sta­lactites (fig. 10), dont les sections supérieures sont en forme de triangle-rectangle, ou de losange, ou de rec­tangle. Ces éléments géométriques sont ingénieuse­ment combinés de façon à composer, en s'accolant exactement, un ensemble prismatique décoratif.

Les mosquées du Caire offrent une très grande variété de stalactites aux différentes époques de l'Ar­chitecture Arabe. Nous en trouvons d'admirables spé­cimens dans la Mosquée d'Hassan (fig. 9), dans la voussure de son immense portail et dans la corniche


Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: L'Art décoratif musulman, Gabriel-Rousseau, 1934   Mar 12 Nov - 9:44

25
LES STALACTITES

de la façade, dans les encorbellements des coupoles, dans les balcons des minarets, sur les chapiteaux et jusqu'au portique du Minbar. Partout les stalactites, d'une forme très régulière, assez allongée, et de pro­portions harmonieuses, constituent l'une des ornemen­tations les plus typiques de ce somptueux monument. Les tombeaux du Karafah, au Caire, contiennent aussi de remarquables encorbellements en stalactites.



Fig. 11. — Koubba d'un tombeau des Khalifes, au Caire.
Stalactites de la Coupole.
En voici un exemple très typique (fig. 11). Il orne une niche de l'intérieur de la coupole d'un de ces mausolées. Les minarets à plusieurs étages compren­nent des balcons dont certains encorbellements sont décorés de stalactites à chandelles ou pendillons (fig. 12 à 15).

Les stalactites furent employées dans tout le Magrheb, à partir du XII° siècle. Au Maroc, les plus anciennes se trouvent dans la Mosquée de TinMel. Mon grand et regretté ami, Edmond Doutté, en a signalé l'existence dans la décoration des pendentifs


Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: L'Art décoratif musulman, Gabriel-Rousseau, 1934   Mar 12 Nov - 9:48

26
L'ART DÉCORATIF MUSULMAN

de coupoles qui recouvraient autrefois la salle du Mihrab.

Le portail principal de la Mosquée des Andalous, à Fez ( XIII° siècle ), nous donne un bel échantillon de stalactites sculptées dans le bois. L'imposant auvent



Fig. 12,-— Stalactites d'un balcon du minaret de la Mosquée du Sul­tan Nasser, au Caire.
Fig. 13. — Détail de ces stalactites.
en cèdre, qui abrite la grande arcade, comprend, en effet, un magnifique bandeau figurant une série d'arcatures où plusieurs rangs de stalactites sont sculp­tées avec un assez fort relief.

Dans les médersas de Fez, les stalactites sont employées aussi bien comme simple ornement que comme moyen d'encorbellement.


Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Art décoratif musulman, Gabriel-Rousseau, 1934   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Art décoratif musulman, Gabriel-Rousseau, 1934
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 13Aller à la page : 1, 2, 3 ... 11, 12, 13  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ce Maroc bien aimé :: BIBLIOTHÈQUE :: Revues et Livres : -1- "MAROC Traditionnel" :: L'Art Décoratif Musulman.-
Sauter vers: