Ce Maroc bien aimé

Ce Maroc bien aimé

Mémoire de la présence Française au Maroc à l'époque du Protectorat
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 LA PRODUCTION MAROCAINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: LA PRODUCTION MAROCAINE   Lun 21 Avr - 9:23

page 76



DIFFERENTS MODELES DE TAPIS OUAOUZGUIT


Dernière édition par Pierre AUBREE le Ven 25 Avr - 8:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: LA PRODUCTION MAROCAINE   Lun 21 Avr - 9:26

page 77



TAPIS OUAOUZGUIT
Le Tapis Ouaouzguit, appelé communément Tapis Glaoua est fabriqué dans la Région dont il porte le nom et plus particulièrement dans certaines Tribus de cette confédération telles que les Ait Touaya, les Ait Tamassine et les Ait Khzama. Mais l'on peut dire que chacune de ces trois tribus est spécialisée dans un genre qui lui est propre.
En effet, c'est chez les Ait Touaya que l'on rencontre le tapis à dominante blanche ou noire avec pour dessin des losanges à couleurs opposées à celles du fond et avec quelques taches, rouge, jaune, orange, vert, éparses sur le Tapis.
Chez les Ait Tamassine, le Tapis est presque toujours à fond rouge-garance, orange-foncé, jaune ou marron clair. Le décor varié d'un caractère berbère très accusé, est composé de nombreuses figures géométriques : Losanges, carrés, rectangles, triangles etc...
Les Ait Khzama s'adonnent beaucoup plus à la fabrication du Hambel qu'à celle du Tapis. Ce genre est caractérisé par sa composition où l'on trouve à la fois des bandes en points simplement tissés, blanc et noir et des points noués à couleurs et à dessin très variés.
Le Tapis Ouaouzguit est donc caractérisé par ses trames solides, ses chaînes très fines et très serrées, son coloris, agréable, sa laine soyeuse.
Grâce à sa solidité, à son aspect lustré et chatoyant, le Tapis Ouaouzguit plaît de plus en plus aux touristes nombreux qui grâce à lui emportent a leur retour vers leur mère patrie, un coin de ce pays fantasque, mystérieux et coloré, qu'est le Sud Marocain.
M. HAMARAS. Agent Technique des Arts Indigènes de Ouarzazate.


Dernière édition par Pierre AUBREE le Ven 25 Avr - 8:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: LA PRODUCTION MAROCAINE   Lun 21 Avr - 9:28

page 78


- Ancien tapis chichaona à fond bois de rose. La facture de ce tapis a été améliorée ainsi que l'on peut s'en rendre compte en le comparant avec le modèle similaire de la page 79. La fabrication 1938 est plus régulière, les bords sont parallèles.

LE   TAPIS   CHICHAOUA

Le tapis « Chichaoua », autrefois dénommé Ouled Bou Sba, nom de la tribu où se trouvent en grande majorité les propriétaires de métiers, est caractérisé par un fond rosé, allant du rosé pâle au rosé brique sur lequel se trouve jeté sans symétrie un certain nombre de dessins géométriques. La trame et les lisières dentelées faites d'un mélange de laine et de poils de chèvre assurent au tapis une grande solidité.
Les vrais tapis d'origine comportent en général une série de dessins d'une facture remarquable mais pèchent presque tous par la qualité de la teinture qui est faite soit d'aniline pure soit d'un mélange d'aniline et de garance. D'autre part le fond du tapis n'est pas toujours de couleur uniforme. L'artisan ne disposant pas en général, dès le début, de la quantité de laine teinte suffisante, ajoute, suivant les besoins, de la laine dont la teinture ne correspond pas au ton primitif.
L'action de l'Autorité de Contrôle de Chichaoua et du Service des Arts Indigènes de Marrakech a donc été orientée tout d'abord vers une amélioration de la qualité de la teinture. En 1936, un immeuble fut réservé à Chichaoua pour l'exportation et la vente des tapis. Ne pouvaient être admis que les tapis teints à la garance : le contrôle étant fait par le moyen de tickets délivrés par le Service des Arts Indigènes de Marrakech aux teinturiers. Ces tickets accompagnaient le tapis et en cas de fraude sur la teinture permettaient de découvrir sans contestation possible le teinturier fautif. Grâce à ces moyens une amélioration très nette a été constatée depuis ces dernières années dans la qualité de la teinture. En même temps, le nombre de commandes augmentait et les artisans pouvaient se rendre compte eux-mêmes qu'ils avaient intérêts à soigner la qualité.
Enfin la facture du tapis a été améliorée, pour répondre au goût de la clientèle, sans toutefois abandonner les caractéristiques essentielles du Chichaoua. C'est ainsi que peu à peu les proportions des tapis ont été modifiées — largeur augmentée et longueur réduite — pour donner aux tapis des dimensions plus harmonieuses et plus conformes au goût de la clientèle européenne. Les tapis présentant quelques défauts de tissage — lisières non parallèles, peints insuffisamment serrés — ont été rejetés peu à peu. Il était en même temps recommandé aux artisans de faire des tapis moins chargés en dessins : des tapis complètement unis, ont même été exécutés sur commande. Ils ont été très apréciés des acheteurs.
Les résultats obtenus sont actuellement très satisfaisants.
Le débouché des tapis de Chichaoua est assuré grâce à la vogue dont ils jouissent en France et à l'étranger. Tous les tapis présentés à la salle d'exposition de Chichaoua ont été facilement vendus aux touristes de passage.
L'Autorité de Contrôle s'est mise en rapport avec l'Office Chérifien de Contrôle et d'Exportation qui en trois mois a acheté 50 tapis pour l'exportation. Ce mouvement ne peut que s'accentuer si la qualité reste satisfaisante.
Pour contrôler et améliorer cette qualité le Service des Arts Indigènes, à la demande de l'Autorité de Contrôle, a délégué à Chichaoua un de ses agents qui assure depuis le 15 Août dernier l'estampillage et la surveillance technique de la fabrication.
Une coopérative groupant 107 familles d'artisans est en formation. Elle sera chargée sous la surveillance du Chef de la circonscription, de l'achat des matières premières, laine, teintures,, matériel de tissage, etc... pour le compte de ses adhérents, et de la vente des produits Elle bénéficiera comme les autres corporations artisanes de certains avantages réservés par le Gouvernement du Protectorat à ces jeunes groupements.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: LA PRODUCTION MAROCAINE   Sam 26 Avr - 8:40

page 79


- Ancien tapis dit « Chichaoua ». On remarque que  ce  tapis  ne  comporte  pas  d'harmonie,   les dessins sont irréguliers et les lisières non parallèles.
- Nouveaux tapis de Chichaoua,  exécutés  à Chichaoua en juillet  1938. Remarquer que les dessins ont été simplifiés, que les
teintes sont unies et que les lisières sont parallèles.


Dernière édition par Pierre AUBREE le Dim 27 Avr - 11:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: LA PRODUCTION MAROCAINE   Sam 26 Avr - 8:40

page 80


- ARTISANS occupés à la confection d'une couverture de laine sur métier à basse lice (Foire de Fès 1938).
- UNE  OUVRIERE DE FES AU  TRAVAIL assise sur un petit tapis, à même le sol, devant un métier composé d'un cadre rectangulaire élevé à hauteur convenable par quatre pieds, la jeune fille passe, à l'aiguille, le fil de soie dans l'étoffe bien tendue. Exécutée au point de trait, la broderie est sans envers.

L'ACTION ARTISANALE A FES

I. — Des trois éléments de l'équilibre citadin : l'étudiant, Le négociant, l'artisan, celui-ci est, en nombre et en force économique, le plus considérable : environ douze mille foyers, les deux tiers de la Médina, masse de forces saines, dignes de l'amitié française par tout ce qu'elles recèlent de vertus constructives : honneur corporatif, talent individuel, instinct d'organisation.
Toutes ces vies étaient menacées par une effrayante décadence, due au bouleversement que leur avait imprimé le choc de l'économie européenne, de la concurrence mondiale, de la crise, lorsque le Protectorat décida d'entreprendre une vigoureuse action.
Action poursuivie depuis plus d'un an, obstinément, par la Municipalité de Fès, sous l'impulsion personnelle du Général Noguès, du Général Blanc, avec la collaboration des Autorités Musulmanes, de tous les services ou organismes ; Arts Indigènes, O.C.E., Chambre de Commerce, Comité de la Foire, et dont la Caisse artisanale, créée en Mai 1937, devait être l'intermédiaire technique.
On peut d'ores et déjà en tracer le bilan.
II. — Voici pour l'exercice 1937 - 1938 les chiffres communiqués par la Caisse Régionale :
a) Assistance 148.007 frs, 30 de farine +   10.175 frs de vêtements.
b) Assistance - travail :
Four le Musée d'orientation touristique : 14.532.25
Pour   la   Foire : 21.706.00
Échantillonnage  divers : 6.115.00
Total :    42.453.25
Comme on voit, le but d'assistance se double ici d'un but d'éducation et d'adaptation. Effort d'échantillonnage ,le plus vigoureux possible, dans tous les domaines possibles : c'est ce qui a été poursuivi et qui le sera encore.
c) Crédit. — C'est là le plus gros effort : soit 338.650 frs. de prêts à cinq ans amortissables, le tout octroyé selon des procédures simples et vivantes, sans immobilisation des titres de propriété, et en laissant la plus grande latitude du choix de la corporation elle-même. On doit même souligner que le Comité de direction de Fès a, de sa propre autorité contrairement à la lettre, mais non à l'esprit du dahir, consenti 42.875 frs de prêts sans autre garantie que l'honneur corporatif. Nous verrons qu'à l'expérience, la garantie ne s'est point révélée mauvaise.
III. — On n'insistera pas sur les efforts déployés en vue d'une  accommodation  commerciale  de  l'artisanat  au  monde nouveau. Tous gardent présente à l'esprit cette manifestation de grande envergure que fut la Foire de FES : fête sociale en même temps qu'opération économique, elle restera longtemps dans les mémoires des musulmans et des Français.
L'artisan dispose maintenant de l'outillage commercial qui lui manquait : le Comptoir artisanal Marocain, créé à Casablanca, et qui a une agence à Fès, fera le lien avec l'Europe. D'autre part, un mécanisme extrêmement souple de prêts d'urgence a été combiné, de façon à permettre l'exécution des commandes. Au fond de sa médina, l'artisan se sent donc d'ores et déjà relié au monde nouveau par un organisme commercial moderne et des facilités bancaires.
IV. — Le plus large appel a été fait dans toute cette action à l'initiative des intéressés, au sentiment de groupe, à l'honneur corporatif. Il n'y a pas de meilleure éducatrice que la responsabilité. C'est ainsi qu'aux effrayants symptômes de décadence, de désagrégation qui se faisaient jour, ont fait place des signes indéniables de guérison. L'artisan a senti peu à peu se reconstituer autour de lui cette atmosphère de groupe si nécessaire à sa santé morale, comme à son bien-être économique.
Une coopérative de Dinandiers, qui n'a pas un an d'existence, a triplé son capital. Dans la même voie s'organisent tanneurs, babouchiers, tisserands. Le principe adopté, c'est que la mise de fonds doit être faite, pour très grosse part, par l'artisan lui-même. C'est là un excellent, et, à vrai dire, le seul critérium.
Aussi concluant s'avère le recouvrement du premier terme échu des prêts à fins artisanales : dès la deuxième semaine de la mise en recouvrement, les emprunteurs ont couvert ce qu'ils doivent dans la proportion de 99 %.
Mieux que tous les développements, ces chiffres prouveront l'effort que le Protectorat a consacré aux artisans de Fès. Ils prouveront aussi que cet effort n'est pas vain.


Dernière édition par Pierre AUBREE le Dim 27 Avr - 11:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: LA PRODUCTION MAROCAINE   Sam 26 Avr - 8:42


Veuillez patienter le temps du chargement des fichiers photos

page 81



ARTISANAT DU SOUSS
A TAROUDANT
Eduquer et faire vivre l'Enfance du Pays Soussi !
Maison   de   Vente   à   PARIS : Central 314-314, Rue Saint-Honoré Tél.   Opéra   39-O9 - 33-74EXPOSITION  DES  PRODUITS  DU SUD  MAROCAIN

EXPOSITION  DES  PRODUITS  DU SUD  MAROCAIN
TAPIS   —   COUVERTURES   —   TISSAGES   —   CUIVRES   —   BIJOUX

NOS TAPIS

Le Maroc est un des pays où l'industrie du tapis fut, de tous temps, une des principales richesses des artisans.
Chaque région du vieux Maghreb possède, dans cette branche des Arts Indigènes, une technique qui lui est personnelle, et une originalité propre dans la recherche du dessin et des coloris.
Cela assure au tapis marocain une originalité et une valeur artistique, qui sont à la base de sa vogue, ses qualités d'art s'harmonisant sans heurts, aux ameublements modernes. Le tapis de Taroudant, d'une technique bien comprise, offre par ses hautes qualités de fabrication, toutes garanties à sa fidèle clientèle, en majeure partie composée par das connaisseurs dans cet art très fin que réalise l'industrie du tapis.
Le tapis de Taraudant est fabriqué avec une chaîne et une trame faites de laine et de poil de chèvre ayant subi une préparation qui les met à l'abri du « mittage » et le velours, constitué par des laines, selon l'ancienneté des copies, dessins et coloris, a subi la même préparation. Le tapis de « Taroudant » est une œuvre d'art, qui dure et charme.
Le coloris en a été particulièrement étudié et nous le réalisons à l'aide de laines teintes par des produits végétaux rigoureusement stables à la lumière et à l'eau, et dont les procédés d'emploi, consignés dans d'ancestrales formules, ont été retrouvés par nous à la suite de longues et patientes recherches.
Par la technique de sa fabrication, la pureté de ligne de ses dessins, son coloris remarquable, le « tapis de Taroudant » se classe parmi les premiers tapis de l'Afrique du Nord, et peut, sans désavantage pour lui, soutenir   la   comparaison   avec   bien   des   tapis   d'Orient,   d'un   prix   beaucoup plus élevé.
Il a aussi' le mérite de contribuer à faire vivre nombre de femmes et d'enfants, de ce beau pays d.u Moghreb, que la France protège.

LES  COUVERTURES  ET LES TISSAGES

Dans le passé. Taraudant fut la ville où se fabriquèrent les plus belles couvertures ; dans tout le Maroc, elles étaient recherchées pour leurs coloris et la beauté de leurs laines. Cette industrie, presque entièrement disparue, a été à nouveau mise par nous en action à l'Artisanat de Taroudant. On y fabrique, sur des métiers à mains, de magnifiques couvertures faites en laines naturelles ou laines colorées aux teintures végétales, dons toutes dimensions, utilisables pour constituer d'exquises et chaudes couvertures de lit, des dessus de divans, des rideaux, etc...
L'Artisanat de Taroudant fabrique aussi des tissus de toute beauté, en laine et poils de chameau, pour robes rustiques, pardessus, etc...
Ces articles sont fort appréciés par les véritables artistes, qui forment notre clientèle.

CUIVRES  ET  BIJOUX

Taraudant fut aussi la cité des cuivres, et dans le passé elle en envoya jusque dans notre Afrique Equatoriale. Sa dinanderie avait une réputation qui dépassait les frontières du Maroc, réputation bien méritée, car les cuivres de Taraudant sont des objets d'art d'un goût très sûr, couronnant une technique de fabrication irréprochable.
Il en est de même de nos bijoux en argent massif, qui, créés avec un goût et une originalité très particuliers, ont un cachet très personnel.
Pour   toutes  commandes, demandes  de prix ou renseignements écrire :  «ARTISANAT du SOUSS»  à TAROUDANT, Maroc


Dernière édition par Pierre AUBREE le Mer 21 Jan - 6:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: LA PRODUCTION MAROCAINE   Sam 26 Avr - 8:43

page 82


- VUES DES  CAVES  DE LA PROPRIÉTÉ  LAUTIER

DANS LES DOUKKALA
CAVES EMILE LAUTIER
SIDI BEN NOUR
Installées à 70 kilomètres de Mazagan, entre Bou Laouane et Sidi Ben Nour, la cave est orientée suivant l'axe Sud-Nord, et a été réalisée d'après des données particulières, elle présente une succession de trois corps de bâtiments qui se développent sur trois plans superposés. La face Sud s'enfonce à 11 mètres de profondeur et se prolonge par un quai pratiqué pour le chargement et le déchargement des camions, tandis que la face Nord s'élève à 18 mètres de hauteur.
Au cours de la récente campagne, 5.000 hectos ont été traités par ce domaine dont les vins rosés et blancs de 11 à 13°, ont un parfum qui en rend la consommation très agréable.
Pour tous renseignements écrire  : Emile LAUTIER - Propriétaire à Sidi Ben Nour

---------------------------------------------------------------------

- Le bâtiment de la cave.
- Départ de   vins   pour  l'étranger.

CAVE COOPÉRATIVE DE ST-JEAN DE FÉDALA
VINS    ROUGE   -  ROSE -   BLANC VINS -  VIEUX - EXPORTATION
Adresse   postale :   St-JEAN   DE   FEDALA   —   Téléphone :   0-39


Dernière édition par Pierre AUBREE le Dim 27 Avr - 12:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: LA PRODUCTION MAROCAINE   Sam 26 Avr - 8:44

page 83


- Les docks-silos d'embarquement des céréales au port de Casablanca.

LA REGION AGRICOLE DE CASACLANCA
par M. Gaston  LEBAULT. Président de la Chambre d'Agriculture ce Casablanca

La Région de Casabanca, considérée au point de vue Agricole, est sans conteste la plus importante des régions Marocaines en surface cultivée et en valeur. La statistique officielle de la campagne 1936-37 classe ainsi les régions, par surfaces cultivées en hectares :

................................ Indigènes..... Européens......... Total

N° 1   Casablanca....... 991.031.......... 81.202.......... 1.072.233
N° 2    Marrakech....... 705.429.......... 13.587............. 719.016
N° 3    Safi.................. 604.791.......... 10.256............ 615.047
N° 4    Mazagan.......... 395.912.......... 24.099............. 419.991
N° 5    Fez.................. 300.190........... 28.150............ 328.340
N° 6    Rabat............... 176.727.......... 32.058............ 208.785
N° 7    Port-Lyautey.... 139.511...........64.961............ 204.472
N" 8    Meknès.............. 97.344...........28.150............ 328.340
N° 9    Taza..................128.742............5.844............. 134.586
N° 10 Atlas Central......106.010................344 ........... 106.354
N° 11 Oujda................. 81.024........... 22.138............ 103.162
N° 12 Tafilalelt............. 10.100................. 16.................. 912
N° 13 Draa....................... 912.........................................912

Total : ................... 3.737.723........ 341.259........ 4.078.982


Ainsi avec la Région de l'Atlas Central qui est rattachée à la Chambre d'Agriculture de Casablanca. Cette région totalise 30 % de la surface totale cultivée au Maroc.
En valeur sa production dépasse de beaucoup celle des autres régions du Maroc car elle contient la grosse masse des cultures de légumes dont la valeur totale avoisine le chiffre de 150 millions de francs. Le tiers des cultures maraîchères de toute nature du Maroc est concentré dans la zone de Casablanca qui occupe 7.095 hectares sur 20.362 cultivés au Maroc. Mais la fraction importante que représentent les primeurs exportées est pour 80 % extraite de la Région de Casablanca.
Cette richesse tient à son étendue, à la grande variété de ses cultures ainsi qu'à la diversité de son climat.
En étendue elle couvre l'équivalent de plusieurs départements français.
Limitée au Nord par la Région de Rabat, au Sud par celle de Mazagan. elle a dans sa partie la plus étroite, en bordure de la côte, une largeur de près de 100 kms. en profondeur elle va jusqu'au pied de l'Atlas à Béni Mellal et s'étend sur près de 250 kms., en ce point elle touche au Nord la Région de Meknès et au Sud celle de Marrakech.


Dernière édition par Pierre AUBREE le Dim 27 Avr - 13:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: LA PRODUCTION MAROCAINE   Sam 26 Avr - 8:45

page 84


- La fermière, paisible  et  confiante  au milieu de son beau troupeau, se plaît à distribuer elle-même   à  ses   magnifiques   vaches   laitières des  brassées de verdure qu'elles cueillent avidement  entre  ses  mains.
- Vue de la Cave Coopérative de St-Jean de Pédala, qui groupe quelques viticulteurs de la région de Pédala, et dont le vin, sous l'appellation de «Don St-Jean», est fort apprécié à Casablanca.

Sur cette vaste étendue on trouve des climats très divers, sur la côte la douceur atlantique a permis partout où l'eau existe en quantité suffisante, le développement des cultures de légumes, primeurs irriguées, d'abord tentées en vue de l'approvisionnement de la grande cité de Casablanca, elles ont vite dépassé le but et la prodigieuse activité de leurs promoteurs les a conduit à cette exportation qui s'est si largement développée au cours de ces dernières années.
Les consommateurs français ont accueilli avec une grande faveur les produits marocains qui malgré des frais de transport et d'emballage très élevés, ont pu conquérir une place enviée sur le marché français.
Actuellement cette place est mesurée par des contingents âprement disputés chaque année entre les producteurs français, algériens et marocains.
Le consommateur français apprécie de pouvoir trouver toute l'année des légumes frais, le producteur français, dont les possibilités sont limitées dans le temps par le climat et qui ne peut produire que dans les mois d'été, voit, sans plaisir, les produits marocains et algériens s'opposer aux siens, d'où l'opposition acharnée qui se lève actuellement contre nos primeurs.
En dehors de la zone étroite où ces cultures sont rendues possibles par l'absence de gelées, toutes les productions des climats tempérés sont possibles et se sont développées avec des fortunes diverses sur les différents points en fonction de la pluviométrie.
Voici l'importance de ces cultures par rapport au total cultivé au Maroc en 1937 (Casablanca et Atlas Central) :
- voir tableau ci dessus
La valeur globale moyenne de ces cultures peut être évaluée au cours de l'année qui vient de s'écouler à environ 650 millions de francs.
A côté de ces cultures annuelles, les cultures permanentes, vigne, arbres fruitiers, constituent dans l'économie un apport appréciable.
Les vignes indigènes sont peu développées, on relève 620.957 pieds sur un total de plus de 20 millions de pieds. Ce sont les Régions de Mazagan et de Fez qui ont les plus fortes plantations.
En vignes européennes, la Région de Casablanca vient au deuxième rang après la région de Meknès ; avec 5.661 hectares sur un total de près de 24.000 hectares, la valeur de sa production est d'environ 15 millions de francs.
Les plantations fruitières sont moins développées que dans d'autres régions, elles représentent cependant le 1/10 ème environ des plantations marocaines, avec 2 millions 338.000 arbres environ sur un total de 22.500.000 arbres. L'essence dominante est l'amandier qui est très répandu dans l'Atlas. Viennent ensuite par ordre d'importance, le figuier, avec plus de 500.000 arbres et l'olivier avec 400.000 arbres. L'oranger n'est pas encore très développé, il n'y a encore que 200.000 orangers environ qui représentent moins de 900 hectares plantés.
En tablant sur des chiffres moyens très bas, on peut estimer que la valeur moyenne annuelle du rendement des arbres plantés est d'environ 25 millions.


Dernière édition par Pierre AUBREE le Dim 27 Avr - 13:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: LA PRODUCTION MAROCAINE   Sam 26 Avr - 8:46

page 85


- Quelques  scènes  pittoresques  des  vendanges  marocaines, au domaine Labissa, dans la région de Bouskoura.
- La cave Labissa, à Bouskoura


L'élevage apporte une contribution importante à la richesse agricole de notre Région, pendant longtemps il a constitué la base de la vie des populations. Les cultures subissaient plus facilement les déprédations au temps de l'insécurité, le troupeau au contraire demandait moins d'efforts et suivait plus facilement le sort de son propriétaire, il était plus facile à mobiliser et à déplacer.
En matière d'élevage, comme dans le domaine agricole, la Région de Casablanca tient une place importante. Voici la répartition comparée de son cheptel vivant en 1937 :
Cheptel marocain,   Région de Casablanca : voir tableau ci dessus.
Tous ces éléments d'activité constituent une valeur annuelle moyenne de production de l'ordre de 750 millions, chiffre qui n'a pas été atteint cette année en raison de !a sécheresse.
On conçoit quel grand élément de prospérité constituent les échanges auxquels conduisent ces productions variées pour le grand port de Casablanca qui reste le centre principal du mouvement d'affaires marocain.
Si nous comparions ces chiffres à ceux d'il y a 15 ans on s'apercevrait que dans ce très court laps de temps, !a production agricole de la région de Casablanca a presque triplé ; apportant un relèvement indéniable du niveau de la vie indigène.
La presque totalité de cette production représente des salaires payés, des fournitures qui font travailler une importante population indigène leur assurant une régularité d'existence qu'ils n'avaient jamais connue.
A la place du Marais qui, il y a 20 ans, séparait Casablanca de Fédala et où seule l'activité des chasseurs trouvait place, une population de 25.000 âmes vit largement avec du travail assuré toute l'année, des habitations confortables, une nourriture saine et abondante.
La Colonisation Française a puissamment contribué à ce développement ; en quelques années plus de 800 colons se sont dispersés autour de Casablanca, véritables pionniers de l'influence française et vivants exemples d'une technique à laquelle les indigènes s'intéressent peu à peu préparant une lente évolution de leurs méthodes de travail.
La Région de Casablanca recèle surtout des colons privés, la colonisation officielle y a trouvé peu de place. Sur un total de plus de 1.700 colons officiels, il n'y en a que 137 dans notre région.
Cependant si les chiffres que nous avons donnés sont déjà impressionnants, ils sont loin de représenter toutes les possibilités de notre grande région qui a un très joli avenir devant elle.
Le problème est, en effet, posé du développement de la production marocaine, non pas uniquement dans un but d'enrichissement, nous n'en sommes pas encore là, mais plus simplement pour assurer l'existence d'une population qui croit à un rythme accéléré et à laquelle les possibilités d'aujourd'hui ne suffiront plus demain.
Il nous faut obligatoirement grandir malgré les sacrifices momentanés que cela nous impose pour remplir notre devoir vis-à-vis du peuple que nous avons pris sous notre protection.
Cela représente un deuxième stade du développement du Maroc pour lequel il est intéressant d'examiner quelles sont les possibilités de la grande Région de Casablanca.
Elles résident dans sa richesse en eau et les moyens que donne celle-ci de développer des cultures qui présentent avant tout le caractère d'être complémentaires de celles de la Métropole et de trouver sur son marché un débouché illimité.
Ces cultures comprennent les textiles, coton, chanvre, lin dont la France importe de grandes quantités, des fourrages qui en assurant l'existence du cheptel local doivent permettre à la population de se nourrir mieux ; des cultures fruitières pour l'exportation, et aussi la transformation sur place (confitures, pulpe fruits sèchés), en pensant toujours au consommateur important que peut devenir une population dont le standing de vie serait relevé par une production accrue.
La Région de Casablanca présente à ce point de vue de grandes possibilités.
Ses ressources en eau sont considérables, bien utilisées elles permettront l'irrigation de plus de 80.000 hectares de terres de bonne qualité permettant tous les espoirs.
La première réalisation dans cet ordre d'idées a été le barrage de retenue de l'Oum-Er-Rebia à Kasbah Tadla qui par un canal de 25 kms. va déverser ses eaux dans la plaine des Béni-Amir ; plus de 30.000 hectares vont être livrés à l'irrigation. l'Administration a commencé sur ces terres l'installation rationnelle de familles indigènes auxquelles elle donne les premières directives pour l'orientation de leur ...


Dernière édition par Pierre AUBREE le Dim 27 Avr - 16:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: LA PRODUCTION MAROCAINE   Sam 26 Avr - 8:47

page 86


- L'abondance, en Chaouïa, se manifeste par des récoltes splendides en toute espèce de produits, les années où la barakat d'Allah veut bien descendre sur cette région fortunée.
- Gaston LEBAULT. Président de la Chambre d'Agriculture de Casablanca


... exploitation. Il est regrettable que l'absence d'une politique métropolitaine des cultures complémentaires ne permette pas à leur égard un effort de soutien plus positif.
Ce barrage actionne une centrale électrique dont le courant répandra ses bienfaits dans la Région. Déjà un secteur est en voix d'installation et permettra à des colons et propriétaires indigènes qui ne se trouvent pas dans le périmètre irrigué, d'utiliser l'eau de la nappe phréatique.
Un deuxième barrage terminé depuis plusieurs années dans la Région de Casablanca retient les eaux de l'Oued Mellah, d'une petite capacité, il permet l'irrigation, dans la zone des primeurs, de 700 hectares environ.
Un projet a été établi pour un troisième grand barrage qui amènerait les eaux de l'Oued el Abid dans la plaine des Béni Moussa, des études ont été faites mais la réalisation n'en est pas commencée faute de moyens financiers. Il permettrait d'irriguer 40.000 hectares environ.
Il est à noter que les périmètres de ces deux barrages ont une pluviométrie des plus capricieuses et que les populations vivent misérablement dans les années sèches,
Il y a là une région de grand avenir qui amènera certainement à Casablanca l'afflux d'un chiffre d'affaires considérable dans quelques 15 ou 20 ans, lorsque la mise en valeur en sera terminée.
On a souvent dit que les Villes Marocaines et notamment Casablanca représentaient une façade derrière la quelle il n'y avait rien. Cette rapide esquisse montrera que cela est inexact. Ce rien d'il y a quelques 15 ou 20 ans a déjà triplé et est capable de tripler encore dans le même laps de temps.
Alors s'apercevra-t-on peut-être, de la vision géniale du créateur du Maroc dont de superficiels détracteurs ont souvent dit qu'il avait vu trop grand.
Un jour on constatera que tout est ici trop petit et ce jour, peut-être plus proche que nous le pensons, appelons-le de toutes nos forces. Sa venue nous montrera que le Maroc a une économie active, équilibrée et que sa population est délivrée des menaces de misère et de famine qu'un siècle comme le nôtre ne doit plus connaître à quelques heures de la France.



Dernière édition par Pierre AUBREE le Dim 27 Avr - 16:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: LA PRODUCTION MAROCAINE   Sam 26 Avr - 8:48

page 87



- Vue   des Caves de Labissa

DOMAINE   de   LABISSA
Vignoble   à   LABISSA    (près   Bouskoura )     -     Tél.    là   LABISSA
Chai   de   vente   au   détail  :   7,  rue de Vimy     -     CASABLANCA - Tél.  A.   48-21
VINS ROUGE   -   ROSÉ   -   BLANC - VINS VIEUX   -   CUVÉE   RÉSERVÉE
EXPORTATION

--------------------------------------------------------------

VITAMINES               SANTÉ
P A M    
Jus vivants de fruits frais
importation d'Honolulu HAWAl
ANANAS, PAMPLEMOUSSES, TOMATES, RAISINS, ABRICOTS, POIRES, PRUNES,
PECHES, FRAMBOISES
Etablissements PAM 520, avenue Pasteur -  CASABLANCA, Adresse télég. Genfies - Tél.: A   41-41
EXPORTATION   DANS   TOUS   PAYS


Dernière édition par Pierre AUBREE le Dim 27 Avr - 16:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: LA PRODUCTION MAROCAINE   Sam 26 Avr - 8:49

page 88



SOCIÉTÉ DE PRODUITS CHIMIQUES ET ENGRAIS D'AUBY (NORD)
Société Anonyme au  Capital  de 52.000.000 de Francs. R. C. Seine 231.749 B Répertoire des Producteurs Nord N° 16O
A. L. CANE
AGENT GÉNÉRAL, 645 Bd. de la Gare Casablanca Tel 12-O1

------------------------------------------------------------------------

TOLEDANO   &   LEVY
66,   Rue   Coli CASABLANCA Téléph. 42-16, Adresse  Télégraphique : TOVI-CASABLANCA    
EXPORTATION DE TOUS PRODUITS MAROCAINS
CEREALES  -  GRAINES - CRIN VEGETAL

------------------------------------------------------------------------

PRODUITS  EXPORTÉS
GRAINES  DE  TOUTES  SORTES   -  LEGUMES  SECS   -  ŒUFS
AMANDES DOUCES et AMERES - CIRE D'ABEILLES PURE - GOMME SANDARAQUE - HUILES D'OLIVES - OLIVES NOIRES (façon Grèce) - CUMIN - CORIANDRE - ALPISTE - LIN FENUGREC - POIS-CHICHES - FÈVES - LENTILLES - ŒUFS - (Marque " Félicia ")

Félix ADDI
Négociant - Exportateur (Maison fondée en 1911) CASABLANCA. Boîte Postale 301 Téléphone A 52-11 Adr. Tél. "Félicia"

------------------------------------------------------------------------

- La cueillette des oranges  à la ferme des Rosiers (Propriété  Koch) (Photo Flandrin)

LES PLUS BEAUX FRUITS proviennent de  la Ferme des Rosiers
CONFITURES. EXPÉDITION  FRANCE ET ÉTRANGER

FERME DES ROSIERS
Oulad Abou - Casablanca - Maroc


Dernière édition par Pierre AUBREE le Dim 27 Avr - 16:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: LA PRODUCTION MAROCAINE   Sam 26 Avr - 8:50

page 89



G. et E. CHANUT
Rue  du Colonel Scall, téléphone : 57-83 CASABLANCA, Adresse télégr. :  Chabest
IMPORTATION EXPORTATION DE TOUS  BESTIAUX, MOUTONS - PORCS VACHES LAITIERES, etc.
SUCCURSALE :   ORAN - Avenue  Guynemer - Tél.   240-64

---------------------------------------------------------------

GUIGUES et Cie
S. A. R. L.     au     capital     de     lOO'.OOO     Francs
COMMISSION EXPORTATION
ANIMAUX   VIVANTS — VOLAILLES VIANDES CONGELÉES OEUFS
1, Rue Colbert CASABLANCA. Adresse Télégraphique :   GUIGUETCO          -       TEL. A 38-70, C. P. Rabat 11294

----------------------------------------------------------------

BOYAUX   SALÉS   POUR LA   CHARCUTERIE
MONGOLIA IMPORTING COMPANY, Inc.
IMPORTED   SAUSAGE   CASINGS.
274, Water Street, New-York city
SUCCURSALE DE   CASABLANCA / 2 Rue du Médecin-Major Ayraud
Tél. A 91-75   -   Boîte Postale 219

----------------------------------------------------------------

Cie FRIGORIFIQUE DU MAROC
Société Anonyme au Capital de 4.000.000 de Frs
Rue   du   Médecin - Major   Ayraud. Abattoirs -CASABLANCA
B. P. 679 - TEL. 91-21 - Adr. Télég. Frigoabattoirs
ENTREPOSAGE FRIGORIFIQUE Congélation, Réfrigération - CHARCUTERIE  FRAÎCHE
- SALAISONS -  CONSERVES Marques  « Civa -  FABRIQUE DE GLACE

-----------------------------------------------------------------------------------

CUIRS   ET  PEAUX
MAROC CUIRS
ANCIENS ÉTABLISSEMENTS CADOCH
S. A. R. L.   au   Capital   de    275.OOO   Francs
Rue du Lieutenant Eon   (Quartier  des  Abattoirs) CASABLANCA

------------------------------------------------------------------------------------

BOYAUX SECS ET SALÉS -  CUIRS ET PEAUX
A. M. SIBONY
Bureaux   :   117,    Avenue   Général   Drude - CASABLANCA
Usines : 34, Rue du Médecin-Major Ayraud (face Abattoirs Municipaux)
AGENCES DANS TOUT LE MAROC
Adresse    Télégr.    «REZI»    CASA. Boîte   Postale  390



Dernière édition par Pierre AUBREE le Dim 27 Avr - 17:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: LA PRODUCTION MAROCAINE   Sam 26 Avr - 8:51

page 90



- VUE D'UNE PARTIE DE L'USINE DE CASABLANCA (Usine  n°   1)
- UN DES ENTREPÔTS D'ALIMENTS MÉLASSÉS



LES ALIMENTS MELASSÉS MONOD
Kilomètres 4.600, Route  de  Rabat, CASABLANCA
— Téléphone  90-18
SEULE MAISON FRANÇAISE AU MAROC OUTILLÉE POUR UNE PRODUCTION DE 400 QUINTAUX  PAR JOUR



Dernière édition par Pierre AUBREE le Lun 28 Avr - 6:39, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: LA PRODUCTION MAROCAINE   Sam 26 Avr - 8:52

page 91



- UNE EXPÉDITION DE PRODUITS MÉLASSÉS (Chargement   de   20   tonnes)
- UN DES ATELIERS DE FABRICATION



LES ALIMENTS MELASSÉS MONOD
Kilomètres 4.600, Route  de  Rabat, CASABLANCA
— Téléphone  90-18
SEULE MAISON FRANÇAISE AU MAROC OUTILLÉE POUR UNE PRODUCTION DE 400 QUINTAUX  PAR JOUR



Dernière édition par Pierre AUBREE le Lun 28 Avr - 6:38, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: LA PRODUCTION MAROCAINE   Sam 26 Avr - 8:53

page 92



- VIGNES    DE    SOUK    E L    ARBA    GHARB
- VIGNES    DE    SIDI    SLIMANE
- FERME    DE    DAR    EL    AMRI

L & R. GAZANIOL

PROPRIÉTAIRES    A    SIDI-SLIMANE
MAROC      OCCIDENTAL
Téléphone  :   0-19 — — Chèques  Postaux  :  66-79
VINS COURANTS - VINS FINS et de LIQUEUR
CHAUD   SOLEIL : un des plus grands crus marocains
VINS de LIQUEUR : la forte richesse de nos moults permet les plus belles réalisations en vins — de liqueur —

GAZANIOL ET LASRY

EXPORTATEURS à PORT-LYAUTEY - Tél. 0-18
GRAINES, CEREALES, LEGUMINEUSES, VINS - FRUITS



Dernière édition par Pierre AUBREE le Dim 27 Avr - 17:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: LA PRODUCTION MAROCAINE   Sam 26 Avr - 8:55

page 93


- Le barrage d'El Kansera sur l'Oued Beth, qui permet l'irrigation de 30.000 hectares de bannes terres dans la région comprise entre Sidi Slimane et Petitjean.
- Vues d'ensemble du Domaine de Beauséjour :  bâtiments, ferme et plantations. Ce domaine s'étend sur une superficie de 1.000 ha. dont 102 hectares en
oranges, clémentiniers et navels. Epoque de production de fin octobre à mi-janvier.

La PRODUCTION AGRICOLE dans les REGIONS de RABAT et du RHARB

par M. PRIOU. Président de ia Chambre d'Agriculture de Rabat et du Rharb

Les régions de Rabat et du Rharb constituent administrativement deux territoires distincts dont ie siège est à Rabat et à Port-Lyautey, mais elles forment un tout au point de vue agricole et économique et relèvent du ressort de la Chambre d'Agriculture de Rabat et du Rharb, auquel se trouve rattaché au même titre le Cercle d'Ouszzane.
Elles sont ainsi limitrophes des régions de Casablanca, d'Oued-Zem, de Meknès et de Fez.
Longeant l'Océan sur une distance de 150 kilomètres, vers le Sud à mi-chemin de Bouznika à Fédala, au Nord jusqu'à la frontière franco-espagnole, elles mesurent jusqu'à 145 kilomètres dans la plus grande largeur et 190 kilomètres dans le sens de la longitude.
Un millier de colons européens y mettent en valeur et exploitent une superficie de 230.000 hectares. Sur ce nombre, on décomptait en 1937 plus de 300 viticulteurs pour ...


Dernière édition par Pierre AUBREE le Jeu 1 Mai - 8:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: LA PRODUCTION MAROCAINE   Dim 27 Avr - 17:57

page 94


- La cueillette  des fruits  dans  une  Orangerie du Gharb
- Les premières installations des colons au Maroc étaient simples : un hangar suffisait. Grâce à l'opiniâtreté et à leur travail, ces installations se sont transformées. Voici un exemple typique. A gauche, la première ferme de M. Nolotte à Mechra-bel-Ksiri; à droite, le nouveau bâtiment destiné à l'élevage des ovins. Le domaine de M. Nolotte s'étend sur plus de 700 hectares, spécialités, élevage,  vignobles,  céréales.


... un vignoble de 6.000 hectares sur 24.000 hectares pour tout le Maroc.
Au cours de la campagne 1936-1937, les surfaces ensemencées ont été de 208.785 hectares pour la région de Rabat (dont : 32.058 par les Européens), et de 204.472 hectares pour la région du Rharb, (dont 64.961 par les Européens) sur un total de 4.078.982 hectares (dont 341.259 par les Européens) pour l'ensemble du Maroc.
Quoique essentiellement propres à la Culture des Céréales et à l'Elevage, ces régions sont également très favorables à la culture de la vigne et des agrumes, et le maraîchage y est prospère dans la banlieue de Rabat - Salé, Port-Lyautey, et dans la contrée de Bouznika - Skrirat.
I. — CÉRÉALES
Parmi les cultures annuelles les céréales occupent le premier rang.
Le blé dur, pour la campagne 1936-1937, a donné une production de 310.686 quintaux pour Rabat et de 399.252 pour le Rharb. Superficies ensemencées : Rabat 61.060 -Rharb 55.377 hectares.
Le blé tendre, Rabat 253.477 qx. - Rharb 437.278 pour respectivement 30.704 et 30.887 hectares.
La totalité des colons de nos régions ne sèment que des variétés sélectionnées, à haute valeur boulangère ; le 588 et le 422 ont en particulier la faveur des céréalistes.
L'orge, Rabat 436.972 qx. - Rharb 418.110 pour 61.013 et 38.335 hectares.
Le maïs, Rabat 65.219 qx. - Rharb 6.326 pour 17.604 et 1.296 hectares.
L'avoine, Rabat 78.167 qx. - Rharb 44.810 pour 7.287 et 3.082 hectares.
Le sorgho, Rabat 10.278 qx. - Rharb 40.645 pour 5.970 et 26.847 hectares. (Culture presqu'exclusivement indigène) .
L'alpiste, si la production de la région de Rabat n'est que 253 qx. pour 38 hectares, celles du Rharb est de 47.555 qx. pour 9.237 hectares.
II. — LÉGUMINEUSES
Les légumineuses tiennent également une place importante dans la production de nos régions.
Les fèves, toujours pour la campagne 1936-1937, ont donné 18.185 qx. à Rabat et 39.738 dans le Rharb, pour 3.866 et 7.195 hectares ensemencés.
Les lentilles, Rabat 3.380 qx. - Rharb 4.801 pour 1.313 et 1.304 hectares.
Les pois chiches, Rabat 15.428 qx. - Rharb 21.202 pour 8.243 et 6.933 hectares.
Les petits pois, Rabat 15.924 qx. - Rharb 41.842 pour 1.995 et 4.642 hectares.
Les haricots : 346 et 336 qx. pour 1 1 7 et 1 30 hectares.
III. — CULTURES  MARAÎCHÈRES
Les surfaces ensemencées ont été de 2.271 hectares pour la région de Rabat (dont 432 par les Européens) et de 959 hectares pour celle du Rharb (dont 357 par les Européens).
IV. — CULTURES FOURRAGÈRES
Les chiffres ont été de 1.143 hectares pour Rabat (dont 1.142 par les Européens) de 1.189 hectares pour le Rharb (dont 561 par les Européens).
V. — CULTURES INDUSTRIELLES
225 hectares pour Rabat (dont 224 par les Européens) et 922 pour le Rharb (dont 895 par les Européens) .
VI. — ARBRES FRUITIERS
Vigne, Ainsi qu'il a été dit plus haut, les vignes européennes couvrent environ 6.000 hectares dont 4.220 pour la région de Rabat, et 1.780 pour le Rharb, les vignes indigènes représentant le chiffre de 544.154 (en pieds) pour Rabat et 241.380 pour le Rharb.
Oliviers, le peuplement se chiffre par 50.024 pour Rabat et 115.863 pour le Rharb (dont respectivement 39.128 et 51.847 chez les Européens).


Dernière édition par Pierre AUBREE le Jeu 1 Mai - 8:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: LA PRODUCTION MAROCAINE   Lun 28 Avr - 6:41

page 95


- Opérations préliminaires pour la mise en valeur d'un terrain en friche dans la plaine du Rharb.
De haut en bas: Défoncemenl - sous-solage - On  creuse des  trous - Station de pompage.

M.  PRIOU, Président de la Chambre d'Agriculture de  Rabat et du Rharb

Amandiers, 55.984 à Rabat et 9.481 dans le Rharb (dont 52.935 et 9.391 chez les Européens).
Orangers - Citronniers, comme nous l'avons dit, ces régions se prêtent admirablement a la culture des agrumes. C'est ainsi qu'on relève les chiffres de 179.596 pieds à Rabat et de 287.047 dans le Rharb, avec une proportion de 105.580 et de 282.000 chez les Européens.
Cerisiers et noyers, 2.092 dans le région de Robert et 5.085 dans le Rharb (80 et 5.021 pour les Européens),
Grenadiers, 9.778 et 9.318 - tous, de plantations indigènes.
Figuiers et autres arbres, 373.574 à Rabat, 155.900 dans le Rharb, dont 70.000 environ chez les Européens, dans chacune des deux régions.
VII. — PRODUCTIONS ANIMALES
L'Elevage, nous l'avons déjà dit, tient une grande; place dans la production de nos régions.
Bovins, pour la campagne 1936-1937, il a été décompté 400.000 têtes, dont 215.000 pour Rabat et 185.000 pour !e Rharb, sur un chiffre total de 2.025.000 pour l'ensemble du Maroc. Le cheptel européen comptant pour 16.000 tètes à Rabat et 25.000 dans le Rharb sur un total de 92.400.
Ovins, Rabat : 791.467 têtes - Rharb : 564.022, le chiffre total étant pour le Maroc, de 10.372.818. Chez les européens 31.318 à Rabat et 46.97& dans ie Rharb sur un total au Maroc de 295.000.
Chèvres, 526.640 à Rabat et 100.025 dans le Rharb dont respectivement 14.995 et 4.088 chez les européens. Total au Maroc 6.275.800 dont 47.000 d'élevage européen.
Porcs, Elevage exclusivement européen : 7.406 têtes à Rabat - 8.697 dans le Rharb (Total du Maroc : 56.673).
Chevaux et juments. Elevage presque essentiellement indigène : 9.070 chevaux et 11.523 juments pour la région de Rabat - 8.292 chevaux et 11.054 juments pour celle du Rharb. Sur ces chiffres, l'élevage européen est de 1.500 têtes environ pour Rabat et de 1.300 pour le Rharb
Mulets, 9.106 têtes à Rabat et 9.059 dans le Rharb, avec un chiffre respectif de 1.274 et de 1.175 chez les Européens.
Les résultats de la campagne dernière ont été particulièrement favorables tant pour les colons que pour les fellahs des régions de Rabat et du Gharb. La plupart ont pu surmonter les méfaits de la crise qui sévit depuis plusieurs années sur le Maroc. Cette crise a été provoquée autant par les mauvaises récoltes que par l'avilissement des cours des produits agricoles, cours qui n'étaient pas en rapport avec la hausse du matériel, de la main-d'œuvre et en général de tout ce qui est nécessaire à l'exploitation.
La preuve est faite qu'avec un travail intensif et persévérant, et à condition que les cours soient rémunérateurs, colons et fellahs pourront connaître la prospérité.
La fertilité de nos régions, la richesse de leur sol, la diversité de leurs productions permettent tous les espoirs.


Dernière édition par Pierre AUBREE le Jeu 1 Mai - 8:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: LA PRODUCTION MAROCAINE   Lun 28 Avr - 6:44

page 96



TEINTURERIES ET BLANCHISSERIES J. NEGRE
INSTALLATION   LA   PLUS   MODERNE   DU   MAROC PERSONNEL   SPÉCIALISÉ.   -   TRAVAIL   IMPECCABLE
Usine à RABAT :   Bab Temara   -   Téléphone   39-20
Magasin à RABAT :  rue   Hugo   d'Herville,   immeuble   Sabatier,   Téléphone   26-58 MEKNES :  Immeuble    Brasserie    du    Marché,    rue   Pétain CASABLANCA :    18, passage du Grand Socco, Tél. A 70-33

----------------------------------------------------------------------------------------

DOMAINE DU MIRADOR
A.   GAVIN
COTEAUX DES ZAERS Région   Sidi-Bettache
VINS   DE   GRAND   CRU ROUGE - BLANC - ROSE

-----------------------------------------------------------------------------------------

DOMAINE
SBURLATI & RAPINAT

SOUK EL TNINE des ZEMMOUR Camp  Monod
VIN DE VALGCAVE
ROUGE — BLANC — ROSE - VINS  VIEUX 6 EXPORTATION


Dernière édition par Pierre AUBREE le Jeu 1 Mai - 9:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: LA PRODUCTION MAROCAINE   Lun 28 Avr - 6:45

page 97



ASSOCIATION COTONNIÈRE MAROCAINE
36, Rue de l'Ourcq, RABAT
SPÉCIALITÉ DE COTON   LONGUE  SOIE POUR  FILETS  FINS, POPELINE,  etc...
Fonctionnant sous le patronage de L'ASSOCIATION COTONNIÈRE COLONIALE
Organe de propagande et de vulgarisation de la production cotonnière française, 55 Rue de Chateaudun — PARIS
EXPORTATION   DE   BALLES   DE   COTON
de    l'Usine    d'égrenage    de    Casablanca Km. 5 Roule de Rabat - CASABLANCA
Direction :   GATTEFOSSE  -   Aïn-Sebaâ   -  Téléphone : 2-02

-----------------------------------------------------------------------

AKTIEBOLAGET WICANDERS KORKFABRIKER
Quai de la Tour Hassan - RABAT
LIÈGES EN PLANCHES, LIÈGES OUVRES, LIÈGES MALES
H.   DE   CHÀVIGNÉ
EXPORTATION

-----------------------------------------------------------------------

PLANTEURS D'ARBRES...
Avant tout achat venez visiter la Grande Pépinière de la ferme
LA   RENÉE
à   SALE-PLATEAU   aux   portes   de   Rabat
Fruitiers, mandariniers, orangers, citronniers, coupe vent, rosiers, etc...  Catalogue franco sur demande
LAUZET,    (Propriétaire)
Magasin de détail : Marché Municipal - Tel : 29-69 - Bureaux : Rue Henri Popp - Tél.  : 23-59   - RABAT

------------------------------------------------------------------------

Etablissements L. BETEILLE
CÉRÉALES - GRAINES - LEGUMES SECS
PORT-LYAUTEY, Rue  des  Quais  - Tél. 01-73  - 02-73
AGENCES A FES - MEKNES - RABAT- MECHRA-BEL-KSIRI -  SIDI SLIMANE

------------------------------------------------------------------------

Eugène   BAUDE
Négociant en  Bestiaux, PETITJEAN -Tél. 0-14
BCEUFS- MOUTONS - PORCS
Tous produits sélectionnés de   l'élevage   marocain

------------------------------------------------------------------------

Fonderie-Chaudronnerie-Serrurerie
Charpentes métalliques, Installations hydrauliques. Pompes - Moteurs,
Construction d'aéro-moteurs. RÉPARATIONS. Soudure  autogène et électrique
Pierre VALARCHER
Quartier des Mimosas, PORT - LYAUTEY (Maroc)


Dernière édition par Pierre AUBREE le Jeu 1 Mai - 9:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: LA PRODUCTION MAROCAINE   Lun 28 Avr - 6:46

page 98




DOMAINE DE SIDI  GUETTAR  ET  BOU  RHAMA
VINS    DE   QUALITÉ   SUPÉRIEURE, ROUGE - ROSÉ - BLANC - MISTELLE
RENE   BERR
PETITJEAN    -    PORT-LYAUTEY

------------------------------------------------------------------

Les Fils de N. AMARAGGI
PORT-LYAUTEY
S. A R. L au capital de 300.000 frs
CÉRÉALES GRAINES LEGUMES SECS CASSERIE DE POIDS

------------------------------------------------------------------

DOMAINE
RENÉ NOLOTTE
Mechra - Bel - Ksiri
VINS, CULTURES CÉRÉALIÈRES, ÉLEVAGE, EXPORTATION

-----------------------------------------------------------------

VINS   FINS, VINS  MAROCAINS, LIQUEURS
J.  VAUCLARRE
PROPRIÉTAIRE NÉGOCIANT
Avenue du  Père de Foucauld   et  Rue  du   Languedoc, RABAT    


Dernière édition par Pierre AUBREE le Jeu 1 Mai - 15:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: LA PRODUCTION MAROCAINE   Lun 28 Avr - 6:47

page 99



ROBERT   MOMMEJA
CONCENTRATION DE JUS DE RAISINS, EXPORTATION   DE   VINS   MAROCAINS
Usine   et   Chais  à   PORT-LYAUTEY  -  70,   rue de la   République, Téléphone     3-O6
-Vues    partielles des  installations des Etablissements MOMMEJA

------------------------------------------------------------------------

DOMAINE   DU   BRORAH
Jean    RINIERI

MECHRA BEL KSIRI
CECEALES - CULTURES, VENTE ET EXPORTATION DE BÉTAIL


Dernière édition par Pierre AUBREE le Jeu 1 Mai - 15:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: LA PRODUCTION MAROCAINE   Lun 28 Avr - 6:48

page 100



- DOMAINE DE BEAUSÉJOUR — JEUNE PLANTATION DE CLÉMENTINIERS
- ENSEMBLE DES BÂTIMENTS ET DE LA FERME
- PLANTATIONS   COMMENCÉES   EN   1937 - CLÉMENTINES - NAVELS WEBER : DAR BEL AMRI

SOCIÉTÉ AGRICOLE ET COMMERCIALE DE SIDI MOUSSA EL HARATI
 A    DAR      BEL      AMRI - Maroc
C.      L.      WEBER,     DIRECTEUR
DOMAINE DE BEAUSÉJOUR 1000 hectares de plantations, 102 hectares d'orangers
Les premières plantations ont été effectuées en 1931, en clémentines et navels — Un jardin d'essai de 3 hectares a été complanté de 150 variétés — Les résultats obtenus en 1938, donnent un rendement de 69 kilos par arbre pour les clémentiniers et de 103 kilos pour les navels. Toute la production a été achetée par la firme Geo Monro, représentée au Maroc par Univers Fruits — La culture des amandiers a commencé en 1936 sur les variétés AVOLA (Sicile) et DES MAYO (Espagne) ainsi que sur 2 variétés californiennes : NEC PLUS ULTRA et NON PAREILLE

LOTS HUMBERT et de COLSTOUN
—    Cl.   WEBER   -    Directeur    —
Lotissements exigus de Sidi Slimane, Surface totale 75 ha.-Agrumes 60 ha.


Dernière édition par Pierre AUBREE le Jeu 1 Mai - 16:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LA PRODUCTION MAROCAINE   

Revenir en haut Aller en bas
 
LA PRODUCTION MAROCAINE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ce Maroc bien aimé :: BIBLIOTHÈQUE :: Revues et Livres : -2- "MAROC Moderne" :: LA PRODUCTION MAROCAINE-
Sauter vers: