Ce Maroc bien aimé

Ce Maroc bien aimé

Mémoire de la présence Française au Maroc à l'époque du Protectorat
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 TOURISME

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: TOURISME   Ven 6 Avr - 18:57

page 74


AGADIR


La douceur incomparable du climat d'AGADIR, l'originalité de sa baie, l'attrait pittoresque de son site vouent cette ville du Sud à un avenir touristique certain. Elle représente en outre un centre d'estivage unique pour les habitants de l'intérieur,
La Société Immobilière du Sud Marocain a entrepris la construction d'un vaste hôtel qui répondra à ces deux buts dans les meilleures conditions de confort.
Un autre hôtel du même style est édifié à Safi complétant avec celui de Taraudant dans l'ex trême-Sud, sur le passage des prochains grands circuits un réseau hôtelier bien fait pour attirer et retenir les touristes.
(Reproduction photographique Demeure. Architecte :M. Boyer. Cliché de la Revue d'Architecture marocaine « Bâtir »).



Dernière édition par Pierre AUBREE le Mar 20 Jan - 9:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: TOURISME   Ven 6 Avr - 18:59

page 75



- En haut : L'Hotel "Marahba" à Taroudant, édifié pae la Cie Paquet.
- Au milieu : Les trois hôtels Transatlantiques à Marrakech, Fès et Meknès.
- En bas : Quelques vues intérieures.


Les Grands Hotels Luxueux du Maroc




Dernière édition par Pierre AUBREE le Mar 20 Jan - 9:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: TOURISME   Ven 6 Avr - 19:01

page 76


MAZAGAN


L'attrait de Mazagan s'exerce non seulement par son aménagement urbain, son parc incomparable et ses jardins qui en font une des plus coquettes cités marocaines, mais encore par sa plage unique au Maroc dont la beauté et la sécurité absolue s'imposent à tous : elle est, sans conteste, la plus fréquentée du Maroc. C'est le rendez-vous de tous les estiveurs, heureux de venir demander à la brise rafraichissante de l'Océan un adoucissement aux chaleurs de l'été,
De nombreuses réunions sportives de tout ordre procurent quel. ques agréments aux baigneurs et aux nombreux visiteurs qui ont appris le chemin de Mazagan.
Chaque année un programme de fêtes est établi et les manifestations les plus réussies se déroulent au cours de la saison estivale. Ces fêtes, organisées à la fois par les groupements mazaganais et par le Syndicat d'Initiative sont des plus fréquentées.
Tout le long de la plage se groupent des chalets aux mille couleurs, 'soignés 'et bien entretenus, pour recevoir les estive urs et le spectacle qu'offre les tentes-abris installées pendant la saison, rappelle, en tous points, les sites balnéaires renommés de la Métropole.
On a construit au bord de la mer de coquettes cabines' de bain pour faciliter aux baigneurs leur plaisir favori.
D'autres projets sont en train de s'élaborer. Devant l'effort persévérant des Mazaganais pour faire de leur ville un centre d'attraction estivale, le Protectorat a tenu à apporter son aide efficace au développement de notre Station.
M. le Résident Général a décidé définitivement la création de Mazagan station balnéaire et sa reconnaissance officielle.
Des crédits importants sont affectés par le Gouvernement à l'acquisition de terrains en bordure de la plage. Un dahir a consacré officiellement l'expropriation de ces terrains.
Un plan d'aménagement a été dressé par M. Zaborski, ingénieur paysagiste du Protectorat et comprend des embell.ssements tout à fait remarquables avec parc, terrain de sports, hôtels, etc ...
Cette réalisation qui demandera quelque temps, transformera complètement l'aspect de notre plage et c'est alors que Mazagan méritera vraiment l'appellation de « Deauville Marocain », suivant la propre expression du Maréchal Lyautey qui, le premier, avait été séduit par le charme prenant de notre coquette cité.
J. SAUTRIOT, Secrétaire du Syndicat d'Initiative de Mazagan.


Dernière édition par Pierre AUBREE le Mar 20 Jan - 9:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: TOURISME   Ven 6 Avr - 19:03

page 77


- En haut : Le Casino au milieu de son parterre de fleurs.
- Au milieu : villa de plaisance - au premier plan - et l'Hotel MIRAMAR.
- En bas : quelques vues intérieures de l'hôtel.

FEDALA : Reine des plages du MAROC.




Dernière édition par Pierre AUBREE le Mar 20 Jan - 9:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: TOURISME   Ven 6 Avr - 19:05

page 78


LA PLAGE DE MEHEDYA


LES bords de la mer, avec leurs plaisirs variés et sains, ont de tous temps et en tous lieux, appelé à eux en été les foules avides d'air pur et de mouvement. Un peu partout, dans le monde, des plages, dont presque toujours les débuts furent modestes, ont acquis, une célébrité qui leur amène, avec une clientèle nombreuse, une fortune qui se répartit sur la région tout entière.
Ces heureux sites d'estivage ont dû le plus souvent leur prospérité, non seulement à leur situation ou leurs avantages, mais aussi aux animateurs qui les ont découverts et lancés.
Ne trouvons-nous pas, près de nous la preuve de ce que peut une action persévérante et énergique, de personnes s'attelant à une tâche avec la ferme volonté de la mener à bien. Durant des années la plage de Méhedya, si près de Rabat, qu'elle en est presque une banlieue, est restée abandonnée malgré toute sa beauté et tout son charme.
En 1924, on tente de l'organiser, mais il faut arriver en 1930, pour assister à un départ sérieux : vingt-sept chalets, certains sommaires encore sont construits et les Femmes de France installent leur colonie de vacances, dont on connaît l'action bienfaisante. L'année suivante, quarante-deux chalets nouveaux sont édifiés.
Ce qui prouve que l'œuvre a conquis définitivement sa place au soleil, c'est que les installations ne croissent pas seulement en nombre, mais en qualité ; aux constructions en bois, on substitue de bonnes et solides villas en maçonnerie ; le désir de faire vite, a fait place à la volonté de faire bien et il faut reconnaître que certains propriétaires  et ils sont encore assez nombreux ont réalisé les installations aussi élégantes qu'originales. La Société des Locataires de la Plage de Méhedya, a obtenu la concession d'une partie des dunes près de la plage, les a divisées en lots, et ceux-ci ont été vendus à des prix variant avec les emplacements, mais toujours sur des bases qui permettent à tout le monde de devenir propriétaire .
Les fonds provenant de ces ventes servent uniquement à aménager la plage et ses abords. Les travaux considérables, de voirie, d'adduction d'eau, de plantation, de construction d'un Casino provisoire, représentant plusieurs centaines de mille francs, ont été réalisés avec ces ressources.
Certes, les résultats acquis pour si encourageants qu'ils soient doivent être continués, il faut que cette cité estivale, qui se dessine avec tant de grâce et de bonheur se développe. Il y a du travail pour tout le monde, pour les anciens qui amélioreront l'esthétique de leurs installations ; pour les nouveaux venus qui npporteront l'originalité de leurs conceptions, pour les dirigeants de l'Union des Sociétaires de la Plage de Méhedya auxquels incombe la charge d'assurer tous les services publics d'une ville, avec des ressources qui ne sont pas toujours en rapport avec l'exigence des besoins auxquels ils ont à faire face.
Ce triple effort sera réalisé, parce que le succès est contagieux et que devant la magnifique réussite de l'œuvre entreprise, les initiatives se révèlent chaque jour plus nombreuses et plus hardies. Actuellement soixante-douze nouveaux lots ont été vendus et dans quelques mois une cinquantaine de villas viendront s'ajouter à celles qui existent et apporteront leur contribution à la prospérité de cette belle station estivale.
Si cette œuvre magnifique est le résultat de l'effort d'une colleetivité, le mérite en revient à l'actif et intelligent réalisateur qu'est M. P.L. Gautier, l'Administrateur-Délégué de la Société qui secondé du dévouement de son collaborateur M. Boniface. Un Comité plein d'initiative et de clairvoyance, qui a suivi le promoteur dans ses conceptions, mérite également d'être à l'honneur.
Il est désirable que Méhédya soit mieux connue, non seulement parce qu'elle offre aux habitants de l'intérieur, le moyen de passer à peu de frais et très confortablement leur saison d'été au borrl de la mer, mais encore parce qu'elle constitue un magnifique exemple de ce qu'on peut réaliser avec de l'entente et de la bonne volonté, même sans grandes ressources.


Dernière édition par Pierre AUBREE le Mar 20 Jan - 9:27, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: TOURISME   Ven 6 Avr - 19:08


Veuillez patienter le temps du chargement des fichiers photos

page 79


- Vue générale de Tanger prise du toit d'un réservoir.
- Arrivée du Pipe-Line au Tank.
- Vue générale de l'installation Shell à Tanger.

Tanger, Port de Ravitaillement



On s'est de tout temps intéressé à Tanger comme centre de tourisme et station -climatique ; aujourd'hui,  grâce à I'initiative du puissant groupe Shell, Tanger devient un port de ravitaillement des bateaux en combustibles liquides.
L'avenir de Tanger a-t-on dit avec raison est dans son port. Néanmoins, les avantages de sa situation unique et de son
port dont la construction, tout permet de le croire, sera terminée en 1933, ne pouvaient suffire à lui assurer l'affluence des grandes unités modernes ; à une époque où le combustible liquide a remplacé presque complètement le charbon comme propulsion des navîres, ceux-ci sont tenus de donner leur préférence aux ports leur offrant la facilité d'un approvisionnement rapide et sûr.
Dépourvue des moyens de l'assurer, Tanger risquait de rester en marge des grands itinéraires maritimes ; la Shell, dont les installations de ce genre se trouvent à la croisée de toutes les routes de navigation du monde, a voulu combler cette lacune en dotant Tanger d'une installation répondant aux derniers progrès de la technique.
Bâtie sur les terre-pleins du port, l'installation reflète dans l'eau calme de la baie la silhouette puissante de ses bâtiments et des réservoirs immenses, et contribue à donner à Tanger une allure de cité industrielle.
Tout en complétant les facilités données par Je port, l'installation représente un progrès remarquable darrs la réception et la livraison des carburants à Tanger et son hinterland.
En effet, il y a peu de temps encore, l'essence, le pétrole, le mazout, n'étaient reçus que logés en fûts. C'est un procédé primitif et lent, n'offrant pas toutes les .../...


Dernière édition par Pierre AUBREE le Mer 21 Jan - 6:31, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: TOURISME   Ven 6 Avr - 19:09

page 80


-Le vapeur « Zweena » accosté au quai de l'installation.
- Clarification des liquides en fûts.



.../... garanties désirables en ce qui concerne la propreté du liquide; on ne peut I'adrnettre que lorsque le trafic, trop restreint, ne justifie pas l'adoption des méthodes plus modernes. Au début, la Shell a dû s'en tenir là ; mais la supériorité bien connue de ses produits a fini pas s'imposer définitivernent sur le marché tangérois ; sans cesse grandissante, la clientèle lui posait le problème de faire mieux et plus vite.
Ce but a été atteint par l 'installation, dont la première pierre fut posée en août 1931; l'inauguration a eu lieu le 10 février, de I'année suivante. Elle permet, depuis, de recevoir et de livrer en vrac les combustibles liquides.
Les navires citernes apportent dam leurs tanks les différents produits qu'ils refoulent au moyen de pompes puissantes, dans les réservoirs de l'installation. Ils peuvent ainsi décharger en quatre heures plus de liquide que ne déchargerait en trois jours un bateau apportant du carburants en fûts. Cette comparaison suffit à donner une idée de la supériorité du système.
D'une blancheur éblouissante, les énormes réservoirs constituent de loin une masse imposante, Des escaliers en acier, semblables à ceux des navires permettent l'accès des toits, du haut desquels un panorama splendide se déploie sous !es yeux du visiteur. La vue s'étend à l'infni sur la mer, sur la ville, sur le détroit; l'atmosphère, lumineuse et limpide, permet d'apercevoir avec netteté Sur les côtes d'Espagne, les maisons de Tarifa ; au fond, Gibraltar dresse sa silhouette farouche.
Un quai d'accostage a été construit spécialement pour l'installation et relié aux réservoirs par un double pipe-line, long de 1.500 mètres, qui longe la grande jetée.
L'accès du quai est permis non seulement aux pétroliers de la Compagnie, mais à tous les navires dont le tirant d'eau ne dépasse 7 mètres. Avant peu de temps les bateaux-courriers desservant Tanger débarqueront leurs passagers à quai. La Shell aura ainsi contribué à la réalisation d'un vœu longtemps exprimé par tous les milieux tangérois, réalisation dont il est inutile de souligner la portée par les avantages de tous ordres qu'elle comporte.
Pour des raisons de sécurité le règlement interdit l'entrée dans l'Installation, de toute personne étrangère au service. Peut-être pour ce motif, le public a une tendance à, imaginer des jets d'essence jaillissant un peu partout dans les entrepôts, ou, mieux encore, un vrai fleuve d'essence coulant à travers l'enceinte. Il n'en est rien : par un dédale de tuyauteries et de vanne la station de pompage ex trait le liquide des réservoirs et le dirige vers les différents services de l'Installation. Les appareils automatiques remplissent sans arrêt des bidons et des fûts de toutes contenances ; au poste de chargement des camions-citernes, les lourds véhicules arrivent et repartent sans cesse, complétant leur charge en quelques minutes. Au milieu de ce mouvement fébrile, le liquide reste constamment invisible ; pas une goutte d'essence n'est manipulée à l'air libre. Cette méthode constitue l'une des précautions les plus efficaces contre le feu ; d'autres mesures préventives extrêmement minutieuses tendent à écarter toute possibilité de danger. L'impression d'une sécurité absolue se dégage de cette organisation.  
Disposée entre les réservoirs et les appareils emplisseurs, une série de filtres retient au passage les moindres impuretés que pourrait contenir le liquide; le consommateur est ainsi assuré de recevoir un carburant de propreté unique, dont les qualités d'origine ont été encore relevées.
La propreté des emballages est assurée aussi soigneusement que celle du contenu, par des machines qui lavent intérieurement et extérieurement depuis le petit bidon de 5 litres jusqu'au fût de 4 hl.
Un grand magasin de stockage, des ateliers, des bureaux, complètent l'installation, réalisation magnifique de l'audace intelligente.
Précisément à l'heure où les difficultés d'ordre économique et financier prennent place dans le monde entier, la Shell n'a pas hésité à faire à Tanger un placement de capitaux très importants, preuve de sa confiance dans les destinées de ce port. Un devoir d'intérêt général commande de soutenir et d'encourager l'œuvre pour qu'elle soit féconde en résultats, stimulant d'autres initiatives qui, aussi heureuses, achemineront Tanger vers sa prospérité définitive.
PIPE-LINE


Dernière édition par Pierre AUBREE le Mar 20 Jan - 9:32, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: TOURISME   Ven 6 Avr - 19:11

page 81


- Petitjean : Viaduc de Sidi-Slimane.

L'èlectrification du Chemin
de Fer de Tanger à Fez entre Petitjean et Fez


Au moment où la Compagnie du Chemin de Fer de Tanger à Fez entreprend l'électrification d'une partie de son réseau, il peut, pensons-nous, paraître intéressant d'examiner succinctement les raisons qui ont déterminé cette transformation, quels avantages il est permis d'en attendre, et de jeter un coup d'œil sur les instaUations nouvelles qu'elle comporte.
Cette mesure a été prise, d'une part dans l'intérêt général du Maroc, pour permettre l'établissement d'une ligne à haute tension susceptible de fournir le coura!1t électrique dans toute la région située entre Kénitra et Fez, et d'autre part dans le but d'améliorer l'exploitation du Chemin de Fer, la traction électrique présentant sur la traction à vapeur de multiples avantages, tels que : augmentation de la puissance des locomotives et de leur rendement particulièrement sur les lignes accidentées, comme celle de Petitjean à Meknès, entretien moins onéreux, meilleure utilisation du personnel, etc ..
Signalons à titre d'indication que, grâce au nouveau mode de traction et au renforcement de la voie par la substitution d'un rail plus lourd au rail actuel, la durée du parcours Petitjean-Fez, pourra être notablement diminuée.
Le système d'électrification qui a été adopté par le Tanger-Fez est le même que celui de la Compagnie des Chemins de Fer du Maroc.
Les installations comportent trois sousstations électriques établies respectivement à Petitjean, Meknès et Fez, et dont le rôle est de transformer en courant continu à 3.000 volts le courant alternatif à 5.500 volts fourni par la Société « L'Energie Electrique du Maroc », et une ligne appelée « caténaire », montée sur pylônes métalliques, qui sert à amener le courant aux locomotives.
La caractéristique des sous-stations est d'être absolument automatique.
Alors que dans les installations similaires manœuvrées à la main, il est nécessaire d;avoir un personnel qui est chargé:
- de surveiller les conditions de marche du réseau, et notamment de sa tension ;
- de remédier à une perturbation, par exemple, en mettant en service une machine de plus, lorsque la demande de courant dépasse la capacité de celles qui sont déjà en marche;
- de veiller enfin au bon état du matériel.
Dans une sous-station automatique toutes ces opératons sont accomplies par un ensemble d'organes électro-mécaniques qu'on désigne sous le nom de « relais », qui constituent un véritable « automate ».
Cet autornae possède à la fois des sens qui lui permettent de surveiller le fonctionnement du réseau, un cerveau pour interpréter les sensations reçues, enfin des bras pour agir lorsqu'il est nécessaire.
Examinons ce qui se passera par exemple lorsqu'un train, consommant du courant fourni par la sous-station de Petitjean s'éloignera de cette gare et se rapprochera de Meknès dont la sous-station est au repos. A une certaine distance de Petitjean, le courant deviendra insuffisant et il sera nécessaire de mettre en route une des machines de la sous-station de Meknès.
Un relai dit « sensoriel », de cette sous- station enregistrera une baisse de tension sur la ligne et déclenchera un second relai appelé « sélectif» chargé de s'assurer que cette baisse de tension n'est pas accidentelle, c'est-à-dire qu'elle se maintient pendant un certain temps, une minute par exemple.
C'est, en somme, le cerveau de I'automate, qui - si l'on peut dire - attend le contre-ordre. Si celui-ci ne se produit pas,
le relai sélectif met en action le rel ai d'exécution qui, fonctionnant aussitôt, manœuvre l'interrupteur mettant en marche un des groupes de la Sous-Station, qui, à la suite d'interventions d'autres relais, se branche sur le réseau et débite le courant demandé.
Les relais de sécurité qui sont actionnés pour un échauffement de coussinets, la prolongation anormale d'une mise en vitesse, etc ... ne se trouvent intercalés dans les circuits des relais précédents, et en cas d'avarie d'une machine, s'opposent à sa mise ou son maintien en service.
Malgré sa complexité, l'ensemble de ces dispositifs est très robuste et permet un fonctionnement beaucoup plus sûr du réseau que l'intervention du personnel d'une sous-station non-automatique.
La traction des trains sera assurée par des locomotives à 2 boggies, d'une puissanCe de 1.000 CV en régime continu et de 1.340 CV en régime unihoraire, possédant 4 moteurs à 1.500 V. en deux groupes de 2.
Notons encore l'application du système dit de « freinage par récupération », dans les fortes descentes, telles que celle de Meknès à Petitjean, les moteurs électriques, par une modification des connexions, seront entraînés par le mouvement du train, et fonctionneront comme des génératrices de courant. Autrement dit, le train, - au lieu de consommer de l'électricité, - en renverra à la ligne, c'est-à-dire à la sous-station, et de là à la Centrale.
La Compagnie du Tanger-Fez prévoit que, sauf contretemps dans les travaux, les trains électriques circuleront entre Meknès et Petitjean avant la fin de 1932 et entre Meknès et Fez au cours de l'été 1933.


Dernière édition par Pierre AUBREE le Mar 20 Jan - 9:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: TOURISME   Ven 6 Avr - 19:21

page 82


UNE BELLE RÉALISATION DE L'URBANISME A FES


QUAND le Maréchal Lyautey reviendra prochainement-souhaitons-le - voir son Maroc, peu de choses l'étonneront.
Casablanca se développe. Le port s'agrandit, la Ville s'étend, il avait décidé le port, pressenti l'essor de la cité.
Rabat s'achève ; les avenues qu'il avait tracées se sont bordées d'immeubles, les arbres qu'il a planté ont grandi. Il retrouvera là son rêve favori réalisé.
A Fès par contre, le Maréchal aura la surprise de voir achevée une œuvre d'urbanisme qu'il inspira, mais ne put réaliser.
Quand d'un geste il montra de la place Galliéni, la Ville indigène, l'avenue de France était virtuellement tracée; elle fut immédiatement mise en chantier.
Le projet d'ensemble, primé, établi par M. Marius Boyer, architecte à Casablanca, que nous reproduisons ci-contre, montre I'avenue de France mesurant soixante-dix mètres de large et se développant sur huit cents mètres entre la place Galliéni et la place Gambetta.
Cette avenue a été étudiée essentiellement comme artère de plaisance. Le centre comporte un canal à cascade lumineuse bordé de pergolas légères.
Les trottoirs comportent deux lignes de pelouse. Au centre de l'avenue se trouve la place Lyautey. Tout son pourtout a été prévu entouré de larges pergolas fleuries.
Cette place est aujourd'hui bordée de bâtiments importants: immeuble de la Banque d'Etat, immeuble de rapport des Sociétésd'Assurances L'Urbaine.
M. Marius Boyer, l'architecte de cette immeuble a réalisé avec ce groupe de bâtiments la synthèse de toutes ses constructions marocaines qui allient la hardiesse, la beauté des lignes et le confort le plus raffiné.
L'immeuble de huit étages achevés au deux tiers comprendra cent vingt appartements de 3 et 4 pièces, vingt bureaux, 1.200 mètres carrés de magasins complèteront cette superficie.
L'immeuble est à cours extérieures ; pas de cours intérieures qui dans les immeubles très élevés sont de véritables puits, humides, froids et obscurs, nid à microbes que se renvoient les locataires d'étages en étages. Tous les appartements sont donc en façade sur la rue.
Chauffage central et alimentation en eau chaude de tous les appartements. Réfrigération des appartements par air froid. Tout à l'égout des ordures ménagères, ascenseurs et monte-charges, courant ménager et frigidaire dans chaque appartement, isolation absolue de tous les appartements. Enfin vingt buanderies avec penderies et séchoirs, au huitième étage pour les locataires.
Les escaliers circulaires éclairés par des fenêtres claustrales du bas jusqu'au faîte sont de véritables merveilles de technique.
Dans les sous-sols ont été logés l'usine de chauffage, l'usine frigorifique et l'usine électrique, garage pour automobile de cinquante boxes, et un garage pour les bicyclettes et voitures d'enfants.
Nos photographies montrent divers aspects de ce magnifique monument qui fait honneur à son architecte et aux Sociétés d'Assurances L'Urbaine.


Dernière édition par Pierre AUBREE le Mar 20 Jan - 9:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: TOURISME   Ven 6 Avr - 19:22

page 83


- Projet d'ensemble des places Lyautey, Gambetta, Gallieni et de avenue de France.
- Ville de Fès : place Gambetta.
- Propriété des Compagnies d'Assurances l'URBAINE.
- Ville de Fès : place Gallieni. (Clichés de la revue d'architecture Bâtir)



Dernière édition par Pierre AUBREE le Mar 20 Jan - 9:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: TOURISME   Ven 6 Avr - 19:24

page 84


- Vue générale de l'installation aux Roches-Noires.
- Groupe de turbines centrifuges à sucre.
- Salle des machines.

COMPAGNIE SUCRIÈRE MAROCAINE


La Compagnie Sucrière Marocaine a été constituée en 1929 par:
La Société des Raffineries de Saint-Louis, à Marseille ;
La Compagnie Marocaine;
La Banque de l'Union Parisienne ;
L'Union Européenne Industrielle et Financière  
La Société dè la Raffinerie A. Sommmier
La Société de la Raffinerie Lebaudy-Frères
et MM. Béghin Frères, Raffineurs.
Au capital de 50.000.000 de francs.
Son objet était de créer au Maroc une industrie nouvelle dont l'établissement est justifié par l'importance de la consommation locale de sucre qui dépasse annuellement 120.000 tonnes.
En attendant la production du sucre brut provenant de la betterave à sucre dont la culture est désirable au Maroc, mais que les conditions économiques actuelles rendent impossible, la Société a construit une raffinerie qui s'alimentera avec des sucres bruts de canne provenant principalement des Antilles (Cuba, Saint-Domingue) de Java, du Pérou, etc.
La Raffinerie, dont la mise en marche a commencé dès le début du mois de mai 1932, se trouve dans le quartier industriel des Roches-Noires à Casablanca où la Société est propriétaire d'un terrain dont la superficie est de douze hectares environ.
L'établissement de cette importante usine a exigé des travaux considérables pour son raccordement par chemin de fer à voie normale à la Compagnie des Chemins de Fer du Maroc, pour la construction de routes d'accès, d'une ligne de transport de courant de l'énergie électrique, d'un égout collecteur qui recueillera les eaux résiduelles provenant de la fabrication.
En ce qui concerne la construction de l'Usine elle-même, qui comporte plusieurs bâtiments ayant une surface couverte de 13.000 m2 environ et dont quelques-uns sont à plusieurs étages, les travaux de fondation réalisés dans le rocher ont été particulièrement difficiles. L'érection des charpentes qui constituent l'ossature des bâtiments, et dont le poids global dépasse 3.000 tonnes, ainsi que la mise en place de nombreuse machines ont été obtenues grâce aux moyens puissants mis en œuvre .
Enfin, le montage des tuyauteries et des canalisations électrique3 qui ont un développement considérable a aussi demandé de nombreux efforts de la part des ingénieurs et des ouvriers qui en étaient chargés.
Les essais de misa en route, actuellement terminés ont permis dès le début de mai, la fabrication du sucre. La matière première destinée au raffinage est à pied d'œuvre. Elle est constituée par un lot de 3.500 tonnes dô sucre brut de canne provenant de la République dominicaine.


Dernière édition par Pierre AUBREE le Mar 20 Jan - 9:48, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: TOURISME   Ven 6 Avr - 19:26

page 86




Dernière édition par Pierre AUBREE le Mar 20 Jan - 9:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: TOURISME   Ven 6 Avr - 19:29

page 87




Dernière édition par Pierre AUBREE le Mar 20 Jan - 9:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: TOURISME   Ven 6 Avr - 19:31

page 88




Dernière édition par Pierre AUBREE le Mar 20 Jan - 9:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: TOURISME   Ven 6 Avr - 19:33

page 89




Dernière édition par Pierre AUBREE le Mar 20 Jan - 9:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: TOURISME   Ven 6 Avr - 19:35

page 90




Dernière édition par Pierre AUBREE le Mar 20 Jan - 9:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: TOURISME   Ven 6 Avr - 19:37

page 91




Dernière édition par Pierre AUBREE le Mar 20 Jan - 9:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Pierre AUBREE
Admin



MessageSujet: TOURISME   Ven 6 Avr - 19:38

page 92






Fin de la revue " TOURISME"  LA VIE MAROCAINE ILLUSTRÉE

Journal officiel de la fédération des syndicats d'initiative et de tourisme du Maroc


Revenir en haut Aller en bas
http://www.cemaroc.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: TOURISME   

Revenir en haut Aller en bas
 
TOURISME
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ce Maroc bien aimé :: BIBLIOTHÈQUE :: Revues et Livres : -2- "MAROC Moderne" :: Tourisme-
Sauter vers: