Ce Maroc bien aimé

Ce Maroc bien aimé

Mémoire de la présence Française au Maroc à l'époque du Protectorat
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 AU MAROC INCONNU dans le Haut-Atlas et le Sud Marocain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
AuteurMessage
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: AU MAROC INCONNU dans le Haut-Atlas et le Sud Marocain   Ven 18 Jan - 7:30

page 177

- Kasbah du Dra.

La piste suit toujours à petite distance le côté droit de la palmeraie sous la protection des ksour soumis dont elle traverse même un grand nombre. Le paysage prend de l'air. A gauche le Bou Zéroual éclatant de lumière dorée est coupé par une profonde gorge. J'admirai ses falaises verticales avec, tout de même, un peu d'inquiétude, car j'avais projeté d'en faire l'ascension..., si toutefois j'obtenais l'escorte indispensable pour aborder un lieu trop favorable aux coups de mains. Après la gorge la haute falaise fuit vers l'est et se confond avec la muraille continue du Bani qui ferme absolument tout le demi horizon sud. Courbe de trente à quarante kilomètres de rayon; à l'intérieur le terrain incline en pente très douce vers le Dra et sa palmeraie, terrain nu, jaunâtre ou gris, brûlé de soleil. L'impression que l'on ressent dans ce cirque est que l'on se trouve dans un paysage artificiel. Rien n'est ici, de la logique habituelle de la Terre.
Il y a ce mur continu du Bani dont la crête, à quelques accidents près, encore trop réguliers, est rigoureusement horizontale. Il y a la plaine qu'il enferme avec, en plein milieu, inattendu, perpendiculaire au mur, le chaînon rocheux du Zagora.
A droite, progressivement les collines s'abaissent jusqu'à mourir sous la plaine. Un seul défilé, l'Azlag, dont les falaises tombent verticalement dans l'oued. La piste, hardiment, l'entaille. Sur le haut du rocher des partisans veillent, un chantier s'occupe à dresser une tour de garde. Après l'Azlag la plaine s'ouvre encore vers l'ouest, mais le mur du Bani la suit, fastidieux, qui limite le sentiment de joie que donnerait cette étendue libre par une sensation d'oppression.


Dernière édition par Pierre AUBREE le Mar 18 Fév - 13:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: AU MAROC INCONNU dans le Haut-Atlas et le Sud Marocain   Ven 18 Jan - 7:32

page 178


- Point d'eau de Rbat du Tinzoulin.

J'ai atteint Zagora. Ce n'est qu'un gros camp, mais un futur poste, on futur Bureau d'Affaires Indigènes, dont on commence déjà à monter les murs en pisé. Un bataillon, quatre goums, de la légion, de l'artillerie, tout cela en plein air ou sous la tente de marche. La défense, sur ce terrain plat est assez précaire, on a doublé le réseau des barbelés. La position domine de peu, et à quelques centaines de mètres de distance, un village indigène et la palmeraie qu'il faut traverser pour atteindre l'oued. Sur l'autre rive, le paradoxe topographique du Zagora dresse son rocher le plus occidental, haut de trois cents mètres et au sommet duquel des travailleurs édifient une tour de veille.
Très grande est l'activité du camp. Depuis une heure, une section d'autos-mitrailleuses rentrant de sécurité est venue former le parc, une délégation d'indigènes d'un des ksour de la palmeraie s'est présentée et a été conduite par un mokhazni, jusqu'à la tente du Chef de Bureau; les ...


Dernière édition par Pierre AUBREE le Mar 18 Fév - 13:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: AU MAROC INCONNU dans le Haut-Atlas et le Sud Marocain   Ven 18 Jan - 7:34

page 179


... hommes se sont accroupis en cercle et l'officier leur a fait à voix très posée un long speech en arabe ; d'ailleurs il continue, car ces choses-là durent toujours très longtemps; enfin trois gros camions invraisemblablement chargés sont arrivés dont l'un portait le matériel d'un soukier. La grande tente plate est maintenant montée, des bouteilles de modèles divers s'alignent derrière un comptoir hâtivement dressé avec des caisses d'emballage, je vois apparaître les boîtes de jambon, puis des saucissons que le soukier, c'est un juif, un bon juif bien crasseux, suspend avec des ficelles. Je connais bien tout l'attirail des choses indispensables qu'il va déballer, puis celui des objets d'un très humble superflu. J'écoute les réflexions des légionnaires, ils sont heureux de voir un juif, parce que le juif est moins voleur que le grec. Ces renommées-là trouvent un excellent terrain d'épreuve dans le bled !
Sourds, rythmés, monotones, servant de basse continue à tous les bruits disparates du camp, il y a les han... han... han... des harratins et des goumiers qui dament dans des coffrages de planches les murs du futur poste.
J'attends maintenant, j'attends que le Chef de Bureau en ait fini de son palabre ou de sa chikayat pour discuter avec lui de ma tâche, des randonnées que je pourrai faire, des escortes qu'il devra me procurer. Exercé à une rapide compréhension du terrain, je cherche déjà du regard, tout autour de l'horizon, les lieux qui me seront propices. Mais un bruit de moteur se fait entendre au ciel. Je lève la tête : en plein bleu, un cercle brillant de lumière, le mince plan de deux ailes, c'est un avion qui vient du nord. Bientôt la plupart des officiers sortent de leurs tentes; la nouvelle se répand et se confirme que c'est le colonel commandant le Cercle d'Ouarzazat qui vient inspecter le poste. Nous courons au terrain d'atterrissage. Une chance! Il faut que j'obtienne du Colonel que son autorité fasse tomber les hésitations que pourrait avoir le chef de Bureau devant mes désirs !

Sur la hammada noire, immuablement plate, la caravane des trois cents chameaux de la Compagnie Méhariste s'allongeait, mais en trois groupes distincts : les trois pelotons, sans compter les éclaireurs qui étaient à plusieurs kilomètres en avant, sur les flancs, derrière.
J'ai marché longtemps en tête, causant avec l'un, puis au centre, causant avec l'autre, puis parfois tout seul, loin sur un des flancs.


Dernière édition par Pierre AUBREE le Mar 18 Fév - 13:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: AU MAROC INCONNU dans le Haut-Atlas et le Sud Marocain   Ven 18 Jan - 7:36

page 180


- Tamsita, ksar du Dra.

Ma bête a un bon pas, elle obéit assez bien. C'est un asfar, ce qui veut dire en termes de méharistes, que sa robe tire sur le roux. J'ai un harnachement tout neuf, ma rhalla, solide est bien ajustée, un peu en avant, de façon que mes pieds nus reposent aisément sur le cou de l'animal. Je me suis laissé aller plusieurs fois et longtemps chaque fois, à ne penser à rien du tout, parce que la hammada est si monotone !
Un jour sa monotonie s'est un peu rompue. Il y a eu des montées et des descentes, des creux avec des semblants de végétation, des cailloux plus gros les uns que les autres, le sol s'est fait jaune puis blanchâtre, c'était le reg. Puis il y a eu un kreb, une falaise, qu'il a fallu descendre en empoignant le trousquin de la rhalla et nous sommes arrivés sur une immense plaine; on y distinguait, à perte de vue, noyés dans la lumière, deux ou trois gour, une colline. Je poussai mon méhari au trot, passai à l'avant-garde, puis, arrêté, en attendant que le gros me rattrape, je fouillai l'horizon de la jumelle, vers l'ouest et vers le nord-ouest. Deux ou trois fois j'ai recommencé. Enfin j'ai vu la ligne bleue très nette, au-dessus de l'horizon, je l'ai bien regardée sur toute sa longueur, j'ai compté les indentations qui la coupent, je l'ai comparée avec un petit dessin que j'avais là. C'était bien le Bani. Je reconnaissais sans erreur possible, le Foum Takkat, les cols du Mjerbia, du Mjénia que j'avais contemplés bien souvent, juste à l'opposé, du Zagora, huit mois plus tôt. Les troupes marocaines devaient le franchir aujourd'hui, en marche vers l'oasis du Mhamid vers laquelle nous nous dirigions nous aussi.
Ce soir-là nous avons bivouaqué aux puits de Tinjoub, au pied du kreb. On devinait au loin, dans le nord, la ligne sombre des palmiers du Dra.


Dernière édition par Pierre AUBREE le Mar 18 Fév - 13:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: AU MAROC INCONNU dans le Haut-Atlas et le Sud Marocain   Ven 18 Jan - 7:38

page 181


- Vue du poste de Zagora.

Les postes radio marocains nous passèrent des ordres précis pour l'encerclement de l'oasis.
C'est deux jours plus tard que je traversai en hâte, au grand trot de mon méhari, parce que la nuit se glissait, rapide, sous les palmiers, le Mhamid que l'on avait occupé le matin même.
Aujourd'hui, je remonte en blindée, à petite vitesse, la longue pente sud du Bani. Les deux autos-mitrailleuses que l'on m'a données s'engagent sur la piste du Foum Anagam. Je suis assis sur la tourelle de la voiture de tête. Une matinée splendide ! L'air est frais, bien que nous soyons dans une gorge assez encaissée, il a même des transparences cristallines. La gorge est absolument déserte et nos puissants moteurs y font un vacarme insolite qu'amplifié l'écho. Pourtant une mince fumée bleue s'élève, toute droite, entre les pierres. Près du menu feu de brindilles une femme est accroupie. Elle est vêtue de hardes, mais coiffée d'un foulard vert éclatant. Ces deux ou trois touches de couleur presque sans formes, ...


Dernière édition par Pierre AUBREE le Mar 18 Fév - 13:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: AU MAROC INCONNU dans le Haut-Atlas et le Sud Marocain   Ven 18 Jan - 7:39

page 182


- La palmeraie du Mhamid du Dra.

... sur la grisaille, sont d'une pureté délicieuse. Je m'aperçois qu'elles doivent leur qualité à ce que je les vois à contre-jour.
L'Anagam est franchi. Nous dégringolons la pente nord, à flanc de falaise. J'ai retrouvé d'un seul coup d’œil ce paysage qui m'avait jadis été familier pendant des semaines. Sur la plaine, la poussière est intolérable et c'est un véritable soulagement quand le sol s'améliore, d'autant plus que le soleil est monté et qu'il commence à faire chaud. La piste grimpe un peu, le borj ne doit pas être très loin. Et le voici qui, tout à coup, apparaît ! Un beau poste, construit dans le style berbère, avec des tours pyramidales aux angles, là où je n'avais connu que la protection et le confort incertains de la tente et d'une étroite levée de terre.



Dernière édition par Pierre AUBREE le Mar 18 Fév - 13:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: AU MAROC INCONNU dans le Haut-Atlas et le Sud Marocain   Ven 18 Jan - 7:42

page 183

 

- La Zaouia de Tirsal.


TABLE DES MATIÈRES


Préface...... 9
Introduction...... 13
I. — Premier contact avec l'Atlas...... 21
II. — Le Toubkal, géant de l'Afrique du Nord...... 37
III. — Naissance d'une dynastie. — Tin Mel. — Le Tagontaft...... 53



Dernière édition par Pierre AUBREE le Mar 18 Fév - 13:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: Re: AU MAROC INCONNU dans le Haut-Atlas et le Sud Marocain   Ven 18 Jan - 7:44

page 184


IV. — Jours de repos en Seksaoua...... 67
V. — Le Sous et la côte berbère...... 81
VI. — L'Atlas de Demnat...... 95
VII. — La Khéla paysage du Sud. — Ouarzazat...... 115
VIII. — Vers la Kélaa des Mgouna...... 131
IX. — Le Mgoun et la haute vallée du Dadès...... 141
X. — La désolation de l'Anti-Atlas...... 151
XI. — L'oued Dra et le désert...... 167











*****************************

FIN du livre
" AU MAROC INCONNU  DANS LE HAUT-ATLAS ET LE SUD MAROCAIN "
de Jacques FELZE
Illustrations de Th.-J DELAYE

***************************


Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: AU MAROC INCONNU dans le Haut-Atlas et le Sud Marocain   

Revenir en haut Aller en bas
 
AU MAROC INCONNU dans le Haut-Atlas et le Sud Marocain
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ce Maroc bien aimé :: BIBLIOTHÈQUE :: Revues et Livres : -1- "MAROC Traditionnel" :: AU MAROC INCONNU dans le Haut Atlas et le Sud Marocain (suite)-
Sauter vers: