Ce Maroc bien aimé


Mémoire de la présence Française au Maroc à l'époque du Protectorat
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 Le MAROC en 1932

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: Le MAROC en 1932   Lun 28 Mai - 9:42

page 113


CIMAR MOTRICINE
Les services de livraisons de la Cimar au Maroc


Wagon-citerne de 18.000 litres.

Camion Berliet de 10 tonnes.

Un camion Saurer avec sa remorque, 11.000 litres.

Un Saurer 6.000 litres.

Un camion Renault 3.000 litres

Camionnette pour le transport du pétrole.

Essence MOTRICINE
Huile MOTRIX
Pétrole GALLIA

COMPAGNIE INDUSTRIELLE DES PETROLES AU MAROC
14, Rue de l'Industrie, CASABLANCA. — Téléphone: Bureaux A. 29.15;Dépôt A. 3l .36



Dernière édition par Pierre AUBREE le Lun 10 Sep - 21:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: Le MAROC en 1932   Lun 28 Mai - 9:43

page 114


Entreprise Générale de Peinture
M. Th. Cueilleron

141 à 143 et 235 à 239 Rue des Ouled Harriz, CASABLANCA

M. Cueilleron.

M. Cueilleron vint au Maroc en 1912. Il y créa aussitôt une entreprise de peinture. Ses débuts furent aussi modestes que ceux de beaucoup de jeunes marocains. Le développement de son entreprise fut rapide. Mobilisé en 1914, M. Cueilleron ne reprit son affaire qu'en 1919. Depuis, celle-ci se développa parallèlement à la progression de la construction au Maroc.


Le personnel de l'Entreprise Th. Cueilleron.

A ce jour un groupe imposant d'ouvriers constitue le personnel de la Maison. Les magasins et ateliers couvrent une surface de 1.000 mètres carrés. Dans ces derniers le département de la vitrerie est remarquable.
Une organisation moderne permet à M. Cueilleron une production importante, aussi rapide que soignée, et aux prix les plus modérés.


..... ...............................
.................Entrée des bureaux......................................................................................................... Entrée des Ateliers.


Le Magasin d'Exposition des Papiers peints 143, rue des Ouled-Harris, Casablanca.


Un coin des Ateliers (Peinture meubles).


Un coin des Magasins d'approvisionnement. Droguerie. Photos Demeure



Dernière édition par Pierre AUBREE le Lun 10 Sep - 22:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: Le MAROC en 1932   Lun 28 Mai - 9:45

page 115


La Compagnie Française des Métaux
279 Boulevard de la Liberté, Casablanca.


M. Henri Clôt, directeur de la Compagnie française des Métaux au Maroc.


Magasins d'exposition et Bureaux de la Compagnie Française des Métaux à Casablanca

La Compagnie Française des Métaux, dont le siège social est à Paris, rue du Cirque et la direction pour le Maroc, à Casablanca, est une Société au capital de 75 millions. Dans l'Afrique du Nord, où elle s'est installée depuis de nombreuses années, elle a racheté les Etablissements Poumailloux et elle continue à vendre tout ce qui avait fait le succès de cette ancienne firme en s'efforçant d'étendre encore dans son secteur son rayon d'action :
Matériel pour entrepreneurs, pour colons, matériaux de construction, appareils sanitaires, tôles ondulées et galvanisées, chaudières, fourneaux, cuisinières, etc.


Magasin d'exposition et de vente à Casablanca.

La succursale de Fez est spécialement outillée pour fournir immédiatement tous les articles dont peuvent avoir besoin tous les entrepreneurs et les particuliers de la région.


Le Magasin de la Compagnie Française des Métaux à Fez.


Un magasin de réserve de la Compagnie Française des Métaux à Casablanca

La Compagnie Française des Métaux a réservé une place prépondérante à l'hydraulique; elle possède toute une gamme de pompes, de tuyaux et de moteurs livrables de suite dans ses magasins. Récemment, M. Lucien Saint inaugurait solennellement la première borne-fontaine placée à l'entrée de la Médina, à Fès, œuvre à laquelle restera attaché le nom de la Compagnie Française des Métaux, adjudicataire de l'ensemble des travaux. Les importantes installations qui couvrent aujourd'hui au Maroc 8.000 mètres carrés de magasins sont dus à la savante direction et au labeur incessant de notre distingué compatriote Mr. Henri Clot, qui a ainsi contribué à apporter à notre région une des affaires commerciales françaises qui font le plus honneur à notre Protectorat.




Dernière édition par Pierre AUBREE le Mar 11 Sep - 8:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: Le MAROC en 1932   Lun 28 Mai - 9:46

page 116


Etablissements René Roustan
Rue Chevalier Bayard, Casablanca


M. René Roustan.

En 1914, la Vermoutherie Gay, Roustan et Sprécher, créée à Sète (Hérault) le 1er mars 1909, décide d'installer, à Casablanca, une succursale pour ses vins de liqueur et ses apéritifs au quinquina. Le 26 juillet 1914, cette succursale ouvre ses portes aux Roches-Noires (Immeuble Grégoire).


Les, Etablissements René Roustan, à Casablanca


La cour.

La guerre survient. Chefs et personnel sont mobilisés et les affaires des deux maisons marchent au ralenti.
En 1920, après entente avec ses associés, M. René Roustan prend la direction des Etablissements transférés rues Ledru-Rollin et Bouskoura. Une annexe est créée, en 1924, rue de la Liberté. Les locaux, devenant insuffisants en présence de la marche ascendante des affaires, M. René Roustan fait entreprendre, en 1929, rue Chevalier Bayard, la construction d'un magnifique bâtiment occupant une superficie de 2.020 mètres carrés dont 2 gravures ci-contre démontrent l'installation toute moderne.
Parmi les produits vendus par les Etablissements René Roustan, nous citerons particulièrement : Le Quinquina FREZY; le Peppermint ICEBERG; le Vin de dessert « Rossana »; le Vermouth MASSON qui constituent les grandes marques de ces établissements.


Compagnie Marocaine Vinicole


Un aspect de la cave de la Marocaine Vinicole (Fleurant, architecte).


Les quais pour chargement et déchargement

La « Compagnie Marocaine Vinicole » est une Société anonyme qui, d'abord, au capital dé 1.800.000 francs, a vu son capital s'élever à 2.700.000 francs. Son siège social est situé dans les locaux de la Compagnie Marocaine, 3, rue de Tétouan, et ses chais, situés rue Amiral-Courbet, ont une valeur immobilière de plus de 2.400.000 francs.
Cette Société se consacre surtout à la vente des vins produits dans le domaine de Sidi-Larbi, dont nous parlons à la page suivante.
Et c'est à M. René Roustan qu'a été confiée la Direction de la Compagnie Marocaine Vinicole


Dernière édition par Pierre AUBREE le Mar 11 Sep - 8:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: Le MAROC en 1932   Lun 28 Mai - 9:47

page 117


La Société Pradère Frères


..................................
........................................M. Alexandre Pradère.......................................................................M, Paul Pradère.



L'extension rapide des grandes villes marocaines et la création d'importants centres nouveaux a posé un problème délicat à résoudre: celui de l'adduction d'eau, et des installations sanitaires.

Il fallait, pour mener à bien cette tâche délicate, s'adresser à des spécialistes consciencieux, rompus à toutes les pratiques de ces entreprises. Au Maroc, une maison remplissait les conditions requises et c'est à elle qu'ont eu recours les Administrations et les particuliers. Chacun n'a eu qu'à se louer des travaux exécutés par elle avec rapidité et les garanties d'une mise au point parfaites; nous voulons parler de la Société Pradère Frères.


Station de pompage du barrage de l'Oued-Mellah pour l'alimentation en eau de la ville de Casabla

C'est en 1920, que MM. Alexandre et Paul fondèrent leur entreprise à Casablanca, rue des Ouled-Harris. Depuis cette date, des travaux fort nombreux et conséquents furent menés à bien par eux dans la région casablancaise et dans toutes les villes du Maroc. Ils se sont spécialisés dans les canalisations pour adductions et distributions d'eau; les installations de pipes-lines pour combustibles liquides, le chauffage central, ventilation, assainissement et installations sanitaires.
De 1922 à 1931, la Société Pradère Frères a poursuivi l'aménagement hydraulique des gares d'Oudjda, Rabat à Marrakech et à Kourigha.
Dès 1924, elle a réalisé les installations complexes d'eau et de combustibles liquides du port de Casablanca. Récemment elle a terminé la mise en place des pipes-lines à essence, pétrole, gasoil, mazout.

De nombreuses villes lui ont confié leurs travaux d'adduction d'eau : C'est ainsi que Marrakech a demandé la mise en place de plus de 50 km. de conduites dans des conditions souvent pénibles. Le devis de la ville de Safi s'est élevé à 1 million 600 mille francs; Le refoulement des eaux de l’Aïn-Néja aux Phosphates de Kourigha (21 kilomètres) a coûté 1 million 700 mille francs et l'équipement de la station de pompage 150 mille francs.
Les installations d'eau des camps, casernements et dépôts à Casablanca, Mazagan, Marrakech, Rabat, etc., ont également été réalisés par la Société Pradère Frères et les derniers travaux de pompage des eaux de l'Oued-Mellah à Casablanca se sont élevés à plus de 3 millions 700 mille francs.


Chaufferie de l'Hôpital militaire de Casablanca.


Canalisation en fonte servant à l'alimentation en eau de la ville de Safi.


Conduite maîtresse d'amenée d'eau à la ville de Marrakech.

Il est encore bien d'autres travaux de grosse importance exécutés dans les mêmes conditions tels que l'extension et le complément de réseaux d'eau potable à Casablanca, Rabat, Fez, Ouezzan, Salé, etc., qui représentent avec, ceux qui précèdent une longueur totale supérieure à 250 kilomètres.
La question du chauffage central est aussi primordiale dans les organisations modernes et MM. Pradère ont là aussi accompli de gros travaux avec le soin coutumier qu'ils apportent à chacune de leurs réalisations. C'est ainsi qu'ils ont fait l'installation de l'hôpital militaire de Casablanca qui s'est élevée à plus de trois millions. Dans cette même ville, ils ont réalisé des travaux semblables à l'hôpital civil; l'hôtel des P.T.T., de la Conservation Foncière, du Directeur et de la Recette des Douanes, du chef des Services Municipaux, etc...

A Fedhala, Rabat, Meknès, Fez, Marrakech, Azrou, etc., il serait possible d'allonger indéfiniment la liste des travaux exécutés par MM. Pradère Frères. Grâce au soin apporté à tous leurs travaux, grâce aussi au sens fort bien équilibré de leur organisation, ils se sont fait, au Maroc, une place méritée.



Dernière édition par Pierre AUBREE le Mar 11 Sep - 9:05, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: Le MAROC en 1932   Lun 28 Mai - 9:49

page 118


La Société des Immeubles Fayolle
1, Rue de Marseille, Casablanca.


M. Pierre Fayolle.

Cette Société fut constituée, dès 1913, par MM. A. et P. Fayolle, et a connu un développement constant de ses capitaux et de ses affaires. Son siège social est à Casablanca, 1 rue de Marseille.
Ayant pour but l'acquisition de terrains et d'immeubles, la préparation de lotissements en vue de la vente aux particuliers et aux sociétés, cette Société est propriétaire, à Casablanca, de nombreux immeubles et terrains à bâtir.
Les rues de la Drome, du Dauphiné, de Briey, des Cévennes, de Charmes, des Ouled-Harriz, de la Liberté, Gay- Lussac, de Marseille, Nationale, de Bouskoura, les boulevards de Lorraine et d'Alsace comprennent des immeubles ou terrains appartenant à la Société des Immeubles Fayolle.


Immeuble, rue Bouskoura, siège de la Caisse Rurale de Crédit.


Immeuble, 1, rue de Marseille.

La S.M.A.T.E.G.
(Société Marocaine d'Agglomérés et de Tuyaux en ciment). Bureaux et usines : 2, rue Lécrivain, à Casablanca.


Cette Société, dont M. Fayolle est l'administrateur délégué au Maroc, a été constituée en 1930. Elle a pour but, comme son nom l'indique, la fabrication de tous les produits agglomérés et spécialement des bétons vibres et cellulaires.
La Cimenterie S.M.A.T.E.C. fabrique les moellons à 2 et 4 trous, les hourdis creux pour planchers insonores, les aspirateurs « Aéros ». Elle s'est spécialisée encore dans la fabrication mécanique des tuyaux à l'aide des machines système Couïbes, elle fabrique également des lavoirs, des abreuvoirs, des fosses septiques, des clôtures ajourées en béton vibré aérocrète. En un mot, tous les produits modernes de la cimenterie peuvent être fournis par la S.M.A.T.E.C.
La superficie occupée par les entrepôts de la S.M.A.T.E.C. comprend 19.000 mètres carrés. La surface couverte s'étend sur 4.000 mètres, environ.



Vue générale de la Cimenterie S.M.A.T.E.C. à Casablanca. Photos Greck.




Dernière édition par Pierre AUBREE le Mar 11 Sep - 9:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: Le MAROC en 1932   Lun 28 Mai - 9:51

page 119


Maison Léglise et Maria


..................................
..........................................M. Léglise.........................................................................................M. Maria.

La Maison Léglise et Maria est une des maisons les plus importantes du Maroc, et sans conteste, la marbrerie la mieux outillée du Maroc. Depuis sa fondation, MM. Léglise et Maria ont décoré de marbre plus de 2.000 édifices ou immeubles. Et plus de 50 millions de travaux ont été fournis par eux.
Une simple liste des principaux bâtiments dont la décoration marbrière a été faite par les soins de MM. Léglise et Maria donnera une idée approximative de leur œuvre au Maroc.
A Casablanca: Compagnie Algérienne, Crédit Foncier d'Algérie et de Tunisie, Banque d'Etat du Maroc, immeuble (IMCAMA), restaurant des Ambassadeurs, Compagnie Transatlantique, imm. Lévy Bendayan, immeubles de Son Exellence Tazi, villa de S.E. le grand vizir El-Mokri, villa de M, Grand, villas de MM. Benazeraf, Haïm Cohen, Joseph Cohen, immeuble de la Vacuum Oil Cy, Grand Bon Marché, Pharmacie Conti, Magasins Templier, Pinto, Dursapt, etc...
A Rabat: Résidence Générale, Palais de Justice, Crédit Foncier, Banque d'Etat du Maroc, Compagnie Algérienne, Trésorerie Générale, Office Chérifien des Phosphates, Mamounia, Palais de la Musique, Jardin du soleil, Travaux Publics, Affaires Chérifiennes, Hôtel Royal, Villa Tauchon, Villa Héguy, etc...
A Fez : Banque d'Etat, Immeuble de l'Urbaine et la Seine, Fez-Auto, Crédit Foncier, Banque de l'Ouest-Africain, Compagnie Algérienne, villa El-Alouf, Crédit Fonicer, C.I.A.N.A., etc.
A Kénitra : Compagnie Algérienne, etc...
A Marrakech : Hôtel de la Mamounia, Banque d'Etat, Crédit Foncier, Compagnie Algérienne, Banque West-Africa, immeuble de S.E. le Pacha, immeuble Garenne, villa Taylor, villa Abitbol, villa de Lafontaine, villas du Chemin de fer, immeuble El-Grably, etc...
A Mazagan : Banque d'Etat.
A Meknès : Banque d'Etat, Compagnie Algérienne, Hôtel Volubilis, Grand Bon Marché, Goutte de lait, etc.
A Oujda : Banque d'Etat.
A Tanger : Consulat Général de France, Banque of British West-Africa, villa Toledano, villa Bendahan. villa Bendrao.



Revêtement en marbre du mur extérieur du Crédit du Maghreb.


Effet de marbres du grand escalier de la Compagnie Algérienne à Casablanca.


Revêtement en marbre des murs du Restaurant des Ambassadeurs à Casablanca. Photos Flandrin.



Dernière édition par Pierre AUBREE le Mar 11 Sep - 9:32, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: Le MAROC en 1932   Lun 28 Mai - 9:53

page 120


Le Comptoir Immobilier du Maroc
75, Boulevard de Paris. CASABLANCA


.......................
...........M. Burger, directeur général du Comptoir Immobilier......................M. le Général Jouin, directeur du Comptoir Immobilier.


Immeuble du Comptoir Immobilier, 14, rue du Docteur-Mauchamp.


Immeuble appartenant au Comptoir Immobilier, 73, boulevard de Paris.


Immeuble appartenant au Comptoir Immobilier, boulevard de Paris, 71.


Parmi les Sociétés qui participent et collaborent au développement de Casablanca, il importe de citer le Comptoir Immobilier du Maroc, Société Anonyme dont l'activité et les succès ont suivi le rythme croissant des constructions tant administratives que privées, qui font déjà de cette ville le grand port français de l'Afrique du Nord sur l'Océan.
Les succès financiers de cette Société résultent d'une double cause. La première est la continuité d'une direction particulièrement active et compétente. M. Roger Burger qui créa le Comptoir en 1919 resta son Directeur général quand il fut transformé en Société Anonyme. La deuxième raison du succès réside dans la politique suivie. Invariablement, les bénéfices croissants réalisés au cours des dernières années ont été appliqués, après rémunération du capital, à l'acquisition ou à la construction d'immeubles de rapport dont le rendement vint accroître rapidement les bénéfices sociaux et donner tant aux réserves qu'au capital engagé une base foncière remarquablement solide.
La Société nous a communiqué quelques images que nous reproduisons ici de ses immeubles du boulevard de Paris, de la rue Mauchamp, de celui en construction rue de Bouskoura, etc...
En fait, à la très prochaine assemblée générale des actionnaires, le bilan présenté s'établira comme suit. Pour un capital actions de six millions quatre cent mille francs (dont un million six cents mille d'actions gratuites par répartition de réserves), la Société présentera un capital foncier d'environ quatorze millions en immeubles de rapport et terrains judicieusement choisis, ensemble dont on peut dire que la valeur est non seulement inébranlable, mais capable d'importante plus value.
Par ailleurs, les engagements de la Société de l'ordre de 1.600.000 francs sont largement couverts par les créances hypothécaires de la Société sur les débiteurs divers, tous clients de la Société et soigneusement choisis.
Il sera exposé en outre qu'indépendamment du rendement des immeubles, principalement employé à la construction du grand immeuble de la rue Bouskoura, les bénéfices sociaux provenant des courtages, commissions de gérance et autres ont, en 1931 et malgré la crise, dépassé ceux de l'année précédente. Malgré cette situation particulièrement favorable, la Société désireuse de ne jamais abandonner la politique de sagesse qui a fait son succès demandera à ses actionnaires de se contenter d'un dividende de quinze pour cent, moindre par conséquent que celui précédemment servi, qui ne fut jamais inférieur à dix-sept pour cent. La situation économique générale conseille en effet la prudence, même au Maroc, et le renforcement des réserves, en attendant le retour des conditions normales.



Dernière édition par Pierre AUBREE le Mer 12 Sep - 4:49, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: Le MAROC en 1932   Lun 28 Mai - 9:55

page 121


Société des Carrières Marocaines


M. E. Meyer, Directeur de la Société des Carrières marocaines.

Les « Usines et Carrières Meyer » furent fondées en 1919 par M. Edouard Meyer. Il exploitait alors une carrière située aux Roches-Noires et des fours à chaux. Il put acheter en 1923 une usine de concassage au Maarif, puis, en 1925 une autre usine de concassage route de Camp-Boulhaut. La fièvre de construction qui s'emparait de Casablanca donna alors un essor considérable aux Usines et Carrières Meyer. Le succès dépassait les prévisions et les moyens de production n'étaient plus suffisants pour permettre de répondre aux demandes énormes de la région en matériaux de construction.
Un groupe financier français s'intéressa alors à l'affaire et en janvier 1929, une Société anonyme chérifienne était fondée, au capital de 4.000.000 francs sous la raison sociale de Société des Carrières marocaines. Son premier acte fut d'acheter l'usine de concassage et les carrières d'El-Hank, dont la pierre quartzite est particulièrement appréciée des Administrations et des entrepreneurs.
Le développement croissant des affaires de ia Société et parallèlement la réalisation de son programme d'équipement moderne de ses usines et carrières, l'amenèrent à doubler, en avril 1930, son capital qui fut porté à 8.000.000 de francs.
La Société créa également des agences à Meknès et Rabat pour participer aux gros travaux entrepris dans ces villes.
Enfin, la découverte un peu partout dans le Maroc de très beaux marbres de couleur amena la Société à s'orienter vers cette branche d'activité.
Les marbres constituent certainement une des richesses du Maroc et la Société des Carrières marocaines a grandement contribué à généraliser l'emploi des marbres locaux et à les faire connaître en France et à l'Etranger.
La Société acheta les carrières de l'Oued Akreuch et de l'Oued Yquem, ouvrit plusieurs carrières dans différents points du Maroc et, finalement, décida d'installer à Casablanca une usine moderne de sciage, débitage et polissage des marbres. En août 1931, grâce à l'appui d'un des plus puissants groupes marbriers français, elle portait son capital à 9.000.000 de francs et les premiers résultats de sa nouvelle activité dépassent toutes les espérances.



Les Carrières de l'Oued Akreuch à 17 km. de Rabat. On aperçoit, à droite, le matériel utilisé et, au fond, la construction.


Carrières d'Ei-Hank, dont la pierre quartzite est particulièrement appréciée.


Les Entrepôts de marbre à Casablanca.


L'un des ateliers de schitage du marbre à Casablanca.



Dernière édition par Pierre AUBREE le Mer 12 Sep - 5:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: Le MAROC en 1932   Lun 4 Juin - 8:22

page 122


Anciens Etablissements Emile Laport et Cie.


Parmi les organisations commerciales qui se sont intéressées au développement économique du Maroc, il nous faut citer les « Anciens Etablissements Emile Laport et Cie ». Cette firme qui est installée depuis 10 ans à Casablanca a été constituée en société anonyme maro-caine en 1928 au capital de 2.500.000 francs Ses magasins d'exposition et de vente et ses entrepôts, qui sont sa propriété, couvrent une superficie de 4.000 m2 environ et sont établis rue de Marseille, en plein centre des affaires.


M. Lejeune, Président de la Chambre de Commerce Belge, Directeur des Anciens Etablissements E. Laport
et Cie, à Casablanca.

Elle est représentée et possède dans les principales villes du Maroc des dépôts de marchandises qui permettent de répondre aux besoins immédiats de la clientèle.
Soucieuse de remplir son rôle d'organisme distributeur, cette maison qui a lié son activité au développement de la construction et à l'équipement général du pays tient à la disposition des administrations, des sociétés et des particuliers tous les produits qui leur sont nécessaires.
Elle possède dans ses entrepôts la gamme complète des produits métallurgiques tels que fers et aciers, tôles, plomb, zinc, cuivre, étain, tous les articles indispensables aux installations sanitaires et au chauffage central et d'une manière générale tous matériaux de construction.
En raison de ses alliances financières, elle s'est spécialisée dans la vente de toutes catégories de tubes en fer et en acier, ainsi que de tous les produits accessoires qui s'y rattachent.


Les magasins de vente.


Les entrepôts des Anciens Etablissements Laport et Cie. Photo Greck.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

La Maison Alfred Martini
2, rue de la Drôme, Casablanca.

Les magnifiques plages de sable de la côte marocaine, les innombrables sites touristiques de l'intérieur ont fait prospérer une industrie spéciale dont le camping est la base. Nous voulons parler de la fabrication des tentes abritant les fervents de la vie en plein air.
La Maison Alfred Martini, 2 rue de la Drome, à Casablanca, s'est consacrée à la vente et à la location de tentes, bâches, lits, chaises, tables et de tout le matériel de camping. De la tente individuelle, à l'organisation volante pouvant abriter une famille entière, toutes les variétés se trouvent dans les magasins de ce commerçant. C'est là une chose fort intéressante qui est susceptible de rendre de grands services.
La Maison Alfred Martini met d'ailleurs à la disposition de sa clientèle un nombre imposant de modèles dont la variété est susceptible de contenter les plus exigeants. Récemment, cette firme vient de faire une exposition reproduite par notre cliché. Certes, celui-ci est plus évocateur que toute dissertation. Des tentes, des parasols de plage, des installations de camping fort ingénieuses y étaient présentées. Mais, il y fut surtout remarqué la création de M. Martini, la tente « Explorateur Martini » qui intéressa vivement tous ceux qui, pour leur distraction ou pour les besoins créés par leurs occupations demandent au camping le confort du « home ». En effet, la tente « Explorateur Martini » réunit toutes les conditions requises pour donner à ses occupants l'illusion qu'ils n'ont point quitté leur demeure. Les moindres détails en ont été étudiés avec soin et rien n'est laissé au hasard. Excessivement facile à monter, elle est rapidement sur pied et ne demande que très peu d'effort pour devenir le meilleur et le plus confortable des abris.


Vue générale de l'Exposition.





Dernière édition par Pierre AUBREE le Mer 12 Sep - 5:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: Le MAROC en 1932   Lun 4 Juin - 8:23

page 123


Développement Industriel du Maroc
Les Marbres


Une industrie née d'hier se développe rapidement et nous devons nous en féliciter puisque c'est notre richesse nationale qui s'accroît au moment où la crise mondiale atteint une acuité insoupçonnée jusqu'alors; c'est l'industrie du marbre. Jusqu'à ces dernières années, seul le marbre d'importation était employé au Maroc, et pour le pays il représentait une sortie d'argent.
Actuellement, la mise à jour de gisements importants de ce précieux matériau et l'installation d'usines également très importantes et modernes ont, non seulement diminué les sorties d'argent, mais au Contraire établi un courant en sens inverse.
Les marbres du Maroc sont extrêmement variés comme dessins et couleurs; certains mêmes, tels que le « fleur d'Onyx » sont uniques en leur genre. Tous sont d'une très bonne tenue parce que très homogènes. On peut voir à Casablanca comme dans les principales villes du Maroc des façades entières d'immeubles et de magasins ou de bâtiments publics revêtues de marbre aux teintes noires, grises, rosés, rouges ou maclés (parés) d'onyx, provenant uniquement des carrières du pays.

......................
...................................M. A. Liscia.....................................................................................M. S. Liscia.


La valeur de ces marbres a d'ailleurs reçu une consécration mondiale, puisque nous avons appris par MM. Liscia frères, marbriers à Casablanca, au cours de visites faites à leurs usines et à leurs carrières de Skrirat et Boulhaut, équipées mécaniquement, qu'ils expédiaient leurs produits en France, dans toute l'Afrique du Nord, Tunisie comprise, en Amérique, et même en Italie, pays qui est pourtant essentiellement exportateur de marbres.
Ces résultats n'ont été atteints qu'au prix de très gros efforts financiers, et en mettant au service d'une grande volonté une expérience de plus de 50 années (M. Liscia père a fondé la Maison V. Liscia en 1878).
Nous ne donnerons qu'une idée de l'importance des installations nécesaires pour exploiter en grand le marbre, en disant que MM. Liscia peuvent disposer annuellement d'une production de 6.000 tonnes de blocs provenant de leurs carrières de Boulhaut et Skrirat, que leur scierie (Usine n° 3) marche d'une façon tout à fait moderne et modèle, et comprend des débiteuses et 3 grands châssis comme celui qui est visible sur une des photos; que leur marbrerie (usine n° 2) mise en service en 1931, est équipée d'une façon également très moderne, chaque machine étant commandée par un moteur électrique indépendant. Les photos qui illustrent cet article, et que nous devons d'ailleurs, à l'aimable obligeance de ces messieurs, parferont l'idée que nos lecteurs peuvent avoir sur cette nouvelle industrie marocaine.


Vue extérieure de la Scierie.


Châssis sectionnant les blocs de marbre en tranches.


Un des dépôts de Marbres sciés.


Une partie des ateliers de marbrerie.




Dernière édition par Pierre AUBREE le Mer 12 Sep - 5:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: Le MAROC en 1932   Lun 4 Juin - 8:24

page 124


Union Commerciale Indochinoise et Africaine


Dans ces colonnes, il y a trois ans, nous avions déjà présenté l'effort accompli au Maroc par l'Union Commerciale Indochinoise et Africaine. Nous avions montré comment, avant même le début de l'occupation du Maroc, l’U.C.I.A., par l'intermédiaire d'une Société d'Etudes, avait développé ses relations dans le pays, établi des comptoirs, bâti des entrepôts.
L'évolution rapide du Protectorat n'a pas surpris l'Union Commerciale Indochinoise et Africaine, qui s'est trouvée constamment parmi ceux qui ont devancé les événements. Ses entrepôts de Casablanca, qui couvrent plus de 2 hectares, au boulevard Circulaire, sont sans conteste les plus beaux du Maroc, et aussi les plus modernement équipés. Les photos qui illustrent cette page, permettent de s'en rendre compte.


Entrepôts et Bureaux de la L'U.C.I.A., boulevard Pétain.


Façade boulevard Pétain : Magasins de machines agricoles.


Entrée du magasin.


Réserves de matériel.


Parc à fers.

Tout particulièrement, dans la vente des machines agricoles, l’U.C.I.A. s'est assuré la représentation des marques si connues et estimées dans l'Afrique du Nord,

Case.
Clétrac.
Melichar.
Bourguignon.
Bernard-Moteurs.
et a activement aidé la colonisation en mettant à sa disposition ces machines de haute qualité avec son service d'ingénieurs et sa puissance de crédit. En collaboration étroite avec sa clientèle, elle s'efforce d'améliorer les conditions de production du Maroc, notamment en étudiant les outils qui permettront par l'abaissement des prix de revient des céréales et du vin de vaincre la crise dont souffrent les colons marocains.
Au Maroc, jusqu'à présent, on a défriché, constitué des terres, bâti la ferme, et obtenu les premières moissons au prix d'efforts surhumains, et en sacrifiant bêtes et outils pour le premier défoncement pour la plantation. II faut , à présent, produire économiquement. Ce sera d'autant plus facile que, pour cela, notre voisine l'Algérie nous a tracé la voie. Le matériel qui est estimé le meilleur en Algérie sera celui qui s'imposera au Maroc. Les tracteurs « Cletrac », les moissonneuses-batteuses « Case », les tracteurs « Case » sont les amis du colon soigneux et attentif à ses prix de revient.
L'Union Commerciale Indochinoise et Africaine tirera sa fierté de ce qu'elle aura fait pour le pays, pour ses amis et clients du succès de ses marques, autant que de sa prospérité financière.



Dernière édition par Pierre AUBREE le Sam 15 Sep - 6:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: Le MAROC en 1932   Lun 4 Juin - 8:25

page 125


Cimenteries et Briqueteries Réunies du Maroc
Société anonyme au Capital de 2.000.000, 23 Rue Nolly - CASABLANCA


Filiale directe des Cimenteries et Briqueteries Réunies Anvers, Société anonyme au capital de 300.000.000 de francs, la S.A.C.B.R. Maroc a été fondée à Casablanca en octobre 1928, au capital initial de 500.000 francs.
Trois années d'efforts continus et d'activité féconde ont permis à la S.A.C.B.R. Maroc de se placer au tout premier rang des grandes firmes. Son caipital porté, en janvier 1931, à 2 millions de francs, a permis à cette Société de prendre son plein essor en étendant à tout le Maroc son champ d'action déjà si vaste. La S.A.C.B.R. Maroc s'est uniquement consacrée depuis trois ans à distribuer au Maroc les ciments et les chaux fabriqués par les nombreuses usines groupées par C.B.R. Exportation.


Embarquement à Anvers des Ciments C.B.R. à destination du Maroc.


Débarquement en rade de Casablanca.


à quai à Casablanca.


Stockage dans les entrepôts de la Douane.

Puissance basée avant tout sur des produits constants, réguliers, de qualité indiscutable et en perpétuel état de perfectionnements techniques, dix-sept usines modernes, vingt laboratoires de contrôle ou de recherches, une élite de techniciens, une organisation commerciale d'une rare puissance, des moyens financiers considérables, une parfaite connaissance des marchés d'exportation et de toutes questions maritimes ont permis aux C.B.R. Exportation d'offrir aux consommateurs marocains, dans des conditions extrêmement favorables, des ciments de très haute classe qui, sous les marques: «Ceberit», «Obourg», «Condor», «Josson», «Falcon», « Good Hope», «Vise», «Mons», ont su, par leurs seules qualités, gagner la juste faveur d'une clientèle qui, de plus en plus recherche et apprécie le produit de qualité et le fournisseur de confiance.

En étroite collaboration avec des distributeurs de tout premier plan, la S. A. C. B. R. Maroc s'est attachée à créer dans cette colonie une organisation en tous points digne de sa raison sociale et d'adopter dans ses méthodes de travail les principes de loyauté qui ont fait la réputation universelle de sa Maison-Mère. Son succès auprès de la clientèle permet d'affirmer que ses efforts n'ont pas été vains. C.B.R. Maroc tient avant tout à être synonyme de qualité et de correction et, par ces seuls moyens, conserver au Maroc la position économique qu'elle a su y conquérir. C'est là tout son programme et c'est de tout cœur que nous souhaitons à la S.A.C.B-R. Maroc de le réaliser.

***
Mieux que tous commentaires, le graphique ci-dessous donnera une idée précise des résultats magnifiques acquis en trois ans au Maroc pair ce groupe puissant dont l'effort a contribué pour une large part à la prospérité d'ensemble de l'économie marocaine en offrant des produits de qualité à des prix favorables. Ces usines, actuellement au nombre de dix-sept, représentent ensemble une capacité de production supérieure à deux millions de tonnes annuelles et font de ce groupe l'un des plus puissants producteurs de liants en Europe.



C. B. R. au Maroc.





Dernière édition par Pierre AUBREE le Sam 15 Sep - 7:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: Le MAROC en 1932   Lun 4 Juin - 8:26

page 126


Une Pharmacie Moderne au Maroc
"La Pharmacie Conti"

A une ville moderne, il fallait une Pharmacie Moderne. Moderne dans toute l'acception du terme, la Pharmacie de M. Conti, pharmacien de 1ère classe de l'Université de Ferrare (Italie). Venu de Tunisie, après un cycle d'études sévères, M. Vezio Conti tint à créer au centre même de la capitale commerciale du Maroc une pharmacie capable de répondre immédiatement à une clientèle d'autant plus exigeante et prévenue, qu'elle suit pas à pas les derniers progrès de la Thérapeutique moderne.


M. Conti Vezio, propriétaire-directeur.

Par la puissance de ses moyens et la valeur de sa technique, M. Conti put réaliser et mettre au point une Pharmacie telle qu'il la concevait: sur ses données, un immeuble fut construit où tout fut sacrifié à l'installation parfaite d'une pharmacie idéale. Ce projet est maintenant Réalité. La Pharmacie Moderne-La Pharmacie Conti, qui ne la connaît pas ? Tout est là: lumière et clarté dans un décor de marbre noir veiné de blanc, rappel de l'Italie: de vastes baies encadrent de spacieuses vitrines qui accrochent l'œil souvent distrait du passant: il semble qu'on soit forcé de regarder. Un large hall nous accueille, remarquable par son style empire modernisé: cristal, marbres, vieilles boiseries reluisantes se complètent en un Tout parfait, très sobre de lignes. De somptueuses vitrines révèlent dans leurs verrières les spécialités récentes, les locaux classiques et de précieux flacons de parfums, irrésistibles appels à l'élégante et délicate clientèle féminine. C'est pour l'œil égayé tout un jeu de lumière et de chatoiement sous les deux grands panneaux de bronze: l'Alchimie et la Chimie protectrices de la pharmacie.


La Pharmacie Conti, boulevard de la Liberté, angle rue Ouled-Harriz.


Une partie du luxueux hall de la Pharmacie.


Un des laboratoires (service ordonnances).Photos Flandrin.

Les préparateurs, à la mise impeccable, en blouse blanche, nous reçoivent aimablement. Chacun de leur geste nous prouve leur précision, la facilité de leur recherche et la rapidité de leur exécution, fruits de la précision du classement méthodique, savamment ordonné; tout est simple, rapide, commode, pratique. Grâce à cet art inné de l'ordre, orgueil des pharmacies du tout dernier modèle.
Poussons nos investigations et passons aux laboratoire: nous admirons leur blancheur, leur rectitude de lignes où les multitudes de flacons, de bocaux d'une parfaite uniformité s'alignent, s'étagent dans un ordre savant, sous leurs capsules d'émeri, suprême protection contre l'éternelle humidité du climat casablancais. Tout est prêt de la main, aucun geste n'est pénible.
Nous retrouvons dans les sous-sols la marque distinctive de la Pharmacie Moderne: souci de classement, de clarté, de blancheur, d'aération, de confort et de préservation. On a pensé à la délicatesse de conservation de certains sérums, aux spécialités fragiles et cette pensée a été poussée jusqu'à la perfection.
La Pharmacie Moderne créée pour une ville moderne, centre vital d'un pays neuf, est l'œuvre d'un homme moderne qui a conquis du tout sa renommée car peu ignorent maintenant la belle pharmacie moderne où veillent les masques de bronze de deux grands antiques: Hippocrate et Gallien.



Dernière édition par Pierre AUBREE le Sam 15 Sep - 7:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: Le MAROC en 1932   Lun 4 Juin - 8:27

page 127


La Carrosserie Pinto


P. Pinto.

Cette Maison peut être classée parmi les plus anciennes carrosseries du Maroc. Dirigée par M. Pinto, avec toute la compétence qu'exige cette délicate spécialité, elle a su, de bonne heure, s'attirer la confiance entière de la clientèle casablancaise qui n'a jamais cesser de lui manifester ses marques de sympathie. M. Pinto est né en Italie en 1899, le 21 février. Il a d'abord travaillé comme ouvrier carrossier à Tunis, puis, en pleine possession de son métier, il vint s'installer au Maroc! en 1913, s'associant avec M. Comte, rue de Briey, à Casablanca.
Ses efforts ne tardèrent d'ailleurs pas à être remarqués et couronnés de succès, et la médaille d'argent de l'Exposition de 1915 lui fut très justement décernée par le jury appelé à départager les nombreux concurrents en présence. C'est en 1916 qu'il prit définitivement la direction de son Etablissement et qu'il en devint l'unique propriétaire. En 1927, il fut l'objet d'une nouvelle et magnifique récompense lors de la Semaine Agricole où il se vit classer hors contours devant les carrossiers les plus réputés de la ville de Casablanca.


Un car devant les Etablissements Pinto.


Une exposition, faite il y a quelques années, de travaux de carrosserie effectués par les Etablissements Pinto.

La Carrosserie Pinto exécute tous les travaux de carrosserie, qu'il s'agisse d'automobile, de charronnage, de garniture ou de peinture. Cette remarquable activité a valu à M. Pinto d'être remarqué par les Pouvoirs publics. Il est, en même temps, officier de l'Ouissam Alaouite et chevalier de la Couronne d'Italie.


___________________

Les Caves de l'Hérault


M. Baille, propriétaire des caves de l'Hérault,

Les Caves de l'Hérault sont une ancienne maison marocaine dont la création remonte à 1912. Cette firme est devenue l'une des plus importantes du Maroc, grâce à son souci du choix de ses vins. Les Caves de l'Hérault se sont surtout spécialisées dans la vente des vins marocains. Elles ont lancé, dans toute la Résidence et même pour l'exportation, le Saf-Saf qui est devenu, grâce à ses incomparables qualités le vin de prédilection des gourmets. Les Caves de l'Hérault, maison marocaine, se sont fait un devoir de vendre les meilleurs produits marocains.



Vue extérieure du chais et entrepôts.


Vue intérieure du chai.


Vue des caves.



Dernière édition par Pierre AUBREE le Sam 15 Sep - 7:46, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: Le MAROC en 1932   Lun 4 Juin - 8:28

page 128


MACHINES AGRICOLES R. WALLUT ET Cie


Vue extérieure des Etablissements de la Société Anonyme MACHINES AGRICOLES R. WALLUT ET C", à Casablanca.

Constituée au capital de 40.000.000 de francs, la Société anonyme "MACHINES AGRICOLES R. WALLUT ET Cie"a son siège social à Paris, 170 boulevard de la Villette. C'est en 1912 que fut établie la succursale de Casablanca et successivement les agences de Rabat, Kénitra, Meknès, Fès, Marrakech, Safi et Mazagan.
Des agents furent établis, en outre, dans tous les centres agricoles du Maroc: Petitjean, Mechra-bel-Ksiri, Ouezzan, Taza, Settat, Oued-Zem.


Agence de Rabat.


Les Magasins d'exposition et les bureaux de Casablanca.


Agence de Marrakech.


Agence de Meknès.


Agence de Fès.


Agence de Kénitra.

Et c'est ainsi que, grâce à une organisation complète le matériel agricole McCORMICK est répandu dans tout le Maroc et utilisé dans les fermes les plus importantes. Quant au camion « INTERNATIONAL », ses qualités de vitesse, puissance et longue durée en service en font un engin de tout premier plan dans les milieux industriels et agricoles.
L'effort que la Société anonyme « MACHINES AGRICOLES » R. WALLUT ET Cie » a fait au Maroc, depuis les premières heures du Protectorat, est trop important pour qu'il ne soit pas cité comme un exemple de la confiance que les esprits clairvoyants accordent au Maroc



Dernière édition par Pierre AUBREE le Sam 15 Sep - 8:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: Le MAROC en 1932   Lun 4 Juin - 8:29

page 129


Société LEGAL Frères et Cie - Bois de Construction - Scierie Mécanique


L'après-guerre, dans sa fièvre de reprise des affaires, a provoqué, surtout au Maroc, un développement incroyable de la construction. Si Casablanca a été longtemps considérée comme la « Ville champignon », parce que rapidement construite, elle le doit à deux facteurs principaux: aux hommes d'initiative et de réalisation qu'elle possédait dans ses murs et aux matières premières nécessaires pour accomplir les travaux. Il a fallu, en effet, que les architectes et entrepreneurs puissent trouver sur place les éléments indispensables à leurs projets- C'est pourquoi la Société Légal frères et Cie a acquis, dès sa création, une importance considérable. Les dirigeants de cette industrie avaient immédiatement compris ce qui allait se passer dans le domaine de la construction.
Avec un sens avisé des affaires, ils se sont outillés dès le début de leur installation pour pouvoir donner satisfaction aux demandes très importantes qui devaient leur être faites par le monde de l'entreprise.


Les entrepôts Légal et Cle, avenue Pasteur, Casablanca.


Les entrepôts Légal et Cle, avenue Pasteur, Casablanca.


Vue intérieure d'une partie des Ateliers.


Vue intérieure des Entrepôts de l'avenue Pasteur.Photos Cassuto.

Maison fondée en 1921, pour l'importation de bois de toutes essences, avec ateliers de façonnage et de transformation pour la fabrication des parquets, moulures, etc... et des travaux d'ébénisterie de grandes séries.
Une partie des machines de ces ateliers est mise en location, à la disposition de la clientèle. Cette firme qui, grâce à son activité et à son organisation, n'a pas cessé de prospérer depuis sa fondation, est aujourd'hui au capital de quatre millions de francs; elle compte parmi les plus importantes maisons de bois au Maroc. Les ateliers et chantiers de Mers-Sultan couvrent actuellement plus de 9.000 mètres carrés de superficie, et disposent d'un outillage très moderne.
La nécessité d'avoir constamment un stock répondant aux besoins de la clientèle l'a amené à installer au port même, avenue Pasteur, un deuxième chantier, dont les vues ci-contre donnent un aperçu. Ce chantier, d'une superficie de 10.000 m2, couverts, est relié directement à la voie de chemin de fer du port par un embranchement particulier, ce qui lui permet d'importer par bateaux complets, venant directement des centres d'exploitations forestières. Ces importations directes permettent de réduire au minimum les frais généraux et par là même d'obtenir les prix d'achat intéressants.
Nous ne donnerons aucun détail sur l'outillage et l'organisation du travail dans ces ateliers qui, au point de vue modernisme, n'ont rien à envier aux usines les plus réputées de la Métropole. Parmi le personnel important qu'occupé cette Maison, l'élément indigène, éduqué, y figure pour 75 %, c'est dire de quelle façon elle a su adapter son organisation aux ressources du pays. Cette utilisation de la main-d'œuvre locale est vivement appréciée des milieux indigènes.



Dernière édition par Pierre AUBREE le Dim 16 Sep - 6:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: Le MAROC en 1932   Lun 4 Juin - 8:30

page 130


La Compagnie Sucrière Marocaine
Société au Capital de 50.000.000 de francs.


Vue des bâtiments de la Compagnie Sucrière Marocaine, prise le 19 janvier 1932.


Groupe de cristallisoirs.


Groupe de centrifuges.


Salle des machines.

L'usine construite dans le quartier des Roches-Noires occupe une superficie d'environ 12 hectares, et les bâtiments une surface approximative de 14.000 mètres carrés. Cette usine a été dotée d'un matériel perfectionné très moderne, permettant une production parfaite. La capacité annuelle de production de cette Société sera de 30.000 tonnes de sucre raffiné.
La fabrication commencera courant 1932.



Dernière édition par Pierre AUBREE le Dim 16 Sep - 6:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: Le MAROC en 1932   Lun 4 Juin - 8:31

page 131


Société Anonyme Chérifienne Taourel Frères & Cie
3 Rue de l'Industrie, CASABLANCA.


Maison essentiellement Africaine, créée par le grand-père, feu J. Taourel, venu en Algérie pour la conquête et installé à Philippeville (département de Constantine) en 1852. Inventeur de l'Amer Africain, universellement connu et apprécié des consommateurs sous le nom d'Amer Taourel.

Filiales installées à Alger en 1871 (Distilleries à L’Agha et rampe Chasseloup-Laubat à Oran, en 1883, rue du Fondouk et rue de l'Industrie; à Paris, en 1890, Distillerie rue de Conflans, Charenton-le-Pont) et, enfin, au Maroc depuis 1912.
MM. Taourel frères ont institué leur exploitation commerciale en Société anonyme, au capital de 2.000.000 de francs depuis 1929. C'est donc sans conteste une des plus anciennes et des plus importantes maisons françaises installées en Afrique du Nord, spécialisées dans les liquides.
Importateurs directs de vins, alcools, spiritueux, rhum et tafia, il convient d'ajouter à ces spécialités la branche des anisettes, dont la fameuse marque d'anis « La Sévillana », lancée et répandue par eux, est devenue depuis leur propriété. Cette exquise anisette, si recherchée par les consommateurs, s'est tellement imposée que l'on peut estimer que la quantité livrée annuellement à la consommation au Maroc dépasse à elle seule la consommation de toutes les autres marques réunies.

Seuls rhumiers spécialisés dans le pays, MM. Taourel frères font, chaque année, d'importants achats directs tant aux Antilles françaises qu'aux Antilles américaines pour satisfaire au besoin de leur nombreuse clientèle, et la renommée des qualités livrés par eux au commerce s'est si bien affirmée qu'ils ont acquis la première place dans le négoce des rhums et tafias. A cet effet, et pour satisfaire à l'étendue de leurs ventes, ils détiennent un stock constant très important où la clientèle peut à loisir venir elle-même choisir le crû qu'elle désire.
La Société Taourel frères et Cie vend aussi toute une gamme complète de vins généreux de grand crû et des vins de liqueurs excellents français et étrangers, dont ils sont les uniques dépositaires spécialistes de marques connues :

CHAMPAGNE, ANJOU, TOURRAINE BORDEAUX, BOURGOGNE, ALSACE
PORTO, MADERE MALAGA, MOSCATEL, JEREZ MARSALA, MOSCATO, BARBERA, ASTI, etc...

Enfin, l'aménagement ultra-moderne des entrepôts et caves de la rue de l'Industrie et l'attrait qui en résulte a rendu indispensable la visite de ces derniers pour laquelle, le jeudi de chaque semaine, est réservé et où le personnel stylé et accueillant ne manque pas de se tenir à la disposition des visiteurs éventuels.



Salle de remplissage.


Cour de réception.


Magasin à Rhums. Photos Cassuto.




Dernière édition par Pierre AUBREE le Dim 16 Sep - 6:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: Le MAROC en 1932   Lun 4 Juin - 8:32

page 132


Société nouvelle des Grands Bazars Marocains


Cet établissement commercial de bazar, connu sous le nom de « Grands Bazars Marocains », situé à Casablanca, 182 boulevard de la Gare, est connu de tout le Maroc. Dans les villes importantes de l'Empire Chérifien se trouvent en effet des agences où les habitants de l'intérieur peuvent se fournir aux mêmes conditions que les habitants de Casablanca.
Fondés par M. Charles Sabalot, leur développement, tous les ans accentué, amena leur fondateur à élargir le chiffre des achats pour élargir celui des ventes. Et le 22 mars 1931 fut fondée la Société Nouvelle des Grands Bazars Marocains, au capital de 3.300.000 francs, succédant à l'ancienne société du même nom.
Le Conseil d'administration de cette Société comprend des personnalités trop connues pour qu'elles ne soient pas pour le public marocain la preuve la plus nette de la vitalité croissante des établissements qu'ils administrent.
Président : M. Marcel Chapon.
Vice-Président : M. Philipp Antoine.
Administrateurs : MM. Mas Antoine, Garenne Louis, Général Bertrand, Lazare Hazan, Delmas René, Taourel Louis.
Administrateur-Directeur : M. Sabalot Charles.

Depuis le 1er août 1932 les Grands Bazars Marocains sont affiliés à la Société anonyme des Magasins Réunis, 60 rue de Turenne, Paris. Les Magasins Réunis, dont les magasins situés place de la République et rue de Montparnasse, à Paris, sont connus de tous les Français qui ont visité Paris, fournissent de leurs marchandises les étalages des Grands Bazars Marocains: c'est ce qui explique que, surtout depuis plusieurs mois, la clientèle marocaine trouve, dans la Maison qu'elle appréciait déjà, le goût et les prix de Paris.



Vue extérieure des Grands Bazars Marocains.


Les Grands Bazars Marocains pendant la nuit.


Vue intérieure des magasins. Photos Cassuto.



Dernière édition par Pierre AUBREE le Dim 16 Sep - 6:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
 

Le MAROC en 1932

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10, 11, 12  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ce Maroc bien aimé :: La Bibliothèque :: Revues et Livres : -2- "MAROC Moderne" :: Le Maroc en 1932 ( suite )-