Ce Maroc bien aimé

Ce Maroc bien aimé

Mémoire de la présence Française au Maroc à l'époque du Protectorat
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 L'alimentation en eau potable ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: L'alimentation en eau potable ...   Mer 21 Jan - 10:28


Veuillez patienter le temps du téléchargement des fichiers photo

page de couverture





L'Alimentation en Eau Potable des villes de Casablanca et Magagan

Documentation de 24 pages concernant la Société "Degrémont", spécialisée dans le traitement des eaux au Maroc, éditée en 1955.

(proposé à la parution par Mr. Henri Fontbonne)




Dernière édition par Pierre AUBREE le Mer 28 Jan - 16:50, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: L'alimentation en eau potable ...   Jeu 22 Jan - 19:19

page 2

Planimétrie.





Traitement des Eaux Potables et Industrielles
AQUAZUR
AFRIQUE

Agence du Maroc : 41 rue de la Drôme, CASABLANCA.




Dernière édition par Pierre AUBREE le Dim 25 Jan - 10:06, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: L'alimentation en eau potable ...   Ven 23 Jan - 7:09

page 3


1.— Le   Patio.


DANS UN PAYS COMME LE MAROC OU LA PLUVIOSITÉ EST IRRÉGULIÈRE; ET LES CHUTES DE PLUIE SOUVENT INSUFFISANTES, L'ALIMENTATION EN EAU POTABLE DES CENTRES URBAINS POSE DE NOMBREUX PROBLÈMES. CEUX-CI SE COMPLIQUENT SINGULIÈREMENT QUAND LES BESOINS EN EAU DE LA POPULATION S'ACCROISSENT A UN RYTHME INHABITUEL, PAR SUITE D'UNE INDUSTRIALISATION POUSSÉE DU PAYS QUI VA DE PAIR AVEC UNE AUGMENTATION CONSIDÉRABLE DE LA POPULATION.
CASABLANCA FUT, CERTAINEMENT, LA CITÉ POUR LAQUELLE LA QUESTION SE POSA TRÈS TÔT AVEC LE PLUS D'ACUITÉ. ELLE A ÉTÉ RÉCEMMENT RÉSOLUE POUR DE LONGUES ANNÉES PAR LA RÉALISATION DE L'ADDUCTION DES EAUX DE L'OUM ER R'BIA, CONFIÉE A LA SOCIÉTÉ MAROCAINE DE DISTRIBUTION D'EAU, DE GAZ ET D'ÉLECTRICITÉ (S.M.D.) PAR LES SERVICES DU PROTECTORAT.
MAIS    D'AUTRES VILLES    ONT    EU    A    RÉSOUDRE,    A     LEUR    ÉCHELLE,     LE MÊME     PROBLÈME, SOIT      QUE      LES      RÉSERVES      UTILISÉES      JUSQU'ALORS FUSSENT   DEVENUES    INSUFFISANTES, SOIT    QUE    DE   NOUVEAUX    CENTRES    SE    SOIENT    CRÉÉS DE   TOUTES   PIÈCES,   AUXQUELS    IL   A FALLU    AMENER    L'EAU.
C'EST AINSI QUE LA S.M.D. A ÉTÉ AUSSI CHARGÉE D'ÉTUDIER ET DE RÉALISER UNE NOUVELLE ADDUCTION D'EAU POUR LA VILLE DE MAZAGAN.
LA S.M.D. A CONFIÉ, APRÈS CONCOURS, A DIFFÉRENTES ENTREPRISES SPÉCIALISÉES DANS LE DOMAINE DE L'HYDRAULIQUE ET DE L'ÉLECTRICITÉ, L'EXÉCUTION DE CES IMPORTANTS TRAVAUX.
LES ÉTABLISSEMENTS DEGREMONT, SPÉCIALISTES DU TRAITEMENT DES EAUX DEPUIS PLUS DE CINQUANTE ANS, ET LEUR FILIALE, LA SOCIÉTÉ AQUAZUR-AFRIQUE, SE SONT VU ATTRIBUER LA RÉALISATION DES INSTALLATIONS DE TRAITEMENT DES EAUX, AVANT LEUR ENVOI A CASABLANCA ET MAZAGAN.
LES STATIONS D'ÉPURATION QUI ONT ÉTÉ CONSTRUITES COMPTENT PARMI LES PLUS BELLES RÉALISATIONS MONDIALES DANS CE DOMAINE ET FONT HONNEUR A LA TECHNIQUE FRANÇAISE. ELLES S'INTÈGRENT DANS UN VASTE PROGRAMME DE TRAVAUX ARRÊTÉ PAR LES SERVICES DU PROTECTORAT, QUE LA SOCIÉTÉ MAROCAINE DE DISTRIBUTION A PU MENER A BIEN AU COURS DES DERNIÈRES ANNÉES ET QUI APPORTENT AINSI AUX POPULATIONS DESSERVIES TOUS LES BÉNÉFICES DE L'HYGIÈNE.


Dernière édition par Pierre AUBREE le Dim 25 Jan - 10:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: L'alimentation en eau potable ...   Ven 23 Jan - 7:10

page 4


2 — vue aérienne du chantier.
3 —  Les   Personnalités  officielles  au   cours de  l'inauguration   le  11   février 1953.

L'ALIMENTATION EN EAU POTABLE DE CASABLANCA



LES efforts faits avant  la guerre  pour alimenter la Ville de CASABLANCA s'avérèrent insuffisants en raison de l'accroisse ment extraordinaire de la population, celle-ci étant passée de 280.000 à plus de 700.000  habitants durant ces quinze dernières années.
Il devenait donc urgent de remédier à cette situation et d'apporter au  problème  une solution,  sinon définitive, du moins valable pour de longues années.
C'est dans cet esprit que  la  Direction des Travaux Publics chargea la S.M.D. d'établir un projet d'alimentation en eau de la Ville de CASABLANCA, à partir de l'Oum er R'bia. Après de nombreuses études, la S.M.D. retenait la solution suivante : le tracé prenant son origine à la tête morte d'Im Fout et permettant à l'eau d'arriver par gravité à CASABLANCA en franchissant l'Oum er R'bia sur le barrage-pont de Si Saïd Maachou et qui fut jugé le meilleur.
Toutefois, il fut décidé de réaliser ce projet en deux étapes en raison de l'importance des dépenses de premier établissement, dues à la longueur de ce tracé.
La première étape qui est maintenant complètement achevée consistait à pomper dans la retenue du barrage de Si Saïd Maachou (cote 30) un volume d'eau pouvant atteindre 100.000 m3/jour, à le refouler jusqu'à la cote 191, à l'épurer et à le conduire dans un bassin de compensation établi à la cote 150, d'où partirait une canalisation définitive d'amenée à CASABLANCA, cette canalisation étant prévue pour le débit final de 2.000 l/s, soit ores de 180 000 m3/j ou 65.000.000 de m3 par an.
Les travaux exécutés suivant la carte de la page 2 ne constituent donc qu'une première mais importante tranche du projet définitif.
Commencés en 1949 pour l'ensemble (mais pour une partie, ils n'ont commencé que fin 1950), ils furent activement menés puisque l'inauguration officielle (fig. 3) eut lieu le 11 Février 1953, la mise en service ayant été effectuée au cours de l'été 1952.


Dernière édition par Pierre AUBREE le Dim 25 Jan - 10:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: L'alimentation en eau potable ...   Ven 23 Jan - 7:12

page 5


4. — Vue  panoramique    montrant     la    situation  de   la   station    d'épuration par  rapport  à  l'Oued   Oum  er   R'bia.  (Vue   prise  pendant  les  travaux)
A  —   Barrage de Si  Saïd  Maachou  sur  l'Oued  Oum  er  R'bia.
B   —  Station de pompage (cote 32,5) à 2,300 km de la station d'épuration.
C —  Station  d'épuration  d'eau (cote 180,5) à 76 km  de Casablanca.
5. — L'Oued Oum  er R'bia. Au  premier plan   :  le canal de débourbage.

PROFIL EN LONG


Importance   des   travaux
Ces travaux comprennent (fig. 6)  :
— une prise en  rivière dans la  retenue du   barrage  de  Si   Saïd Maachou,
— une station de pompage refoulant l'eau  à la station  d'épuration à la cote 181,
— une conduite de refoulement de 1  mètre de diamètre et d'une longueur d'environ 2,320 km,
— UNE  STATION   D’ÉPURATION,
— une   conduite  de   raccordement   de   1   mètre  de   diamètre   et 5,350 km environ de longueur amenant l'eau traitée au bassin de compensation,
— un bassin de compensation,
— une conduite de 1,70 m et 1,40 m de diamètre allant du bassin de compensation  au   réservoir de  CASABLANCA  d'une  longueur de
67 km environ.

Nature des eaux à traiter
Avant de décrire la station d'épuration, il est bon de préciser les caractéristiques de l'eau à traiter dont la turbidité est extraordinaire-ment variable par suite des fortes crues de l'oued.
La teneur en matières en suspension oscille selon l'époque de l'année entre 3 et 10.000 gr par m3 d'eau. Ces matières solides sont surtout argileuses : 55% avec forte proportion de calcaire et de silice non combinés. Le pH de cette eau est assez constant : 7,9 à 8,3 ainsi que son degré hydrotimétrique total : 25 à 34. Quant à sa salinité, il est possible de dire que sa teneur en chlorures (sodium et magnésium) exprimée en mg/l est en moyenne de 350. Les matières organiques existant en quantité assez faible sont pour la plupart d'origine végétale et en grande partie insolubles.
Une station pilote permit pendant une année d'essayer au bord de l'oued tous les procédés de traitement connus, et l'exécution de la station d'épuration a été confiée, après concours, à la Société AQUAZUR AFRIQUE, filiale des Etablissements DEGREMONT. Son débit est de 1.000 l/s avec possibilité de pointe à 1.250 l; toutefois, l'étude a été conduite de telle sorte que l'extension à 2.000 l/s puisse se faire sans difficulté.
Cette station, située au point haut de la conduite de refoulement entre les cotes 181 et 176, permet l'application d'un traitement complet comportant :
— une floculation-décantation,
— une filtration et
— une stérilisation finale.



Dernière édition par Pierre AUBREE le Dim 25 Jan - 10:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: L'alimentation en eau potable ...   Ven 23 Jan - 7:13

page 6


7. — Schéma   général de fonctionnement    de la station  d'épuration  de  Si  Saïd  Maachou.

A   —Arrivée d'eau brute.
B   — Limnigraphe.
C   — Vasque de division    et   de   reprise   des   eaux brute et décantée.
D   — Décanteurs ACCELATOR.
E   — Batteries de filtres.
F    — Vasque de présentation d'eau traitée.
G   — Chambre de mise en charge.
H   — Départs d'eau traitée vers CASABLANCA.
I    — Bureau.
J     — Doseurs.
K   — Stérilisation      (chloromètres      et      ammoniamètres).
L   — Salle des réactifs.
M — Tanks à ammoniac.
N — Tanks à chlore.
O — Salle  des  pompes  et  surpresseurs  de  lavage.
P   — Tableau électrique.
R   — Salle des contacteurs.
S    — Bureau laboratoire.

8. — Vue aérienne de la station d'épuration.



Dernière édition par Pierre AUBREE le Dim 25 Jan - 10:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: L'alimentation en eau potable ...   Ven 23 Jan - 7:14

page 7


La station d'épuration



Décantation

La floculation et la décantation constituent une part importante du traitement, étant donné les caractéristiques très variables de l'eau brute à traiter (voir p. 5). Elles sont réalisées simultanément dans les quatre décanteurs dynamiques du type ACCELATOR (23,50 m de diamètre) dont les cuves cylindro-coniques enterrées ont été construites en béton armé (fig. III, p. 12).
Ultérieurement, leur nombre sera porté à six en vue d'obtenir un débit de 2.000 l/s.
Ces ACCELATOR sont groupés autour d'un ouvrage central de réception et de répartition d'eau brute. Un système de déversoirs permet de diviser exactement le débit total suivant le nombre de décanteurs en service. Cet ouvrage, combiné avec un organe de collecte de l'eau décantée, permet par simple comparaison oculaire de contrôler l'efficacité de la décantation»
Un dispositif de comptage par déversoir en mince paroi est installé sur l'arrivée d'eau brute à la station (fig. 9).
Le principe du décanteur ACCELATOR (fig. 11) est maintenant bien connu (voir notre notice " L'ACCELATOR " TG. 1203). Nous précisons toutefois que ce décanteur est le fruit d'études scientifiques très longues, effectuées par la Firme INFILCO de CHICAGO, maintenant transférée à TUCSON (U.S.A.). Cet appareil breveté, continuellement amélioré, a fait ses premières armes en France il y a quelques années. Depuis, plusieurs centaines d'installations ont été réalisées par notre Société et toutes ont été un succès éclatant. Le procédé ACCELATOR est donc venu révolutionner toutes les techniques anciennes, puisqu'il permet d'obtenir une clarification parfaite avec un rendement maximum.
En effet, le temps de rétention n'est que de deux heures dans les décanteurs de cette station d'épuration, bien que les résultats soient très supérieurs à ceux que l'on peut obtenir dans un décanteur statique ordinaire après quatre à cinq heures. L'eau décantée a une turbidité inférieure à 10 ppm.
Sur la figure 10 on peut voir le groupe moto-réducteur-variateur qui actionne la turbine. Les extractions périodiques de boues sont commandées par une minuterie réglable qui actionne les vannes à membranes à commande automatique, placées sur chaque concentrateur.


10. — Le groupe moto-réducteur-variateur actionnant la turbine du décanteur ACCELATOR.

11. — Coupe d'un décanteur ACCELATOR.



Dernière édition par Pierre AUBREE le Dim 25 Jan - 10:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: L'alimentation en eau potable ...   Ven 23 Jan - 7:16

page 8


Filtration

L'eau décantée est ensuite filtrée, mais étant donné ses excellentes qualités, le travail de filtration est considérablement réduit et les lavages nécessaires pour remettre en état la matière filtrante sont très espacés, ce qui se traduit par une économie d'eau et d'énergie électrique.
Ces filtres AQUAZUR de notre type T (fig. 18 et 19), décrits en détail aux pages 8 et 9 de notre notice " LES FILTRES AQUAZUR " TG. 1199, sont en gros constitués par une cuve en béton armé, d'une surface unitaire de 32 m2, comportant un plancher également en béton, garni de bagues dans lesquelles sont vissées des tuyères à fentes fines (fig. 13). Ces tuyères servent à la fois à la collecte de l'eau filtrée et au retour de l'air et de l'eau de lavage. Les planchers supportent une couche de quartz d'un mètre d'épaisseur dont la granulométrie très régulière est de 1 mm.
Au premier stade, le nombre de filtres installés est de 24 en 4 batteries de 6 (fig. 14). La surface totale de 840 m2 donne une vitesse de filtration voisine de 4 m. Ultérieurement, le nombre total des filtres sera porté à 48.

Automaticité

La remise en état des matières filtrantes étant une opération très importante pour assurer la régularité de la qualité de l'eau, il a été décidé de la réaliser automatiquement, le personnel d'exploitation n'ayant pas à intervenir sur les temps d'admission de l'air et de l'eau de lavage, ni sur leur débit; ces valeurs ont été soigneusement déterminées lors de la mise en service de la station.
Les filtres, lavables par retour d'eau et insufflation d'air, sont donc équipés de vannes automatiques à commande par piston hydraulique (fig. 12). La manoeuvre de ces vannes est contrôlée par un combinateur électrique placé dans une armoire (fig. 16). La seule opération manuelle laissée à l'initiative du   personnel   d'exploitation  est la mise en route du lavage qui s'effectue par la simple manœuvre d'un bouton-poussoir prévu   sur un pupitre (fig. 17)   placé  devant  chaque  filtre.   La galerie centrale comporte donc 24 pupitres de commande (fig. IV, p. 12),

12. — L'une des vannes automatiques à commande par piston hydraulique.

13. — Tuyère équipant le plancher du filtre et sa bague de scellement.

14. — Vue partielle d'une des 4 batteries de filtres AQUAZUR, dont une unité est en lavage.


Dernière édition par Pierre AUBREE le Mer 28 Jan - 6:41, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: L'alimentation en eau potable ...   Ven 23 Jan - 7:16

page 9


Régulation

La station d'épuration de Si Saïd Maachou fonctionne à des débits très variables suivant les besoins de la Ville de CASABLANCA.
Les filtres sont munis d'une régulation telle que la vitesse de flltration reste toujours au-dessous de la valeur maximum admise lors de l'étude et telle qu'aucun filtre ne se trouve isolé si le débit qui traverse la station vient à diminuer.
Une disposition souple, sans aucun mécanisme, permet d'équirépartir automatiquement l'eau entre le nombre de filtres en service.
La régulation et l'équirépartition par l'amont (voir p. 14 de notre notice TG. 1199) suivant schéma de la figure 19, utilisent des siphons partiaiisés Neyrpic-De-grémont-Breveté S.G.D.G. (fig. 15).
A la sortie des filtres, l'eau est d'une limpidité parfaite puisque sa turbidité est inférieure à 5 gouttes de mastic.

15.    —    L'un      des     siphons      partiaiisés Neyrpic-Degrémont    (Breveté     S.G.D.G.).

16.   —   Armoire    des     combinateurs     de commande automatique des opérations de lavage des filtres.

17. — L'un des pupitres de commande des filtres.

FILTRE  AQUAZUR TYPE  T  avec  régulation Neyrpic-Degrémont (Breveté S.G.D.G.)

18. — Façade.

19. — Coupe longitudinale.
A — Goulotte d'amenée d'eau à filtrer.
B — Clapet d'entrée d'eau.
C — Tranquillisateur.
D — Filtre.
E   — Matière filtrante.
F   — Plancher de filtre muni de tuyères vissées sur les bagues de scellement  noyées  dans  le  béton.
G — Galerie de manœuvre.
H — Pupitre de commande.
I    — Vanne  motorisée de sortie d'eau filtrée.
J    — Siphon régulateur Neyrpic-Degrémont (Breveté S.G.D.G.).
K — Boîte de partialisation Neyrpic-Degrémont (Breveté S.G.D.G.).
L  — Boîte d'amorçage du siphon.
M — Vasque d'eau filtrée.
N — Collecteur d'air surpressé.
O — Vanne motorisée d'air surpressé.
P  — Collecteur d'eau de lavage.
Q — Vanne motorisée d'eau de lavage.
R — Vidange.


Dernière édition par Pierre AUBREE le Dim 25 Jan - 9:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: L'alimentation en eau potable ...   Ven 23 Jan - 7:17

page 10


L'air surpressé de lavage est produit par 3 groupes électro-surpresseurs volumétriques du type, Roots (fig. 20) tandis que l'eau de lavage provient d'un château d'eau placé à la partie supérieure du bâtiment d'exploitation, alimenté par 3 groupes électro-pompes centrifuges (fig. 21).
Cette dernière disposition présente l'avantage de pouvoir réduire la puissance instantanée des pompes tout en réservant la possibilité d'utiliser, lors du rinçage, des débris d'eau très importants pouvant atteindre en fin d'opération 50 m3 par mètre carré et par heure.
Sur les figures 21 et 22, on voit le tableau générai de commande électrique, de protection et de contrôle des différentes machines nécessaires au lavage des filtres et à l'exploitation générale. Ce tableau reçoit le courant force transformé par le poste de 450 kVA, placé dans le sous-sol, l'usine étant alimentée directement en haute tension par les 2 lignes issues de la station de pompage.
Le bâtiment central comporte également les services administratifs, le laboratoire, le vestiaire du personnel et l'infirmerie ainsi que la vasque de présentation d'eau traitée (fig. 23).
Les lignes architecturales de l'ensemble de l'usine ont été étudiées pour que cette dernière ait un aspect moderne d'une grande sobriété, ainsi que le montrent les diverses photos illustrant cette brochure (voir notamment p. 11).

20. — Les 3 groupes électro-suppresseurs d'air de lavage.

21. —  Les  3  groupes  électro-pompes  d'eau  de  lavage  et  le  tableau  général  de commande   électrique,   de   protection   et   de   contrôle.

22.  — Vue  arrière  du   châssis   des  contacteurs  du   tableau   électrique.

23. — Vasque d'eau traitée.



Dernière édition par Pierre AUBREE le Dim 25 Jan - 9:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: L'alimentation en eau potable ...   Sam 24 Jan - 7:22

page 11


— Station d'épuration d'eau de l'Oued Oum er R'bia pour l'alimentation
en eau potable de la Ville de CASABLANCA - Maroc
Débit : 4.500 m3. h Société Marocaine de Distribution d'Eau.

—  Façade principale.


Dernière édition par Pierre AUBREE le Mer 28 Jan - 7:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: L'alimentation en eau potable ...   Sam 24 Jan - 7:24

page 12


— Station d'épuration d'eau de l'Oued Oum er R'bia pour l'alimentation en eau potable de la Ville de CASABLANCA - Maroc. Débit : 4.500 m3/h. Société Marocaine de Distribution d'Eau.

— L'un des 4 décanteurs ACCELATOR de 23,5 m.  de diamètre.

— Galerie de  manœuvre  des filtres avec  pupitres  de commande automatique.


Dernière édition par Pierre AUBREE le Mer 28 Jan - 7:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: L'alimentation en eau potable ...   Sam 24 Jan - 7:25

page 13


—Station d'épuration d'eau de l'Oued Oum er R'bia pour l'alimentation en eau potable de la Ville de MAZAGAN - Maroc
Débit : 400/800 m3, h Société Marocaine de Distribution d'Eau.

— Vue partielle de la salle des machines comportant les surpresseurs d'air, les pompes de lavage et de reprise et le tableau électrique général

— La batterie de 6 filtres AQUAZUR de 2,5 x 7,2 m. Au fond  :  le décanteur ACCELATOR de 15 m. de diamètre


Dernière édition par Pierre AUBREE le Mer 28 Jan - 7:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: L'alimentation en eau potable ...   Sam 24 Jan - 7:26

page 14


- Station d'épuration d'eau de i'Oued Oum er R'bia pour l'alimentation en eau potable de la Ville de MAZAGAN - Maroc
Débit : 400-800 m3/h. Société Marocaine de Distribution d'Eau.

- Vue générale de la station. Au fond : l'Oued Oum er R'bia.


Dernière édition par Pierre AUBREE le Mer 28 Jan - 7:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: L'alimentation en eau potable ...   Dim 25 Jan - 9:24

page 15



En traitement final, l'eau filtrée est simplement stérilisée, mais étant donné la grande longueur de la canalisation réunissant Si Saïd Maachou à CASABLANCA, il est indispensable que cette stérilisation soit efficace et protège également l'eau pendant son long parcours contre les pollutions éventuelles. C'est pourquoi le procédé à la chloramine a été retenu.
On injecte donc successivement dans l'eau filtrée de l'ammoniaque, puis de l'eau chlorée de façon qu'il se forme des chloramines dont le pouvoir bactéricide est intense mais qui, par suite de leur grande stabilité, restent présentes dans l'eau pendant une centaine d'heures. En outre, elles ont l'avantage d'être sans goût et sans odeur, ce qui permet avec des doses de chlore    importantes   de    réaliser    une    stérilisation    complète    qui, avec    le    chlore seul, donnerait un goût intolérable.
Une   distribution   d'eau   de   Javel   de  secours  est   prévue en cas de nécessité.

24. _ Tableaux de contrôle et de réglage des ammoniamètres et chloromètres, vus de la salle principale.

25. _ Vue arrière des chloromètres et ammoniamètres.

26. _ La cellule ventilée des tanks à chlore avec bascule et monorail électrique.
Une  cellule  identique  est  installé pour les tanks à  ammoniac.


Dernière édition par Pierre AUBREE le Mer 28 Jan - 7:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: L'alimentation en eau potable ...   Dim 25 Jan - 9:25

page 16



Distribution de réactifs

Etant donné l'éloignement de la station, le stockage des divers réactifs est très important; il correspond à plusieurs mois d'exploitation. Toutes les manipulations sont faites mécaniquement depuis les camions de livraison.
Les doseurs de réactifs sont groupés au premier étage.
Le sulfate d'alumine utilisé pour la floculation ainsi d'ailleurs que la chaux employée en période de crue, sont dosés à sec par les distributeurs à tiroir oscillant d'une grande précision, alimentés par une trémie individuelle munie d'un vibrateur (fig. 28). Ces trémies ont une capacité de stockage suffisante pour plusieurs jours de marche. Il a toutefois été prévu à titre de secours des doseurs (fig. 29) pour le sulfate d'alumine ou le sulfate ferrique en solution. Des réactifs auxiliaires, tels que charbon ou héxamétaphosphate utilisés pour éviter l'entartrage des conduites, sont dosés à sec ou sous forme liquide.
Tous les doseurs ont été étudiés pour être adaptés automatiquement au débit traversant la station et qui dépend du nombre de pompes mises en service à l'usine élévatoire. Le débit est en effet variable par tranche de 250 l/s, débit de chacune des pompes installées dans l'Oum er R'bia.
La commande des doseurs est faite par boutons-poussoirs par le chef de quart depuis le tableau général de l'usine (fig. 21, p. 10), sur lequel un dispositif lumineux répète les manœuvres effectuées à l'usine de pompage. Il n'y a donc pas à se rendre dans la salle des doseurs pour ajuster les débits.

27. — Tableaux de contrôle et de réglage des doseurs de réactifs a tiroir oscillant, vus de la salle principale.

28. — Les doseurs  de  réactifs   et leurs trémies  d'alimentation  avec vibrateurs.

29. — Bacs de répartition proportionnelle et automatique de réactifs en solution.


Dernière édition par Pierre AUBREE le Mer 28 Jan - 7:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: L'alimentation en eau potable ...   Dim 25 Jan - 9:26

page 17



L'ALIMENTATION EN EAU POTABLE MAZAGAN

La ville de MAZAGAN était alimentée en eau par des puits locaux d'un débit tout à fait insuffisant qui fournissaient, en outre, une eau calcaire de mauvaise qualité.
La Société Marocaine de Distribution (S.M.D.), chargée par l'Administration du Protectorat de réaliser une nouvelle adduction capable de satisfaire les besoins de la ville pour de longues années, a également confié aux Etablissements Emile DEGREMONT l'exécution de la station de traitement. Celle-ci reçoit l'eau de l'Oum el R'bia prélevée à 18 km de son embouchure par une station de pompage située, d'autre part, à 3 km de la station de traitement.
L'eau potable est envoyée dans un bassin de mise en charge d'où elle s'écoule vers MAZAGAN par une conduite en béton armé de 500 mm de diamètre et de 23 km de longueur.

La station d'épuration

Cette station (fig. VII p. 14), alimentée par les eaux de turbidité très variable de l'Oum er R'bia, (voir p. 5), comme celle de Si Saïd Maachou desservant la ville de CASABLANCA, fonctionne à l'automaticité près sur les mêmes principes, à savoir :
— une floculation-décantation,
— une filtration et
— une stérilisation.
Son débit n'est cependant que de 400 m3/h; toutefois, toutes les dispositions sont prises pour que celui-ci soit doublé rapidement, une partie des travaux étant déjà exécutée.

30. — Façade  principale de  la station d'épuration.

31. — Une vue d'ensemble de la station.


Dernière édition par Pierre AUBREE le Mer 28 Jan - 8:00, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: L'alimentation en eau potable ...   Dim 25 Jan - 9:27

page 18



32. — Schéma général de fonctionnement   de    la   station   d 'épuration.

A —Arrivée d'eau brute.
B  — Ouvrage de répartition d'eau brute.
C — Décanteur ACCELATOR.
D — Batterie de filtres.
E   —Vasque de présentation d'eau traitée.
F   — Citerne d'eau traitée.
G — Pompes de reprise d'eau traitée.
H — Refoulement d'eau traitée vers distribution.
I  — Pompes de lavage.
j  — Surpresseurs d'air de lavage.
K — Tanks à ammoniac.
L — Tanks à chlore.
M — Poste de stérilisation (chloramine).
N — Atelier.
O — Tableau électrique.
P  — Poste de transformation et sa Ile des contacteurs.
Q — Salle des doseurs de réactifs.
R — Bureau.
S — Laboratoire.



Dernière édition par Pierre AUBREE le Mer 28 Jan - 8:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: L'alimentation en eau potable ...   Dim 25 Jan - 10:10

page 19


Décantation

La floculation et la décantation sont réalisées dans un décanteur dynamique type ACCELATOR à goulottes radiales, construit en béton armé, du même type que ceux de la station alimentant CASABLANCA (voir p. 7), mais de 15 mètres de diamètre. La cuve toutefois n'est pas enterrée.
Un second appareil identique doit être installé ultérieurement lorsque le débit sera porté à 800 m3/h.

33 Le décanteur ACCELATOR de 15 m de diamètre

34. — Vue aérienne de la station d 'épuration.


Dernière édition par Pierre AUBREE le Mer 28 Jan - 16:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: L'alimentation en eau potable ...   Dim 25 Jan - 10:11

page 20



Filtration

L'eau décantée dont la turbidité est inférieure à 10 ppm est ensuite filtrée.
La station actuelle comporte une batterie de 6 filtres AQUAZUR type T (fig. VI, p. 13) de 2,50 x 7,20 m chacun. Ultérieurement une seconde batterie identique sera construite pour doubler le débit.
Le lavage des filtres se fait par retour d'eau avec insufflation d'air; toutefois, la commande des vannes, lors des opérations de lavage, se fait manuellement par les colonnettes de manœuvre groupées autour d'un petit pupitre (fig. 36) placé devant chaque filtre sur la galerie de commande (fig. 35). Chaque pupitre comporte un indicateur de colmatage et deux boîtes à boutons-poussoirs, l'une pour la commande à distance du groupe électro-surpresseur d'air de lavage et l'autre pour la commande à distance du groupe électro-pompe d'eau de lavage.
Le chef de quart peut donc surveiller l'encrassement de chaque filtre et procéder à son lavage en temps voulu, sans quitter la galerie de commande.

35. — Galerie de commande desservant  la première batterie de 6   filtres.

36.  —  Pupitre de commande pour le   lavage  d'un  filtre.

37. — Galerie des siphons située sous la galerie de commande. A droite : les siphons partialisés Neyrpic-Degrémont.

Régulation

Cette station d'épuration fonctionne à des débits très variables,suivant les besoins de la ville de MAZAGAN.
La régulation et l'équirépartition par l'amont sont réalisées par des siphons partialisés Neyrpic-Degrémont - Breveté S.G.D.G. - (voir p. 9), situés dans une galerie (fig. 37) sous la galerie de commande portant les colonnettes de manœuvre. Celle-ci est prête à recevoir l'équipement de la seconde batterie de filtres qui sera construite ultérieurement pour doubler le débit de la station.


Dernière édition par Pierre AUBREE le Mer 28 Jan - 16:27, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: L'alimentation en eau potable ...   Dim 25 Jan - 10:12


Veuillez patienter le temps du téléchargement des fichiers photo

page 21



Distribution de réactifs

Les doseurs de réactifs sont installés dans le bâtiment situé à l'extrémité de la galerie de commande des filtres.
Le sulfate d'alumine, ainsi que la chaux principalement utilisée en période de crue, sont distribués à sec par des doseurs à tiroir oscillant d'une grande précision, alimentés par une trémie munie d'un vibrateur (fig. 40). Les trémies ont une capacité de stockage pour plusieurs jours de marche.
Il a toutefois été prévu, à titre de secours, un dosage de solutions préparées dans des bacs en maçonnerie, convenablement protégés et munis d'agitateurs (fig. 38) et distribuées par des doseurs chronométriques D.R.C. (fig. 39). Ce dispositif de secours permet la distribution de solutions de sulfate ferrique sulfate ferreux, chlorure ferrique, sulfate d'alumine, etc...

Stérilisation

Pour terminer le traitement, l'eau filtrée est stérilisée à la chloramine, ce qui la protège pendant son long parcours jusqu'à MAZAGAN. Le principe de stérilisation est le même que celui décrit page 15.
Une distribution d'eau de javel est également prévue en secours.

38.   — Bacs   de   préparation   des réactifs   en   solution   avec   électro-agitateurs. A  gauche :   les  trémies  de   chargement   pour  les   réactifs pulvérulents, alimentant  les  doseurs  visibles  sur  la figure 40.

39. —  Bacs     distributeurs      avec    doseurs     chronométriques      pour   réactifs en   solution.   Ces    bacs   sont   alimentés   par   les   bacs   de    préparation situés   à   l'étage  au-dessus   et  visibles   sur   la  figure  38.

40. — Doseurs à tiroir    oscillant, avec   trémies   et   vibrateurs,    pour   réactifs pulvérulents.

41 .  — Armoire     triple,    type    encastré,      renfermant    les    distributeurs   de chlore   et   d'ammoniac.


Dernière édition par Pierre AUBREE le Mer 28 Jan - 16:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: L'alimentation en eau potable ...   Dim 25 Jan - 10:15

page 22



Le bâtiment principal compte les services administratifs, le laboratoire (fig. 44), la vasque de présentation d'eau traitée (fig. 45), ainsi que les groupes électro-surpresseurs d'air, les groupes électro-pompes centrifuges d'eau de lavage, les groupes électro-pompes de reprise d'eau traitée (fig. 42) et le tableau général (fig. 43 et fig. 1, p. 15) de commande électrique, de protection et de contrôle des différentes machines. Ce tableau est alimenté en basse tension par un transformateur placé à droite du bâtiment principal.
Les lignes architecturales de l'ensemble de l'usine d'épuration ont été étudiées pour que cette dernière ait un aspect moderne, mais sobre comme celle de Si Saïd Maachou.

42. —   La     salle   principale    des    machines.

43. — Le    tableau    général     de    commande   électrique,   de protection   et de contrôle.

44.   —     Le     laboratoire.

45.    —    La  vasque  d'eau   traitée.


Dernière édition par Pierre AUBREE le Mer 28 Jan - 16:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: L'alimentation en eau potable ...   Dim 25 Jan - 10:16

page 23


 

SOCIÉTÉ MAROCAINE DE DISTRIBUTION D'EAU DE GAZ ET D'ELECTRICITÉ


Dernière édition par Pierre AUBREE le Mer 28 Jan - 16:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: L'alimentation en eau potable ...   Dim 25 Jan - 10:18

page 24



- Façade    principale   de    la   station d'épuration   d'eau   de   CASABLANCA


TRAITEMENT DES EAUX :
POTABLES,  INDUSTRIELLES, TRAITEMENT DE PISCINES, RÉSIDUAIRES


Coagulation     -     Décantation     -     Filtration     -     Déferrisation    -   Adoucissement     -     Déminéralisation    -    Stérilisation    -     etc...

ETS ÉMILE DEGRÉMONT  

Société à  Responsabilité Limitée ou Capital de 200.000.000 de Francs
PLACE   DE   LA   PAIX    -    SURESNES
183,    ROUTE    DE    SAINT-CLOUD,     183    •    RUEIL-MALMAISON
BOITE   POSTALE   :    46    SURESNES
Télég   • Aquazur-Suresnes — Tél. : MALmaison 29-27à3l FRANCE



*******************************************

Fin de la brochure éditée par la Société DEGREMONT

Traitement des Eaux

CASABLANCA

************************************


Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'alimentation en eau potable ...   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'alimentation en eau potable ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ce Maroc bien aimé :: BIBLIOTHÈQUE :: Revues et Livres : -2- "MAROC Moderne" :: L'alimentation en eau potable des villes de Casablanca et Mazagan.-
Sauter vers: