Ce Maroc bien aimé

Ce Maroc bien aimé

Mémoire de la présence Française au Maroc à l'époque du Protectorat
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Enrique GOMEZ CARRILLO : FES ou LES NOSTALGIES ANDALOUSES, -1927 -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Paul CASIMIR




MessageSujet: Enrique GOMEZ CARRILLO : FES ou LES NOSTALGIES ANDALOUSES, -1927 -   Mer 1 Jan - 15:25

page 110

Toutes ces qualités sublimes qui se mesurent au sein du protoplasme le plus pur. Telle est la part de notre peuple qui, après tant d'années de léthargie imposée, se réveille aujourd'hui dans l'arène nationaliste et brandit les aciers trop longtemps oubliés aux panoplies.
A l'heure qui s'agite, à l'heure où les peuples se lèvent pour réclamer leurs droits et leurs terres, à l'heure qui sonne pour le peuple légendaire de savants et de patriarches, de guerriers, de martyrs et de poètes, à l'heure où la foi nationaliste se dresse et claque du haut des tours comme un drapeau, je conjure mes frères, les "Séfardites" de venir grossir nos rangs à la tête desquels sont placés les Sionistes qui nous conduiront en Palestine"...

Et si ces phrases vous paraissent trop délirantes, permettez-moi de vous offrir, pour terminer, quelques lignes encore de la magnifique étude de Martin Buber :

" C'est dans le caractère oriental, manifeste ou caché, c'est dans le fond qui demeure inaccessible aux influences étrangères, que nous puisons notre foi en une création renouvelée du génie religieux des Juifs. Dans la vie abstraite et irréelle que le peuple élu mène en Occident, il ne pourra réaliser qu'une oeuvre incomplète.



Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: Enrique GOMEZ CARRILLO : FES ou LES NOSTALGIES ANDALOUSES, -1927 -   Jeu 2 Jan - 10:21

page 111

L'esprit pourra lui suggérer d'audacieuses créations et lui souffler de fortes pensées. De brusques réveils mystiques pourront éclairer la nuit orageuse de son destin. Mais une création synthétique et puissante capable de faire fondre mille éléments divers pour les faire entrer dans la continuité historique du développement national exprimant dignement à nouveau l'éternelle aspiration de l'âme juive vers l'unité ne pourra être réalisée que lorsqu'Israël aura retrouvé le cours traditionnel de sa vie en Judée "...

Et ceci, que chacun peut lire dans la Revue Juive de Paris, on le lira plus clairement encore dans le ghetto de Fès, dans les grands yeux noirs de ces hommes et de ces femmes, qui saluant en nous l'étranger qui passe, se rappellent qu'ils sont eux aussi de pauvres étrangers, qui, pareils à leurs aïeux de Babylone, attendent la fin de leur captivité.


Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: Enrique GOMEZ CARRILLO : FES ou LES NOSTALGIES ANDALOUSES, -1927 -   Dim 5 Jan - 10:44

.../...
AU PARADIS DES FEMMES
page 124

Il est une nuit, une nuit entre les nuits, durant laquelle les coeurs féminins, sur les terrasses de Fès, palpitent romantiquement, avec une angoisse plus délicieuse que celle du jour des noces: c'est la vingt septième veillée du Ramadan. Alors, de très bonne heure ou dès que, comme disent les musulmans, les yeux ne distinguent plus un fil blanc d'un fil noir, les esclaves noires disposent à côté des parapets aériens, les plus riches coussins, les tapis les plus souples, les nattes les plus fines. Après la chaleur de la journée, la brise nocturne prodigue sur les hauteurs les caresses de son haleine fraîche.





Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Paul CASIMIR




MessageSujet: Enrique GOMEZ CARRILLO : FES ou LES NOSTALGIES ANDALOUSES, -1927 -   Dim 5 Jan - 10:58

page 125

Durant quelques heures, éclairées par les feux qu'entretiennent les vieilles femmes, les jeunes filles dansent en choeur, célèbrent le rite éternel de leur désir amoureux. Une immense clameur, formée seulement de voix féminines, très différente de celle qui sélève pendant la prière du Maghreb, emplit toute la ville de ses notes nerveuses.

- Et soudain, me dit mon ami Vallier, le poète exquis qui compose ses poèmes islamiques dans les environs du palais de la Batha, soudain tout bruit cesse. Une angoisse infinie oppresse le coeur des femmes. Le ciel va s'entrouvrir pendant une seconde, et les mortels qui réussiront à entrevoir les reflets du Paradis, obtiendront d'Allah tout ce qu'ils demanderont. Sur les lèvres ardentes, les supplications palpitent. Il faut qu'à l'instant suprême la phrase soit brève, claire. Les vieux fqihs conseillent de dire simplement : "Fais, Seigneur, ce que tu jugeras le meilleur pour moi". Mais les jeunes filles craignant, non sans raison, que le Tout-Puissant ignore ce qui procurerait le plus de plaisir à leurs petites âmes anxieuses, préfèrent lui indiquer bien explicitement ce qu'elles désirent. Et toujours, toujours, dans les bouches de celles qui croient avoir entrevu les demeures de l'Eternel un homme d'homme fleurit...



Une fassia ( 1930 environ )

Revenir en haut Aller en bas
http://arabebilingue.unblog.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Enrique GOMEZ CARRILLO : FES ou LES NOSTALGIES ANDALOUSES, -1927 -   

Revenir en haut Aller en bas
 
Enrique GOMEZ CARRILLO : FES ou LES NOSTALGIES ANDALOUSES, -1927 -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ce Maroc bien aimé :: BIBLIOTHÈQUE :: Revues et Livres : -4- "Textes et Documents" :: Morceaux Choisis-
Sauter vers: